Faut-il censurer Google ?

Des multinationales peu soucieuses de notre intimité virtuelle

La Cour Européenne a annoncé qu’elle comptait obliger Facebook, Google+ et d’autres réseaux sociaux comme Twitter à se plier à la politique européenne de respect et de confidentialité des données personnelles des utilisateurs.

Selon la Cour Européenne, l’utilisateur de ces réseaux sociaux devrait pouvoir donner son désaccord pour l’utilisation de ses informations personnelles à des fins commerciales :

  • Notre âge
  • Nos identités
  • Nos photos
  • Nos géolocalisations
  • Notre religion
  • Toutes ces données qui sont contenues dans nos comptes en ligne
Nos données personnelles et confidentielles en ligne

Nos données personnelles et confidentielles en ligne

Cette « fronde » européenne pourrait-elle gagner les Etats-Unis et le monde entier ? Est-ce que, bientôt, tous ensemble, nous arriverons à obliger les multinationles à mieux respecter leurs clients ? Certains ont du mal à le croire, parce que d’une part une majorité d’utilisateurs n’a que faire de son identité numérique, et d’autre part les gens sont de plus en plus fatalistes.

Des associations de consommateurs

Pourtant, certains journaux et certains associations de consommateurs osent braver ces géants du web que sont Facebook, Google ou Twitter, par exemple l’association française UFC-QUE CHOISIR qui n’hésite pas à les menacer de les traîner en justice. Que veut-elle concrètement ? Tout simplement que ces trois réseaux sociaux rendent leurs conditions d’utilisations conformes aux libertés individuelles et au droit français.

Selon cette association, les réglementations de ces sites sont :

  • soit illisibles
  • soit incompréhensibles
  • soit difficiles à lire ou trop longues

Pour le droit à l’oubli

Google et la NSA américaine

Google et la NSA américaine

Google, de son côté, se bat sur un double terrain :

  1. D’une part cette société affirme que modifier les résultats de ses recherches serait une forme de censure contraire à l’esprit de liberté républicain
  2. D’autre part elle estime qu’elle n’est pas responsable de ce qui est écrit par ses utilisateurs
  3. Enfin, elle précise que son siège principal est situé aux Etats-Unis et que de ce fait, la législation européenne ne s’y applique pas.

Ce dernier point serait sur le point de tomber. Par contre, ce qui est sûr c’est que s’il y a procès, il promet d’être long. Et au final l’utilisateur que nous sommes sera-t-il gagnant ?

(Source)

Pour ou contre la liberté ?

Google n’aurait-il pas raison ?

Est-ce que censurer une partie des contenus liberticides d’internet ne serait pas une forme de censure, une sorte de « bien » qui ferait plus de mal que le « mal » lui-même ?

Quand on voit la censure pratiquée par exemple par le moteur de recherches Baidu en Chine, n’est-il pas préférable de laisser libre court à l’esprit de marché ?

Dans tous les cas, si vous avez peur que vos données personnelles soient piratées ou volées, pensez à installer cette application mobile sur votre téléphone portable : elle vous permet de les sauvegarder sur un serveur en ligne et de pouvoir les récupérer même si elles sont dérobées ou si votre smartphone est volé. Astuce bien pratique 😀

Pour aller plus loin

Mon article sur les bons et les mauvais hackers : sont-ils tous vraiment méchants ?

Trois flèches vers le bas

Ici la meilleure application de surveillance

3 garanties pour 1 logiciel :

10 jours de remboursement

Anonymat garanti

Support gratuit

=> Surveillance, monitoring et interception d’appels

Commentez ici :

Entrée suivante =>

Entrée précédente =>

Qui sommes-nous ?

Sandrine est la blogueuse responsable de ce blog. Préoccupée par la psychologie et les relations de couple, elle effectue une veille axée sur les relations sociales et la communication entre hommes et femmes.

Nathan intervient quant à lui sur les sujets techniques et les bouleversements opérés par l'arrivée des smartphones et des nouveaux moyens de communication dans notre société.

Qu’est-ce que BIBIspy ?

Logiciel de surveillance de smartphone : Définition ici

Share This