Devenir riche sans diplôme

Un Bac, un diplôme d’études générales ou un Master généraliste n’est plus ce qu’il était. Les gens qui se dirigent vers des études généralistes reviennent souvent déçus.


Les diplômes : vraiment nécessaires pour être riche ?

Les présidents français, durant des années, ont promu l’idée ou plutôt le mythe que tout le monde devait aller à l’université. Si vous n’y alliez pas, votre vie était présument ruinée : vous étiez condamné à finir comme serveur ou piégé dans une occupation banale. La vérité, c’est que même avec un diplôme universitaire, vous finirez peut-être par être serveur. Vous commencerez votre « carrière » quatre ou cinq ans plus tard, avec des milliers d’euros de dettes.

Des diplômés sans débouché

Les diplômés d’université ne trouvent pas de débouché dans leur filière. Il n’y a pas que les étudiants en arts libéraux qui font plombier, il y a aussi les diplômés en mathématiques, robotique, neurosciences, ingénierie, comptabilité, administration des affaires, économie, biologie, communications, design graphique, marketing et linguistique.

Pendant des années, les politiciens des deux partis principaux ont misé sur les universités. Avant que le gouvernement n’intervienne, les diplômes universitaires étaient beaucoup plus abordables et les étudiants ambitieux issus de familles pauvres pouvaient facilement s’en sortir. De plus, comme moins de diplômés du secondaire allaient à l’université, non seulement les diplômes universitaires étaient beaucoup moins chers à obtenir, mais ils étaient beaucoup plus précieux.

Étant donné le nombre élevé de diplômés du secondaire qui vont maintenant à l’université, un Master a moins de valeur sur le marché du travail d’aujourd’hui, malgré son prix élevé, qu’un diplôme d’études secondaires dans les années 1950.

Les milliardaires du passé

Pour ceux d’entre vous qui estiment qu’un diplôme d’études universitaires est essentiel à la réussite financière, sachez que Rockefeller a quitté l’école secondaire et a commencé à travailler à temps plein à l’âge de 16 ans. Carnegie n’est même pas allé à l’école secondaire et a commencé à travailler à temps plein à l’âge de 13 ans. Ces deux hommes sont nés pauvres et sont devenus des milliardaires autonomes, avec une valeur nette estimée à leur décès (en dollars d’aujourd’hui) de 670 et 300 milliards de dollars respectivement. Pour mettre ces chiffres en perspective, l’Américain actuel le plus riche, Bill Gates, qui a abandonné Harvard pendant sa deuxième année, a une valeur nette estimée à « seulement » 65 milliards de dollars !


Un diplôme universitaire serait-il un handicap pour devenir riche ?

James Altucher est un entrepreneur, investisseur, auteur, podcasteur et millionnaire autodidacte. Bien qu’il ait fréquenté l’université Cornell de l’Ivy League, il conseille aux jeunes qui veulent s’enrichir de ne pas aller à l’université.

L’exemple du millionnaire James Altucher

« Si vous avez dix-huit ans et que vous vous demandez comment vous allez gagner des millions de dollars plus tard, la première chose que je vous dirais est de ne pas dépenser deux cent mille dollars pour un diplôme universitaire et ne pas perdre quatre ans de votre vie « , dit Altucher à l’âge de 49 ans.

« Peut-être que c’était bon pour la génération de vos parents, il y a dix ans. Mais ce n’est plus pertinent maintenant. »

James Altucher

Altucher dit qu’il s’est endetté massivement pour aller à Cornell, où il s’est spécialisé en informatique. Il a ensuite fait des études supérieures, mais il a abandonné avant d’avoir terminé son diplôme. Il dit qu’à ce stade, il n’avait toujours pas les compétences nécessaires pour entrer sur le marché du travail.

Pas la peine de vous inquiéter si vous ne savez pas où se trouve votre amoureux, ce que dit votre fils au téléphone, ou les textos échangés sur votre téléphone.

 

Une application téléphonique, installée sur un téléphone, permet de tout savoir de ce qui passe sur l'appareil, dans la plus grande discrétion :

  • SMS
  • Localisation
  • Appels
  • Messages Tinder
  • Messages Whatsapp
  • Et j'en passe.

Ici la meilleure application du marché

Là son concurrent sérieux

Ici un traqueur de téléphones portables

Quand il a finalement obtenu un emploi, il était si mauvais en programmation informatique que ses patrons ont dû l’envoyer à des cours de rattrapage pendant deux mois pour qu’il puisse faire le minimum requis à son travail.

« Donc je ne sais pas pourquoi je suis allé à l’université. »

Il faut des compétences, pas des diplômes !

Au lieu d’aller à l’université, les jeunes peuvent acquérir des compétences en ligne ou en allant à la bibliothèque et en lisant des livres. Bien que les études universitaires soient encore largement la norme culturelle pour ceux qui cherchent à entrer sur le marché du travail, ces attentes commencent à changer. De plus en plus d’entreprises disent même qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un diplôme. Il faut des compétences. Passez ces quatre années à apprendre des compétences !

Adam Braun, fondateur de l’organisation internationale de construction d’écoles Pencils of Promise, vient de lancer sa prochaine entreprise dénommée MissionU. Le but de ce programme alternatif d’un an est d’amener les jeunes à occuper des emplois bien rémunérés sans s’endetter. Les étudiants reçoivent une formation professionnelle spécialement conçue pour les placer sur le marché du travail.

Les entreprises partenaires de MissionU aident à établir leur programme d’études afin que les diplômés aient les compétences dont les employeurs ont besoin. Bien qu’Altucher et Braun proposent des alternatives à l’université, l’obtention d’un diplôme assure généralement un parcours professionnel plus stable. En Occident, selon les données des ministères, les adultes diplômés gagnent plus d’argent et sont confrontés à un taux de chômage plus faible que ceux qui n’en ont pas.

Cependant, lorsqu’il s’agit de sa propre fille de 18 ans, Altucher dit qu’il va essayer de la convaincre de ne pas aller à l’université. Il a même publié un livre, « 40 alternatives à l’université », et un article: « Vivre sa vie est mieux que mourir à l’université ».

Dépenser son argent ailleurs que dans les études

Altucher a une stratégie : Lorsque sa fille sera acceptée dans un collège, il a l’intention de lui offrir une sorte de « bourse Thiel ». La bourse Thiel, financée par le milliardaire de la Silicon Valley Peter Thiel, offre aux étudiants 100 000 $ pour qu’ils sautent ou abandonnent l’université et poursuivent leur projet d’entreprise.

Le millionnaire autodidacte Altucher dit que sa fille est un écrivain exceptionnel, c’est pourquoi il lui versera une avance pour écrire un livre d’essais. Il l’aidera même à auto-publier le livre sur Amazon et à le commercialiser par la suite.

 » Oui, ça coûte un peu d’argent, mais pas autant que le collège, dit Altucher, et ça ne lui fera pas perdre son temps parce que je sais qu’elle se concentrera sur quelque chose pour lequel elle est déjà douée « .

argentécoleétudespolitiquerichetravailuniversité
Commentaires ( 1 )
Ajoutez un commentaire
  • Anonyme

    Visitor Rating: 5 Stars