Comment la pornographie affecte le cerveau d’un adolescent

Les parents doivent savoir comment la pornographie affecte les adolescents

Le porno est séduisant. Nous le comprenons. Mais pourquoi ?

Pourquoi est-il si destructeur, surtout pour les adolescents ? En tant que parents, nous devons connaître les réponses.

Encore et encore, les garçons et les filles deviennent la proie de la satisfaction immédiate des fantasmes sexuels et de la pornographie. Je ne peux pas vous dire le nombre de fois où des garçons et des filles m’ont dit qu’ils voyaient des enfants à l’école regarder de la pornographie.

Je me souviens avoir tapé un document de recherche à la bibliothèque de l’université et avoir remarqué que les gars à côté de moi riaient. Je me suis retourné, surpris de voir une femme nue extrêmement attirante sur l’écran.

Immédiatement, c’est comme si une bombe d’adrénaline avait explosé dans ma tête. Mes mains ont commencé à trembler. Je voulais en voir plus, mais en même temps, je ne voulais pas en voir plus. En quelques secondes, je suis passée de la concentration sur un travail de recherche à la gestion d’une guerre interne.

Je n’étais pas allé à la bibliothèque pour chercher de la pornographie. Et malheureusement, c’est le cas de nombreux utilisateurs de pornographie pour la première fois.

Plusieurs adolescentes que j’ai conseillées ont été exposées accidentellement à un corps masculin nu par le biais :

  • de sextos
  • d’un cours d’éducation sexuelle
  • d’un roman fantastique (avec des images)
  • ou de conversations sexuelles avec des garçons et des filles

Souvent, cette exposition initiale conduit à un désir de plus, y compris des fantasmes sexuels de toutes sortes. Cela devient une bataille interne entre la pensée rationnelle et la recherche de récompenses.

Et nous ne parlons pas seulement des adolescents. Notre culture sexuelle a des effets même sur les jeunes enfants.

Il y a plusieurs années, j’ai travaillé avec un groupe de garçons de CM2 ayant des problèmes de comportement. Ils avaient fait des câlins aux jeunes enseignantes.

Pour les professeurs, c’était « mignon ». Pour les garçons, c’était connu comme le « boob club ».

Dans cette école, qui je crois est représentative de nombreuses écoles, les filles envoyaient des messages selon lesquels la masculinité est synonyme de sexualité. Elles insinuaient que les garçons devaient être sexuellement attirants et capables de performer. Les filles comme les garçons parlaient abondamment de sexe oral.

  • D’où tiraient-ils toutes ces informations ?
  • Pourquoi ne pensaient-ils pas au sport, à la musique et aux notes ?
  • C’est là le problème. L’exposition à une culture sexuelle fait des garçons et des filles des consommateurs de personnes.

Elle les met sur la voie de l’amour déformé et du manque de respect des autres.

  • La pornographie
  • les fantasmes sexuels
  • et les propos sexuels deviennent la norme.

Le cerveau nous aide à donner un sens à ce que nous absorbons par nos cinq sens. Il réagit à ce que nous voyons, lisons ou entendons.

Lorsque ce que le cerveau absorbe est artificiel, l’idée du sexe devient une consommation plutôt qu’une connexion.

A LIRE ⇒ 7 moyens d’éviter que votre enfant s’adonne à du porno ado


Puissant et omniprésent

La pornographie crée un désir

Elle est bien plus répandue que vous ne le pensez. L’essor des médias sociaux, des sextos et de la technologie en général a permis aux garçons et aux filles de devenir accros aux contenus et expériences pornographiques.

Considérez ces statistiques de Statisticbrain.com :

  • Environ 11 000 « films pour adultes » sont diffusés chaque année.
  • L’industrie du porno réalise un chiffre d’affaires de 2,84 milliards de dollars par an sur internet.
  • Le chiffre d’affaires global de l’industrie est estimé entre 57 et 100 milliards de dollars par an.
  • Le terme le plus recherché sur internet est « sexe ».
  • 87 % des étudiants universitaires déclarent avoir eu des rapports sexuels par webcam ou téléphone.

Pourquoi l’industrie de la pornographie est un énorme business avec un public d’adolescents ?

En tant que tel, elle sait comment accroître son marché. Elle connaît la nature addictive de son produit, en particulier pour les adolescents. Que savent-ils donc que les parents ne savent pas ?

À l’adolescence, le cerveau est facilement motivé par les récompenses perçues. La voie de la récompense dans le cerveau est à son état le plus sensible :

  • l’aire tegmentale ventrale
  • le noyau accumbens
  • et le cortex préfrontal

Lorsqu’il est stimulé, le cerveau libère de la dopamine dans cette voie, créant un effet en cascade de mémoire et de motivation. Le cerveau en veut toujours plus. Il est mûr pour :

  • la dépendance
  • l’impulsivité
  • la nouveauté

La dopamine

La dopamine n’est pas mauvaise en soi. Elle peut être une très bonne chose. En fait, elle contribue :

  • à la motivation
  • au plaisir
  • à la gestion des humeurs

Cependant, lorsque la dopamine est libérée à la suite d’une interaction avec la pornographie, elle est néfaste. Elle amène le cerveau à se focaliser sur la pornographie avant toute autre chose.

Lorsqu’un adolescent fait l’expérience d’une poussée de dopamine d’origine sexuelle, il :

  • se concentre sur l’envie de répéter ce qui a déclenché la poussée
  • ressent une poussée de dopamine à la seule pensée de revoir du porno ou de vivre à nouveau un fantasme sexuel
  • se préoccupe davantage de l’obtention d’un nouveau rush que des conséquences de son interaction avec le porno
  • deéveloppe une mentalité de consommateur : les autres personnes deviennent des objets de consommation plutôt que des individus de valeur
  • devient incapable d’avoir une vision d’ensemble : le désir immédiat de pornographie prend la place de l’investissement dans une relation amoureuse

La première fois qu’une personne regarde de la pornographie ou éprouve des fantasmes sexuels, le cerveau mémorise cette expérience. Pendant ce temps, la dopamine envoie un message irrésistible aux régions du cerveau qu’elle touche :

« Refais-le ! » Avec un accès répété, la demande augmente et il en faut de plus en plus pour créer le même effet.

Pour un cerveau asservi, le porno et les fantasmes sexuels deviennent un besoin aussi fondamental que la nourriture et l’eau

Beaucoup de garçons et de filles disent qu’ils sont accrochés par des publicités à caractère sexuel, des films romantiques (chic-flics) et des blagues sexuelles grossières. Le contenu sexuel est disponible partout !

A LIRE ⇒ Découvrir la vérité : Découvrez la dépendance sexuelle de votre partenaire


Le porno et les fantasmes sexuels diminuent la capacité à entretenir des relations saines

Une autre partie du cerveau est également affectée par la pornographie : les neurones miroirs qui facilitent les émotions nécessaires à des relations saines, par exemple l’empathie.

L’un des camarades de classe de mon fils, alors âgé de 12 ans, a vu un film classé X, plein de nudité et de contenu sexuel violent. La plupart des adultes ne sont pas équipés pour gérer ce type de stimulation, et encore moins le cerveau en développement d’un adolescent.

De nombreux garçons et filles ont regardé ce film, y compris un adolescent que j’ai rencontré dans mon cabinet de conseil. Il en a parlé comme d’un grand film d’action et a affirmé que le « sexe » ne l’avait pas affecté.

C’est fou ! Nos esprits sont câblés pour réagir au sexe. Comme beaucoup d’autres, ce garçon essayait de se convaincre que le contenu sexuel des médias n’était pas un problème.

Pas la peine de vous inquiéter si vous ne savez pas où se trouve votre amoureux, ce que dit votre fils au téléphone, ou les textos échangés sur votre téléphone.

 

Une application téléphonique, installée sur un téléphone, permet de tout savoir de ce qui passe sur l'appareil, dans la plus grande discrétion :

  • SMS
  • Localisation
  • Appels
  • Messages Tinder
  • Messages Whatsapp
  • Et j'en passe.

Ici la meilleure application du marché

Là son concurrent sérieux

Ici un traqueur de téléphones portables

Les filles réagiront un peu différemment à ce même film. Elles peuvent se convaincre que l’idéal est d’être poursuivi par une passion sexuelle.

Voici pourquoi les contenus médiatiques à caractère sexuel sont si dangereux

Les neurones ne font pas de distinction entre les interactions en direct et les médias.

Le temps de regarder un film ou de jouer à un jeu vidéo, les adolescents vivent, répètent et imitent intérieurement les comportements perturbateurs à l’écran.

Le résultat peut prendre deux formes extrêmes :

  • soit le désir d’agir selon ce qui est vu à l’écran
  • soit la désensibilisation, qui rend l’individu incapable de ressentir quoi que ce soit

Il est évident que ces deux phénomènes sont préjudiciables aux relations dans la vie réelle.

Ce que dit la recherche sur l’impact de la consommation régulière de pornographie par les adolescents

La recherche indique que lorsque les adolescents regardent de la pornographie, ils peuvent développer :

  1. des croyances et des valeurs sexuelles irréalistes
  2. une focalisation excessive ou une obsession pour le sexe
  3. des comportements sexuellement agressifs
  4. des comportements sexuellement permissifs
  5. un intérêt précoce pour les relations sexuelles
  6. des questions sur leurs performances sexuelles
  7. des problèmes de comportement
  8. des sentiments dépressifs
  9. des problèmes de liens avec les autres, y compris avec leurs parents

Les garçons et les filles ont tendance à voir le même contenu sous un angle différent.

  • Les filles recherchent des corps parfaitement ciselés qui correspondent à ce qu’elles voient à l’écran.
  • Les garçons ont tendance à être attirés par les images, l’excitation, la nouveauté et le contenu vidéo et veulent qu’une fille ressemble, s’habille et agisse comme les personnages qu’ils voient à l’écran.

Dans certains couples, un logiciel espion est parfois installé dans les téléphones de l’homme et de la femme pour que l’autre sache en toute circonstance ce qui est écrit ou ce qui est dit au téléphone.

Cette transparence totale n’est pas à mettre entre les mains de tout le monde, en effet le logiciel espion en question peut se rendre invisible dans le téléphone en cochant l’option « masquer l’icône ».

Le silence n’est pas une option

Malheureusement, c’est un sujet que nous, parents, devons aborder avec nos enfants. Mais plutôt que de se contenter de dire non à la pornographie et aux fantasmes sexuels, aidons nos enfants à comprendre pourquoi c’est si dangereux.

La pornographie et les fantasmes sexuels sont progressifs.

Pour la plupart d’entre eux, ils commencent de manière accidentelle mais deviennent intentionnels parce qu’ils créent une insatisfaction perpétuelle qui les pousse à en vouloir toujours plus.

La bataille interne fait rage jusqu’à ce que l’individu succombe à la tentation et se dise que la pornographie et les fantasmes sexuels sont normaux.

La pornographie et les fantasmes sexuels créent une dépendance mais ne sont pas satisfaisants

C’est comme un engrais pour pelouse, qui rend le sol dépendant de cet engrais. Au bout d’un certain temps, la pelouse ne peut plus pousser sans lui.

La pornographie et les fantasmes sexuels transforment les utilisateurs en consommateurs de personnes.

Au lieu de se soucier véritablement des autres, le consommateur considère les gens comme des objets jetables : lorsqu’il se lasse d’un individu, il en trouve un autre.

Les relations saines deviennent impossibles tant que la pornographie et les fantasmes sexuels sont présents

Parce qu’elle recrée le cerveau, la pornographie rend difficile une relation saine et durable avec le sexe opposé.

L’amour devient conditionnel – il s’agit de « moi » plutôt que de « nous ». Elle rend l’attachement très difficile.

L’ocytocine, l’hormone de l’attachement, est libérée en réponse à une relation et lorsqu’une personne vit une expérience sexuelle. Lorsque les adolescents regardent de la pornographie, ils s’attachent à une illusion, pas à une personne.

La dépression est presque inévitable chez les utilisateurs de pornographie

Les recherches confirment que les personnes qui regardent de la pornographie sont plus susceptibles de souffrir de dépression.

La pornographie et les fantasmes sexuels retardent la croissance du cerveau. Nous tendons naturellement vers ce qui nous procure un plaisir immédiat et la pornographie entraîne le cerveau à rechercher à tout prix un contenu explicite.

La maîtrise de soi est un ingrédient essentiel de la sagesse. La véritable liberté se trouve dans la maîtrise de soi, et non dans la complaisance.

EN SAVOIR PLUS ⇒ Quand votre enfant doit-il avoir son propre téléphone ?

adolescentpornographie
Commentaires ( 2 )
Ajoutez un commentaire
  • Agnès Michaud

    Visitor Rating: 4 Stars

  • Anonyme

    Visitor Rating: 5 Stars