Quand les enfants ne veulent pas parler de ce qu’ils ont fait de mal

Vous pensez qu’il est important que votre enfant admette ses erreurs et reconnaisse les comportements qui blessent les autres ou qui sont inacceptables. Malheureusement, lorsque vous essayez de lui parler, vous vous heurtez à une résistance :

  • reproches
  • évitement
  • et « je ne sais pas »

Voici quelques conseils à essayer lorsque votre enfant ne veut pas parler de ce qu’il a fait de mal.

10 conseils à appliquer lorsque votre enfant refuse d’assumer ses responsabilités ou de parler de ce qu’il a fait de mal.

Selon des chercheurs spécialisés dans le domaine du cerveau, il est inefficace d’essayer de donner une leçon à votre enfant dans le feu de l’action. La partie « pensante » de leur cerveau est déconnectée, et les informations que vous essayez de leur inculquer seront immédiatement ignorées ou oubliées.

Au lieu de cela, on dit aux parents d’attendre que l’enfant soit calme pour lui parler de ses difficultés. C’est un bon plan… en théorie.

  • Vous : « Nous devons parler de la façon dont tu as traité ta sœur au déjeuner aujourd’hui » .
  • Votre enfant : « Tu as raison, maman. Je n’ai pas fait un bon choix. »
  • Vous : « Qu’est-ce que tu peux faire la prochaine fois ? »
  • Votre enfant : « Je peux te demander de l’aide. »
  • Sourires et embrassades.

Malheureusement, les enfants ne suivent pas toujours ce scénario.

Quand les enfants ne veulent pas parler de leur comportement

  • Beaucoup d’enfants évitent de parler de ce qu’ils ont fait de mal.
  • Ou bien ils ne s’en souviennent pas.
  • Ou bien ils sont passés à autre chose et sont tellement absorbés qu’ils n’ont pas envie de revivre le passé.

Vous vous sentez alors bloqué. Il est censé vouloir en parler plus tard ! C’est ce que tous les livres sur l’éducation des enfants disent qu’il faut faire ensuite ! (Si vous vous reconnaissez, vous n’êtes pas seul !)

Il est normal que les gens évitent les choses désagréables ou inconfortables. Il est également normal que les enfants vivent tellement dans le présent que même ce qui s’est passé il y a quelques minutes semble être un lointain souvenir.

Cela ne signifie pas que vous faites quelque chose de mal.

Mais cela peut signifier que quelques ajustements pourraient rendre ces conversations plus productives. Il peut également être important d’examiner vos attentes et de voir si elles correspondent à ce dont votre enfant est capable à son âge et à son stade de développement.

10 façons d’encourager la conversation

Malheureusement, il n’y a pas de scénario « parfait » à suivre lorsque les enfants évitent ces discussions. Voici plutôt quelques éléments à garder à l’esprit lorsque vous rencontrez de la résistance.

La honte est puissante

Le message que transmet la honte est que nous ne sommes pas assez bons, que nous ne sommes pas aimables et que la vulnérabilité est effrayante et mauvaise. Il est risqué d’admettre ses torts, car on risque de ne pas l’aimer s’il est imparfait.

Ces messages amènent souvent les enfants à blâmer les autres, à refuser d’assumer leurs responsabilités et à agir comme si « tout allait bien » .

Choisissez vos batailles

Il n’est pas nécessaire d’aborder chaque infraction de manière spécifique. Si vous voulez constamment parler de comportement, votre enfant redoutera ces conversations.

  • Au lieu de cela, regroupez les choses similaires (partage, frère ou sœur, corvées, etc.)
  • cherchez des modèles
  • abordez les « grandes choses » et laissez tomber les plus petites

Vous trouverez ici de plus amples informations sur la façon de gérer les situations « non négociables ».

Zoom arrière

Les choses semblent souvent très importantes sur le moment, mais le fait de prendre du recul permet de les replacer dans leur contexte.

  • Votre enfant était-il épuisé ?
  • Avait-il faim ?
  • Peut-être que le comportement n’a pas besoin d’être corrigé et que vous vous contentez de l’expliquer par le fait qu’il avait besoin d’un élément de base avant de pouvoir faire un meilleur choix.

Cherchez le pourquoi

Résistez à l’envie de blâmer, de critiquer ou de vous présenter comme quelqu’un qui sait tout et qui a toutes les solutions. Faites plutôt preuve de curiosité.

  • Posez des questions ouvertes,
  • cherchez à savoir ce qui se passait à ce moment-là,
  • explorez ce qui a conduit au comportement, qui était impliqué, etc.
  • demandez-vous pourquoi cette situation était plus difficile que d’autres.

Privilégiez la conversation

Rien ne met plus fin à une conversation qu’un sermon. N’oubliez pas de vous arrêter de parler suffisamment longtemps pour que votre enfant puisse s’exprimer.

Faites preuve d’empathie en vous demandant : « Comment voudrais-je que quelqu’un me parle de cela ? » Réalisez qu’il peut avoir besoin d’une minute ou deux pour formuler une réponse.

Croyez le « je ne sais pas »

Les comportements n’ont pas toujours de sens pour les enfants. Parfois, ils réagissent simplement à un déclencheur interne, se sentent surstimulés ou réagissent à partir d’un état de stress. Le décalage entre les pensées, les sentiments et le comportement peut être déroutant.

Plutôt que de punir cette réaction, cherchez des moyens d’encourager votre enfant à se mettre à l’écoute de son corps et à communiquer ses sentiments. Ces stratégies de pleine conscience peuvent s’avérer utiles.

Utilisez les événements de la vie quotidienne

Il est parfois plus facile d’assimiler un événement lorsqu’il est arrivé à quelqu’un d’autre. Recherchez des livres, des émissions de télévision, des histoires de votre jeunesse ou des situations hypothétiques qui abordent de manière générale la leçon que vous essayez d’enseigner. Utilisez ces éléments pour entamer une conversation, demander leur avis ou vous en inspirer à l’avenir.

Pas la peine de vous inquiéter si vous ne savez pas où se trouve votre amoureux, ce que dit votre fils au téléphone, ou les textos échangés sur votre téléphone.

 

Une application téléphonique, installée sur un téléphone, permet de tout savoir de ce qui passe sur l'appareil, dans la plus grande discrétion :

  • SMS
  • Localisation
  • Appels
  • Messages Tinder
  • Messages Whatsapp
  • Et j'en passe.

Ici la meilleure application du marché

Là son concurrent sérieux

Ici un traqueur de téléphones portables

Explorez d’autres méthodes

Ne forcez pas vos enfants à parler face à face de choses difficiles (il est difficile pour certaines personnes d’établir un contact visuel lorsqu’elles ont honte de leur comportement).

  • Encouragez plutôt l’écriture de notes,
  • la tenue d’un journal,
  • les occasions de parler dans l’obscurité à l’heure du coucher ou en conduisant ensemble dans la voiture

Tout cela peut donner à votre enfant l’impression d’être moins vulnérable lorsqu’il est honnête.

Notez l’avancement des progrès

Pour les enfants qui ont du mal à parler de ce qui s’est passé, utilisez l’échelle de 1 à 5 (1 étant « absolument pas » et 5 étant « absolument oui » ).

Vous pouvez donner quelques idées de ce qui a pu se passer ou de ce qu’ils ont pu penser et ils peuvent mettre de 1 à 5 doigts pour vous dire à quel point vous êtes précis et entamer une conversation.

Ne forcez pas

Oui, vous voulez aborder le comportement, surtout s’il devient habituel, mais exiger une réponse n’apportera probablement pas les réponses que vous attendez.

  1. Allez-y doucement.
  2. Donnez-lui du temps.
  3. Faites en sorte que votre enfant puisse être honnête avec vous en respectant ses limites.

De courtes conversations (même sans solution ou résolution) peuvent être un bon point de départ.

N’oubliez pas qu’il faut du temps pour changer les habitudes. Si nombre de vos « conversations » étaient en fait des sermons ou des cris, il se peut que votre enfant ne se sente pas en sécurité lorsqu’il vous parle de son comportement.

Si vous avez eu tendance à critiquer les erreurs ou à faire tout un plat des accidents, il risque d’éviter d’admettre ses lacunes. Heureusement, en changeant votre façon de réagir, vous pouvez changer la façon dont vos enfants réagissent.

Il faudra peut-être un certain temps pour que votre enfant comprenne que votre désir de parler de son comportement ne se transformera pas en punition. Soyez patient avec vous-même et avec votre enfant.

Exemple de discussion parentale

Vos enfants se sont disputés à l’heure du déjeuner et votre fils s’est emparé du sandwich de votre fille et l’a jeté à travers la pièce. Vous l’abordez plus tard alors qu’il joue aux Legos.

  • Vous : « Le déjeuner a été difficile aujourd’hui, hein ? »

  • Lui : « C’est elle qui a commencé ! Allez-vous aussi lui crier dessus ? »

  • Vous : « Personne ne crie, mais je sais que les petites sœurs peuvent être agaçantes »

  • Lui : « Oui, vraiment agaçante. »

  • Vous : « Est-ce que c’est quelque chose qu’elle a dit ou qu’elle a fait qui t’a dérangé ? »

  • Lui : Haussant les épaules, « Je ne sais pas » .

  • Vous : « Je me demande si elle s’est moquée de toi ? »

  • Lui : « Je ne m’en souviens pas »

  • Vous : « D’accord. Pas de problème. » (Respirez profondément.) « Peux-tu me montrer à quel point tu étais contrarié au déjeuner avec tes Legos ? Donne-moi 1 Lego pour ‘pas vraiment contrarié’ et 5 pour ‘vraiment contrarié' » .

  • Lui : Vous verse silencieusement une poignée de Legos dans la main.

  • Vous : « Wow, c’est VRAIMENT contrarié ! Je ne savais pas ! Merci de me l’avoir dit. Peux-tu me le dire la prochaine fois que tu te sentiras si contrarié ? J’aimerais beaucoup t’aider. »

  • Lui : Hausse les épaules à nouveau.

Vous considérez que ces signaux non-verbaux signalent la fin de la conversation. Mais vous n’êtes pas inquiet. Vous pourrez reprendre la conversation à partir de ce point une autre fois.

Vous avez fait de votre mieux pour faire preuve d’empathie et aborder le cœur du problème (ses sentiments du moment). De plus, vous disposez d’un élément visuel (les Legos) que vous pourrez utiliser lors de vos prochaines conversations.

Et si cela ne fonctionne toujours pas ?

Même avec nos tentatives les plus patientes et les plus empathiques, certains enfants ont encore du mal à admettre ou à discuter de leurs erreurs et de leur comportement.

Dans ce cas, il peut être utile d’avoir un logiciel d’espionnage et de contrôle parental discret dans son téléphone, pour pouvoir suivre ses discussions, ses textos et même pouvoir le localiser en temps réel (ici la démo).

adolescentcommunicationdiscussionenfant