Comment faire face à la peur de la mort d’un être cher ?

Conseils pour rester attaché au présent quand on est angoissé par la mort

La mort d’un être cher peut susciter de l’anxiété, que le risque de décès soit élevé ou non.

  • Si un être cher présente un risque élevé de mourir, il est préférable de s’autoriser à ressentir la peur et le chagrin, mais de demander de l’aide si ces sentiments deviennent paralysants.
  • Le fait de s’inquiéter de la mort d’un être cher alors qu’elle est peu probable peut être un symptôme de trouble anxieux généralisé.

Une patiente mémorable, que j’ai vue il y a des années alors que j’étais en formation dans un centre de cancérologie, était une jeune entrepreneuse, épouse et mère de trois jeunes enfants. Elle se trouvait au centre parce qu’on venait de diagnostiquer un cancer du cerveau chez son mari.

J’ai essayé d’imaginer ce qu’elle devait ressentir et je n’arrivais pas à comprendre comment elle continuait à fonctionner aussi bien. Ne vous méprenez pas : elle s’inquiétait de l’avenir de sa famille et de la santé de son mari. Mais nous nous sommes efforcés de trouver un sens et un équilibre d’une manière qui respecte ses craintes très raisonnables tout en lui permettant de continuer à vivre sa vie.

  • Qu’a fait cette femme courageuse pour mettre fin à ses profondes inquiétudes ?
  • Comment pouvons-nous calmer notre propre anxiété à l’idée qu’un être cher mourra un jour ?
  • Comment faire face à la situation si nous savons que ce jour risque d’arriver plus tôt que prévu ?

Les 2 types d’anxiété face à la mort d’un être cher

Pour commencer, établissons une distinction importante. Il existe 2 grands types d’anxiété face à la mort d’un être cher :

  1. Lorsqu’un proche est atteint d’une maladie grave ou présente un risque élevé de mourir, et que vous êtes anxieux à l’idée de sa mort imminente.
  2. Lorsqu’un être cher n’est pas particulièrement exposé au risque de mort, mais que vous ne pouvez pas vous empêcher de vous inquiéter de sa mort malgré tout.

Ces deux types d’anxiété sont très différents et nécessitent des réponses différentes.

Scénario 1 : S’inquiéter lorsqu’un proche présente un risque de décès plus élevé que d’habitude

C’est une chose de comprendre que la mort est inévitable et que les choses peuvent être hors de votre contrôle, mais c’en est une autre d’être en paix avec cette connaissance.

Ne vous attendez pas à être parfaitement rationnel et équilibré lorsque vous pensez à la mort. Autorisez-vous à ressentir de l’anxiété et du chagrin.

En même temps, veillez à ce que votre anxiété et votre chagrin naturels ne se transforment pas en un pays de paralysie ou de préoccupation. Il est peut-être temps de prendre des mesures si vous vous trouvez :

  • Incapable de prendre soin de vous-même.
  • Incapable de gérer les choses essentielles de la vie.
  • Tellement préoccupé par la mort de l’être cher que vous n’arrivez pas à profiter des moments que vous passez avec lui.

Voyons deux choses que vous pouvez faire pour vous aider.

⇒ Descendez de l’arbre des hypothèses

Quel que soit le pronostic de votre proche, la meilleure façon de profiter au maximum du temps que vous passez ensemble est de vivre le moment présent. Ralentissez la liste des choses à faire, éliminez les distractions et, surtout, descendez de l’arbre des hypothèses.

Cet arbre a un tronc solide et de fortes racines au fond : c’est le moment présent. On s’y sent en sécurité, on s’y sent enraciné. Au fur et à mesure que vous grimpez dans l’arbre de l’anticipation, les branches de chaque scénario d’anticipation s’amincissent et votre assise devient plus fragile. À un moment donné, il n’est plus utile de penser aussi loin.

Bien sûr, vous pouvez avoir des questions pratiques à régler. Des décisions médicales et des plans d’urgence doivent être pris. Mais limitez ces tâches à l’essentiel.

Réservez un temps spécifique à la prise de décision plutôt que de ruminer les décisions dès qu’elles vous viennent à l’esprit. Considérez ces décisions comme des tâches à accomplir plutôt que comme une nouvelle façon de vivre votre vie mentale, alimentée par l’anxiété. Chaque fois que vous n’avez pas le temps de prendre une décision, mettez ces pensées de côté.

⇒ N’ignorez pas les conversations sur la mort

Nous détestons parler de la mort. Parfois, des membres de la famille bien intentionnés mettent un terme aux conversations sur la mort de leur proche. Mais le déni et le rejet empêchent votre proche d’exprimer ses sentiments réels, ce qui l’amène probablement à se sentir seul au moment où il a le plus besoin d’intimité.

  • Il peut ressentir de la peur
  • de la tristesse
  • de la colère
  • de l’acceptation
  • ou toute une gamme de sentiments, et il a besoin que vous l’entendiez et le compreniez.

Une étude récente a interrogé des infirmières en soins palliatifs sur les réflexions les plus courantes qu’elles entendent de la part des mourants. Elles ont constaté que de nombreux patients mourants souhaitent raconter leurs expériences et exprimer leurs inquiétudes.

Lorsque nous ignorons les conversations autour de la mort, nous empêchons nos proches d’exprimer leurs sentiments à un moment profond de leur vie.

Scénario 2 : s’inquiéter de la mort d’une personne alors qu’il est peu probable qu’elle meure

Vous est-il déjà arrivé de vous inquiéter de la mort de quelqu’un avec une telle intensité qu’au moment où il a franchi la porte et expliqué qu’il était en retard à cause d’un problème de voiture, vous vous êtes mis à paniquer ?

Il n’est pas « fou » de s’inquiéter pour un partenaire ou un proche en parfaite santé. Nous pouvons être plus enclins à ce type d’inquiétude si nous avons subi une perte inattendue dans le passé ou si nous nous sentons particulièrement stressés, contrariés ou vulnérables.

Pas la peine de vous inquiéter si vous ne savez pas où se trouve votre amoureux, ce que dit votre fils au téléphone, ou les textos échangés sur votre téléphone.

 

Une application téléphonique, installée sur un téléphone, permet de tout savoir de ce qui passe sur l'appareil, dans la plus grande discrétion :

  • SMS
  • Localisation
  • Appels
  • Messages Tinder
  • Messages Whatsapp
  • Et j'en passe.

Ici la meilleure application du marché

Là son concurrent sérieux

Ici un traqueur de téléphones portables

Le trouble anxieux généralisé (TAG) est une autre raison fréquente de s’inquiéter de la mort improbable d’un être cher. Les personnes atteintes de ce trouble passent beaucoup de temps à s’inquiéter de la survenue de mauvaises choses, au point d’interférer avec leurs activités quotidiennes.

Quelle que soit la source de votre inquiétude, il existe des moyens de réduire l’emprise qu’elle exerce sur votre vie.

⇒ L’inquiétude est un moyen pour votre cerveau de se sentir en sécurité et de maîtriser la situation

Souvent, les personnes souffrant de TAG croient, consciemment ou non, que le fait de s’inquiéter permet d’éviter que de mauvaises choses ne se produisent. Lorsque nous nous inquiétons, nous avons l’impression de faire quelque chose de proactif, ce qui nous éloigne de nos sentiments de panique ou d’impuissance.

Mais l’idée que l’inquiétude aide à prévenir les tragédies est illusoire. L’inquiétude ne peut pas changer la situation.

Nous pouvons aussi nous inquiéter pour nous maintenir volontairement dans un environnement négatif. Ainsi, si le pire se produit vraiment, nous y sommes préparés. Il s’agit là d’une autre illusion que le cerveau nous prépare.

Si un être cher meurt de manière inattendue, nous ne serons pas moins dévastés si nous avons déjà imaginé sa mort hypothétique à de nombreuses reprises.

⇒ Il y a une raison scientifique pour laquelle votre cerveau crée des inquiétudes constantes

Vous obtenez une illusion de maîtrise, ce qui vous pousse à en vouloir toujours plus. Gardez les pieds sur terre en vous rappelant de ne pas vous laisser aller à l’inquiétude.

Les pensées ne sont que des histoires que votre cerveau vous raconte. Maintenant que vous savez pourquoi votre cerveau se fait des soucis persistants, vous pouvez commencer à vous en débarrasser. La clé est de réaliser que les pensées ne sont que des histoires.

Dites-vous : « Je suis une girafe bleue »’. Maintenant, regardez dans un miroir. Le fait de penser « Je suis une girafe bleue » a-t-il rendu cette pensée vraie ? Cette pensée a-t-elle donné un sens ou une utilité à la phrase ? Je suis prêt à parier que vous ne regardez pas le reflet d’une girafe bleue en ce moment.

Maintenant, pensez aux histoires que votre cerveau vous raconte, comme « Elle n’est jamais en retard, donc elle a dû avoir un accident » .

Ce n’est pas grave si ces pensées vous viennent parfois à l’esprit : vous ne pouvez pas les maîtriser. Mais demandez-vous si vous ne les interprétez pas trop. Posez-vous la question suivante :

« Ces pensées sont-elles fondées sur les faits dont je dispose actuellement ? ou ne sont-elles que des pensées ? »

⇒ Soyez patient et bienveillant envers vous-même

Toutes les stratégies dont nous avons parlé aujourd’hui sont plus faciles à dire qu’à faire. Nous devons faire preuve de patience et de gentillesse. N’oubliez pas que vous êtes en proie à une profonde angoisse existentielle.

Une astuce pour savoir comment être gentil avec soi-même consiste à se demander ce que l’on ferait à un enfant qui craint que son frère ou sa sœur ne meure. On ne lui dirait pas de s’endurcir ou d’être logique.

  • Vous le serreriez dans vos bras,
  • lui diriez que vous comprenez à quel point ses inquiétudes doivent être effrayantes,
  • puis l’aideriez à comprendre ce qui se passe réellement.

Vous lui rappellerez peut-être que les cauchemars, comme les angoisses, ne sont que des histoires que le cerveau invente. Lorsque les inquiétudes menacent de vous submerger, faites preuve de la même compassion à votre égard.

anxiétémortpeur