Votre enfant est-il accro aux jeux vidéo ?

Comment savoir si la passion de votre enfant pour les jeux vidéo devient incontrôlable ? Nous vous expliquons comment repérer les signes et vaincre l’obsession.

  • Votre enfant mange, dort et respire Minecraft ?
  • Vous vous glissez dans sa chambre tard dans la nuit pour le découvrir en train de jouer à l’iPad sous les couvertures du lit ?
  • Si c’est le cas, vous vous êtes probablement inquiété de leur dépendance aux jeux vidéo. Mais la dépendance aux jeux est-elle vraiment un problème pour les enfants de l’école primaire ?

Les 6 caractéristiques de la dépendance aux jeux vidéo

  1. L’importance : les jeux vidéo sont devenus la chose la plus importante dans la vie de votre enfant et dominent ses pensées, ses sentiments et son comportement. S’il n’est pas en train de jouer, il y pense.
  2. Modification de l’humeur : votre enfant compte sur les jeux vidéo pour se sentir stable.
  3. Tolérance : votre enfant a besoin de jouer de plus en plus pour ressentir le même « rush » qu’il ressentait auparavant avec de plus petites doses de jeu.
  4. Sevrage : votre enfant éprouve des sentiments négatifs lorsqu’il ne joue pas, tels que l’irritabilité et la mauvaise humeur.
  5. Conflit : les jeux vidéo sont devenus une source de tensions et de disputes dans votre foyer.
  6. Rechute : si votre enfant a du temps libre pour jouer, par exemple si vous partez en vacances, il retombe dans ses anciennes habitudes dès qu’il s’y remet.

Dans une véritable dépendance, une personne présente ces six caractéristiques. Mais c’est assez rare, surtout chez les enfants de l’école primaire.

Cependant, le jeu problématique, où l’enfant présente plusieurs caractéristiques, est beaucoup plus fréquent dans l’enfance et peut conduire à des problèmes plus graves à l’adolescence et au début de l’âge adulte.

Comment la dépendance aux jeux vidéo affecte votre enfant

Si le jeu vidéo n’est pas une mauvaise chose en soi, et peut en fait avoir des effets bénéfiques pour votre enfant, le jeu problématique est connu pour avoir un certain nombre d’effets négatifs.

Des recherches ont montré que le fait de jouer à des jeux vidéo avant de se coucher peut affecter le sommeil

  • Les enfants mettent 39 minutes de plus que d’habitude pour s’endormir et dorment 27 minutes de moins.
  • L’Université d’Innsbruck a également démontré que le fait de jouer à des jeux violents ou antisociaux entraîne une augmentation des comportements agressifs (source : Santelog.com).
  • L’excès de jeux peut également avoir des répercussions sur les résultats scolaires de votre enfant, surtout s’il préfère jouer à des jeux plutôt que de faire ses devoirs, de lire ou de réviser pour ses examens.

Le problème majeur est que les jeux – en particulier les jeux en ligne, qui sont de loin ceux qui créent le plus de dépendance – tendent à remplacer les contacts en face à face, ce qui amène les enfants à se sentir moins confiants et même à craindre les interactions sociales normales.

Cela peut également contribuer à un sentiment d’impuissance, car les enfants s’habituent à être tout-puissants dans le contexte d’un jeu et ont du mal à trouver comment faire la différence dans le monde réel.

Une maman surveille activement son enfant installe devant un ecran

Repérer les signes

Quand le jeu vidéo passe-t-il du statut de passe-temps à celui de problème ? L’un des principaux signes est que votre enfant parle constamment du jeu et s’y intéresse même lorsqu’il ne joue pas, par exemple en regardant des vidéos sur YouTube et en lisant des magazines sur le sujet. Tout tourne autour du jeu.

Votre enfant risque également de mal réagir lorsque vous essayez de limiter son temps de jeu vidéo, ce qui entraîne des disputes et des contrariétés, et il peut se sentir anxieux lorsqu’il ne joue pas.

De même, vous remarquerez peut-être d’autres signes :

  • le fait que votre enfant mente sur son utilisation du jeu
  • essaie de la dissimuler
  • qu’il ait des difficultés à s’endormir le soir
  • et des problèmes de concentration à l’école

S’attaquer aux problèmes de jeu

Si votre enfant devient obsédé par les jeux, ne paniquez pas : il existe des moyens de l’aider à se débrancher, mais ne vous attendez pas à être populaire !

Vous devez vous préparer à ne pas être apprécié pour avoir imposé des règles concernant le temps passé devant l’écran, et accepter que votre enfant soit probablement contrarié et en colère.

La règle d’or est d’établir des limites autour des jeux et des écrans en général

  • Ne tombez pas dans le piège qui consiste à autoriser les ordinateurs, les tablettes, les téléphones et la télévision à divertir votre enfant, sans aucune restriction d’utilisation.
  • Fixez plutôt des limites adaptées à votre famille : vous pouvez par exemple supprimer les écrans une heure avant le coucher ou programmer un minuteur pour la période pendant laquelle votre enfant est autorisé à jouer.
  • Une autre stratégie consiste à s’assurer que les jeux sont pratiqués dans un environnement social. Les problèmes surviennent souvent lorsque les enfants ont le droit d’utiliser des tablettes et des ordinateurs portables dans leur chambre. Il est préférable de s’assurer qu’ils jouent dans un endroit public de la maison, où d’autres personnes peuvent voir ce qui se passe ».

Naturellement, il est important que vous sachiez à quoi joue votre enfant

  • Vous devez notamment respecter les recommandations du PEGI concernant l’âge des jeux vidéo et savoir avec qui il joue ou communique s’il joue en ligne.
  • Essayez de donner à votre enfant l’accès à des jeux éducatifs ou créatifs, plutôt que violents ou antisociaux.
  • Exercez le même contrôle que celui que vous exercez sur ses émissions de télévision.

Il est également important de ne pas réagir de manière excessive

Interdire purement et simplement les jeux est injuste et irréaliste. Mais d’un autre côté, n’utilisez pas les jeux vidéo comme une récompense ou une incitation, par exemple pour avoir fait ses devoirs ou ses corvées, car cela fait du jeu un objectif pour votre enfant.

Enfin, intéressez-vous activement aux jeux de votre enfant, comme vous le feriez pour d’autres loisirs tels que le sport ou la musique. Les personnes qui n’ont pas grandi avec les jeux vidéo sont souvent désobligeantes à leur égard et les considèrent comme une perte de temps inutile.

Cela peut être très blessant pour votre enfant si les jeux sont importants pour lui, surtout si vous avez un autre enfant qui reçoit beaucoup d’attention et d’éloges pour un passe-temps comme le rugby.

  • Si vous vous engagez auprès de votre enfant
  • que vous découvrez ce qu’il fait
  • et que vous lui montrez de l’intérêt

…vous risquez beaucoup moins de rencontrer des problèmes.

Comprendre l’attrait des jeux vidéo pour les enfants

Les jeux vidéo exercent un attrait particulier sur les enfants. Un enfant qui est gêné par la distractibilité dans le monde réel peut être capable d’une concentration intense, ou hyperfocalisation, en jouant.

Pour les enfants qui ont du mal à se faire des amis ou qui n’ont pas les compétences nécessaires pour pratiquer des sports d’équipe, ces jeux sont divertissants et permettent d’égaliser les chances. En fait, faire des erreurs aide le joueur à s’améliorer.

Par essais et erreurs, il apprend l’action spécifique nécessaire pour progresser la fois suivante. Il y a de la satisfaction à s’améliorer régulièrement et, finalement, à gagner, sans risque d’échouer ni de se faire taquiner.

Un enfant accro a sa manette de jeu

Faire respecter les règles du jeu vidéo

  • Au début, vous devrez peut-être cacher le jeu sous clé ou vous assurer que le jeu et ses commandes sont physiquement inaccessibles lorsque le jeu est interdit. Lorsqu’il est autorisé à jouer, vous pouvez lui remettre le jeu et lui rappeler : « Tu as 30 minutes ».
  • Lorsque le jeu commence, réglez un minuteur visible peut être particulièrement efficace.
  • Ensuite, intervenez avec des avertissements périodiques : « Il te reste 15 minutes », « Il te reste 10 minutes ».
  • Lorsque le temps est presque écoulé, annoncez : « Tu peux jouer pendant cinq minutes de plus. Ensuite, il sera temps de sauvegarder ton jeu. Je vais te laisser encore quelques minutes pendant que j’attends ici ».

Si votre enfant respecte bien la limite de temps pendant plusieurs jours d’affilée, envisagez de suivre ses progrès et de lui accorder quelques minutes supplémentaires à la fin de la semaine. Insistez sur le fait que, s’il fait preuve de plus de responsabilité, il obtiendra plus de privilèges.

Si, en revanche, votre enfant continue à jouer, malgré vos avertissements graduels, ne criez pas, ne coupez pas le courant et ne vous lancez pas dans un combat de lutte pour reprendre l’équipement. De telles approches ne feront qu’accroître la colère. Au lieu de cela, rappelez-lui calmement les règles.

Puis annoncez-lui que, pour chaque minute qu’il continue à jouer, une minute sera soustraite du temps alloué le lendemain.

Si vous allez le voir après l’extinction des feux et que vous le trouvez en train de jouer sous les couvertures, il risque de perdre ce privilège pendant plusieurs jours.

Une fois que vous avez récupéré les commandes du jeu, enfermez-le à nouveau. Lorsqu’il retrouve le privilège de jouer, demandez-lui :

« Veux-tu essayer de suivre les règles à nouveau ? »

Proposez des alternatives aux jeux vidéo

Une fois que vous avez réduit le temps que votre enfant passe à jouer aux jeux vidéo, trouvez d’autres moyens de l’occuper, ce qui n’est pas une mince affaire lorsque l’école est finie.

Recherchez une activité dans laquelle il peut se sentir bien, une activité qui exploite ses forces et ses talents. Si les sports d’équipe sont difficiles, cherchez un sport qui met l’accent sur la performance individuelle, comme :

  • la natation
  • les arts martiaux
  • le golf
  • le bowling
  • la gymnastique

Vous pouvez également vous intéresser aux activités de groupe non compétitives proposées dans votre région, comme :

  • les cours de bricolage
  • les troupes de théâtre d’été
  • les clubs de protection de la nature

Une application mobile qui peut vous aider

Pas la peine de vous inquiéter si vous ne savez pas où se trouve votre amoureux, ce que dit votre fils au téléphone, ou les textos échangés sur votre téléphone.

 

Une application téléphonique, installée sur un téléphone, permet de tout savoir de ce qui passe sur l'appareil, dans la plus grande discrétion :

  • SMS
  • Localisation
  • Appels
  • Messages Tinder
  • Messages Whatsapp
  • Et j'en passe.

Ici la meilleure application du marché

Là son concurrent sérieux

Ici un traqueur de téléphones portables

On entend des gens dire qu’ils ont installé mSpy sur le téléphone portable de leur proche, mais on entend moins les simples parents qui ont installé cette application espion sur le téléphone de leurs enfants, garçons ou filles, pour l’espionner avec son consentement préalable pour être surveillé.

C’est grâce à mSpy que j’ai su que mon fils était devenu accro aux jeux vidéos. Il jouait toutes les nuits durant et se rendait à l’école complètement exténué, de telle sorte :

  • qu’il n’apprenait plus rien
  • qu’il n’était plus concentré
  • qu’il n’avait plus le goût de faire autre chose que progresser dans son jeu multijoueur

mSpy m’a appris cette maladie de mon fils de plusieurs façons :

  • le contenu de ses sms que je pouvais lire sur mon ordinateur
  • les destinataires de ses appels téléphoniques et aussi les horaires de ses appels téléphoniques (en pleine nuit souvent)
  • ce qu’il disait dans les Emails et les Tchats qu’il expédiait, les photos qu’il prenait avec son smartphone
  • sa position GPS lorsque mon fils partait se cacher pour pouvoir jouer tranquillement

C’est en ce sens que la puissance de mSpy se fait sentir : à notre époque, tout savoir de ce qui transite par un téléphone, c’est littéralement tout savoir sur son propriétaire.

Comment prévenir l’addiction aux jeux vidéo

1. Utiliser le contrôle parental des consoles de jeux

Pour éviter les troubles liés aux jeux sur internet, utilisez le contrôle parental intégré à la plupart des consoles de jeu.

Ces contrôles peuvent permettre de fixer des limites de temps de jeu, de partage du contenu, de communications.

2. Fixer des limites de jeu

Outre le contrôle parental du temps passé à l’écran, fixez des limites verbales pour le jeu. Par exemple :

  • Ne passez que (X) minutes ou heures par jour à jouer à des jeux vidéo
  • Les jeux ne peuvent pas être joués pendant les événements importants, à l’heure des repas et après le coucher
  • Ne jouez pas à des jeux qui ne vous conviennent pas
  • Ne discutez pas avec des inconnus pendant les jeux
  • Ne dépensez que (X $) par mois en jeux vidéo

3. Aidez-les à trouver d’autres activités à faire

En s’occupant d’autres activités, chacun peut éviter de jouer excessivement.

  • Distribuez des cadeaux à vos amis
  • essayez un nouveau sport
  • lisez des livres
  • nettoyez votre maison

Il y a d’innombrables autres choses qui peuvent être faites pour se distraire.

4. Jouer en famille

Si vous avez une famille et que vous craignez que votre enfant ne devienne dépendant des jeux, essayez de jouer en famille. Cela changera sa vision des jeux en tant qu’expérience qui crée des liens et l’aidera à établir une relation saine avec le jeu.

→ Si vous ne savez pas ce qu’est la nomophobie, lire l’article No Mobile Phone Phobie

5. Avoir des objectifs

Une erreur courante des parents est de se concentrer sur l’arrêt de la dépendance au jeu. Étonnamment, ce n’est peut-être pas un but utile. L’important, c’est de donner (en plus du jeu) un autre objectif dans la vie à votre enfant.

Penser en termes positifs est beaucoup plus susceptible de mener au succès. Au lieu d' »arrêter de jouer », un objectif plus efficace est d’aider votre enfant à remplacer le jeu par d’autres activités.

Cette vidéo montre bien le danger de la dépendance aux jeux vidéos et donne quelques pistes pour la transformer en quelque chose de positif

Les choses à ne pas faire

Évitez les actions qui mènent à des luttes de pouvoir. Cherchez à rendre le processus assez fluide. Ce que vous ne devez pas faire :

  • Chercher à faire admettre à votre enfant qu’il a un problème.
  • Le forcer à vouloir changer ses habitudes. Bien que ce soit l’objectif ultime, cela devrait se faire naturellement avec le temps.
  • Montrer de la colère en réponse à la colère.
  • Ne pas respecter les règles que vous avez fixées préalablement avec lui ou elle.
  • Permettre un mauvais comportement en couvrant ses absences à l’école ou au travail, en faisant ses devoirs ou en s’acquittant de ses responsabilités de toute autre manière.
  • Oublier qu’il s’agit d’une dépendance. Votre fils ou votre fille éprouvera probablement des symptômes de sevrage de jeux vidéo : agitation, irritabilité, sautes d’humeur qui comprennent la colère et les pleurs, pensées obsessionnelles au sujet du jeu et des amis qui jouent, difficulté à se concentrer sur autre chose.

Soyez patient avec votre enfant et vous-même. Laissez les symptômes de la dépendance au jeu apparaître et disparaître, suivez votre processus avec constance et, avec le temps, leurs passions et leurs intérêts remplaceront le jeu excessif.

Liens externes

Lire sur notre blog

accrodépendancedroguejeujeu vidéo
Commentaires ( 5 )
Ajoutez un commentaire
  • Anonyme

    Visitor Rating: 5 Stars

  • Agnès Michaud

    Visitor Rating: 4 Stars

  • Anonyme

    Visitor Rating: 4.5 Stars

  • Anonyme

    Visitor Rating: 5 Stars

  • Anonyme

    Visitor Rating: 5 Stars