Le déclic pour quitter sa femme

A partir de quel moment vous ressentez le déclic vous faisant comprendre que vous devez quitter votre femme ?

sur

Le cycle de l’indécision conjugale

Ceux qui envisagent de divorcer depuis longtemps sont coincés dans ce que j’appelle le cycle de l’indécision conjugale. Dans ce cycle, les couples vivent dans une routine relativement calme mais, en raison de sentiments blessés ou d’un ressentiment enfoui, commencent à connaître de fortes tensions.

Au bout d’un certain temps, la tension augmente au point de provoquer une éruption, souvent une bagarre ou une crise quelconque. Cette tempête peut durer un certain temps, mais une fois qu’elle est terminée, il y a souvent des remords de la part de l’un ou l’autre des partenaires. Peut-être que des choses ont été dites ou faites de façon déplacée et blessante. Les tensions se désamorcent et, peu de temps après, le couple reprend sa routine jusqu’à la nouvelle éruption.

Jusqu’au jour où il n’y aura plus de retour en arrière : le jour où c’est vraiment assez. Le jour du naufrage. C’est souvent une journée difficile parce que cela signifie que le choix auquel vous avez résisté ou les craintes que vous aviez gardées secrètes pendant si longtemps sont maintenant une réalité. Pour certains -en particulier ceux qui ont lutté pendant des années de mariage- cette journée peut apporter un sentiment d’excitation ou de libération immense.

Mais que faire si le jour où vous savez que votre mariage est terminé dans votre cœur se trouve être le jour du 10e anniversaire de votre fille ? Ou si ce jour arrive juste avant les vacances ? Ou pendant que les enfants sont à l’école ? Ou pendant que vos beaux-parents sont en ville ? Y a-t-il un « bon » moment et un « mauvais » moment pour partir? Faut-il attendre un déclic avant de quitter sa femme ?

On part toujours au mauvais moment

Je n’ai pas rencontré beaucoup de gens qui disent être partis au bon moment. La plupart des gens se demanderont toujours s’ils ont quitté leur conjoint prématurément ou si leur départ aurait dû être envisagé avant.

Il n’y a peut-être pas du tout de « bon » moment pour partir. Cela dit, ceux qui souffrent beaucoup se sentent tout à fait justifiés de se lever et de partir lorsqu’ils atteignent leur limite. Pourtant, ce sont souvent ces mêmes personnes qui se demandent plus tard s’il n’y aurait pas eu un meilleur moment pour s’enfuir.

Bien qu’il ne soit pas possible de prévoir toutes les situations blessantes, il existe de nombreuses circonstances où il est assez évident que le moment de la séparation laissera des cicatrices. Il y a d’autres situations où le recul est le seul mécanisme dont disposent les gens pour voir les débris qu’ils ont laissés derrière eux.

Anticiper et planifier le déclic pour quitter sa femme

J’ai connu une jeune fille de 14 ans, Isa, dont le père avait quitté le domicile tout à coup. Cette jeune adolescente avait participé aux championnats de France de gymnastique et elle était au sommet de sa carrière. Avec 2 ménages à nourrir, les parents de Megan ne pouvaient plus se permettre de continuer à payer son entraîneur ni les frais de déplacement pour les compétitions.

La vie et le destin d’Isa ont changé pour toujours. Si ses parents avaient demandé des conseils sur la façon et le moment de se séparer, ils auraient pu créer un plan financier, faire des recherches sur les bourses d’études en gymnastique (dont ils ont découvert plus tard l’existence) et avoir un projet bien pensé.

Comme le montre ce cas, il n’est presque jamais bon de partir impulsivement et sans avoir mis en place un plan quelconque. La seule exception à cette règle qui me vient à l’esprit c’est lorsqu’il y a des abus, de la violence physique ou des menaces de violence.


→ Lire aussi : Comment savoir que quelqu’un vous ment ?


La violence : déclic à la rupture

Quand il s’agit d’abus, il n’y a pas de justification possible. C’est mal, vous ne le méritez pas et vous devez quitter cette situation dès que possible.

Pendant des années, notre culture nous a dit qu’il était de notre devoir de gérer le foyer et de faire fonctionner le mariage. En conséquence, nous nous imposons cette énorme pression pour garder le mariage intact, même s’il est nuisible ou dangereux pour nous. Qu’il s’agisse de violence physique, mentale, émotionnelle ou sexuelle, vous ne la méritez pas. Il existe des relais pour vous aider à partir, par exemple l’Institut pour l’Egalité des Femmes et des Hommes.

Peu importe combien d’années vous avez investi dans une relation. Vous vous êtes peut-être même dit : « Autant rester car j’ai déjà investi tout ce temps et j’apprendrai à m’en sortir ». Mais pour votre bien et pour ceux qui vous aiment, ne restez pas.

Vous n’êtes pas traité avec respect

Quiconque est marié depuis plus de quelques années comprend qu’il y aura des hauts et des bas. Cependant, si vous n’êtes pas traité comme un partenaire égal dans la relation, c’est un problème. Si vos besoins sont ignorés ou bafoués, c’est un problème. Si on vous trompe, c’est un problème.

Ces actions sont les symptômes d’un problème plus vaste. Ils montrent que votre partenaire ne vous valorise pas de la manière dont vous devriez l’être. Vous méritez d’être avec quelqu’un qui vous aime, vous respecte et vous traite correctement. Si vous vous retrouvez continuellement à justifier le comportement irrespectueux de votre partenaire ou, si vous êtes devenu insensible à ce comportement tellement il est devenu banal dans votre quotidien, il est peut-être temps de reconsidérer la valeur de ce mariage.

Les habitudes de consommation d’alcool de votre femme ont un impact négatif sur vous

Le fait de vivre avec un(e) toxicomane peut avoir une incidence sur votre bien-être physique et émotionnel. Le stress lié à la dépendance à l’alcool de votre partenaire peut vous exposer à des risques :

  • Symptômes d’anxiété et de dépression
  • Vos propres problèmes d’abus d’alcool et d’autres drogues
  • Négliger ses obligations professionnelles et personnelles
  • Difficulté à dormir
  • Négliger ses soins
  • Traumatisme
  • Problèmes financiers dus aux habitudes de consommation d’alcool
  • Mauvaise orientation de votre colère vers d’autres personnes aimées

Si vous éprouvez des problèmes émotionnels, financiers ou de santé à cause de la toxicomanie de votre conjoint, il est temps de réévaluer votre situation.

Votre conjoint est dépendant

Si vous vivez avec quelqu’un qui est dépendant à un produit mais qui ne voit pas son comportement comme un problème, c’est un déclic. Un trouble lié à la consommation d’alcool est une maladie du cerveau. Une fois que vous avez une dépendance à l’alcool, il est très difficile de « simplement arrêter de boire » sans aide. Votre conjoint alcoolique en fait probablement l’expérience.

Il se peut que votre conjoint ait été en cure de désintoxication à plusieurs reprises. Il est éventuellement victime de rechutes chroniques. Sachez que les personnes qui se consacrent réellement à leur rétablissement considèrent la rechute comme un déclic : elles apprennent de leurs erreurs et réessayent. Si votre conjoint(e) suit avec tiédeur une cure de désintoxication, ne suit pas son plan de soins continus et ne s’intéresse pas à sa croissance personnelle, il se peut qu’il ne soit pas du tout prêt à changer.

Son comportement est dangereux

Le comportement de votre femme ou de votre conjoint est imprévisible.

L’abus d’alcool et de drogues obscurcit gravement le jugement des gens. Lorsqu’il boit, votre conjoint alcoolique peut :

  • Conduire en état d’ébriété
  • Se bagarrer physiquement avec des gens
  • Dépenser de grosses sommes d’argent
  • Se mettre en colère et perdre le contrôle
  • Vous maltraiter physiquement ou émotionnellement, vous et votre famille
  • Vivre dans une situation imprévisible

Autant de déclics pour vous. Sans traitement, les traumatismes peuvent nuire à votre santé physique et mentale. Si votre conjoint alcoolique agit d’une façon qui met votre bien-être et celui de votre famille en danger, vous devez vous demander si cela vaut la peine de rester dans cette relation.


→ Lire aussi : Comment oublier son ex étapes par étapes


Le déclic de la violence conjugale

La violence conjugale comprend la violence physique et psychologique.

La dépendance à l’alcool ne cause pas directement la violence familiale : Les gens qui sont violents ne le deviennent pas à cause de la drogue et de l’alcool. Mais les effets de l’alcool aggravent cet abus. L’abus d’alcool entraîne une escalade des comportements violents et abusifs.

La violence domestique est inexcusable et, bien souvent, elle ne change pas malgré les promesses et l’aide en matière de santé mentale. Le problème, c’est que partir est souvent le moment le plus dangereux pour les personnes victimes de violence. Parce que la violence est souvent une question de contrôle, lorsque la victime de violences s’en va, l’agresseur est surexcité. Il craint de ne plus avoir le contrôle sur la victime. C’est là que la violence et les comportements dangereux s’intensifient.

Si vous quittez un partenaire qui vous maltraite, il faudra éventuellement en parler à un professionnel pour examiner quelles sont les manières les plus sécuritaires de le faire.

Ce qui vous empêche de quitter le nid

Vous avez peut-être beaucoup de craintes qui vous empêchent de quitter votre conjoint(e). C’est normal : ce n’est pas une décision facile.

Vous avez peut-être des problèmes de garde d’enfants. Votre mari ou votre femme subviennent éventuellement aux besoins financiers de votre famille. Vous êtes inquiet de l’endroit où vous allez devoir aller vivre. Vous craignez sa réaction au moment de votre départ. Vous pouvez aussi craindre qu’il n’arrive pas à vivre sans vous.

Ce sont là des préoccupations légitimes. Parler à un professionnel de la santé mentale ou à une personne en qui vous avez confiance peut vous aider à résoudre ces problèmes. Ils vous aideront à dissiper vos craintes et à commencer à déterminer ce dont vous avez besoin pour aller de l’avant, que cela signifie partir ou rester.

Vous sentez que rien ne changera dans le bon sens

Vous avez l’impression que rien ne changera pour le mieux, et votre conjoint n’est pas disposé à essayer de changer. Si vous vous trouvez dans l’une de ces situations, maltraité et non traité avec respect, il est peut-être temps d’arrêter. Cessez de donner la priorité aux autres plutôt qu’à votre propre santé mentale et à votre bonheur.

Il faut les 2 partenaires pour qu’une relation fonctionne, et il faut que votre conjoint soit disposé à travailler pour arranger les choses.

Mettre fin à un mariage est un processus compliqué et désordonné. Il peut être terrifiant de faire ce saut – celui où l’on passe d’une existence prévisible mais malheureuse à une existence pleine d’incertitude et de stress. Rappelez-vous qu’un tout nouveau chapitre de votre vie vous attend si vous décidez de le faire.

Il est important de reconnaître que vous méritez de vous sentir en sécurité et à l’abri des mauvais traitements, traité avec respect, peu importe depuis combien de temps vous êtes marié. Savoir que vous méritez d’avoir votre propre indépendance et votre propre bonheur malgré des années de sacrifices pour les autres, peut être la motivation qui vous donne le courage de quitter une relation qui n’est plus saine pour vous-même, quel que soit votre âge.


→ Poursuivre votre lecture avec notre étude détaillée de la jalousie au sein du couple

Dois-je quitter ma femme pour une autre ?

Se séparer de sa femme

Se séparer de sa femme, ça fait souvent hésiter. Quels sont ces petits riens qui vous donnent le délic et vous font savoir qu’il est temps de quitter le nid ? Ce n’est jamais le bon moment de quitter sa femme, mais savoir briser le cycle de l’indécision conjugale peut vous rendre le bonheur que vous méritez. D’une manière générale, lorsque vous êtes victime de violence et de dépendance, les facteurs sont réunis pour sauter le pas. 

Pour nous encourager merci de noter l'article !
4 (5 votes)