Lettre à mes copains d’enfance et mes meilleurs amis

Permettez-moi de commencer par énoncer une évidence : vous me manquez.

Nous sommes amis depuis 20, voire 30 ans, et bien que nous ayons vécu dans des villes différentes pendant la majeure partie de cette période, il y a encore des jours où vous me manquez tellement. La nostalgie douce-amère est si forte que je peux presque la goûter.

Il y a des jours où la nostalgie que je ressens pour vous et notre amitié est une douleur lourde et inébranlable, comme un muscle surmené après un cours de yoga éprouvant (si j’ai vraiment assisté à un cours de yoga). Et il y a des jours où une vague de nostalgie me prend par surprise avec une telle férocité que j’en suis presque renversé.

Pourtant, au fil des ans, nous avons (presque) appris à accepter la réalité actuelle de notre amitié – une réalité qui restera probablement inchangée dans un avenir proche.

  • Les SMS,
  • les emails,
  • les messages Facebook
  • et les (rares ?) appels téléphoniques occasionnels

…sont nos principaux modes de communication ces jours-ci, et je l’ai accepté bon gré mal gré. J’irais même jusqu’à dire que, la plupart du temps, je m’y suis habitué.

Mais si je l’ai accepté, cela ne veut pas dire que je ne souhaite pas que les choses soient différentes parfois, que nous vivions plus près, que nous nous voyions plus souvent, que nous ne soyons pas si occupés. Vous me manquez encore. Vous me manquerez toujours.

La façon dont les choses se passaient à l’époque me manque.

Je regrette le temps où passer du temps ensemble était aussi simple que de traverser le couloir ou de décrocher le téléphone pour dire :

« J’ai du vin et j’arrive » .

  • Je regrette les conversations qui s’étiraient paresseusement pendant des heures parce que nous n’avions nulle part où aller et rien à faire.
  • Je regrette la façon dont nous maîtrisions l’art du silence confortable.
  • Je regrette la façon dont nous nous empruntions des chaussures, du maquillage et des soutiens-gorge sans arrière-pensée.
  • Je m’ennuie de nos couchers sur un canapé-lit pour regarder 21 Jump Street.

Notre volonté d’être authentiques et réelles, d’être vues et connues me manque. Je regrette la façon dont nous partagions nos grands rêves, nos visions libérées des réalités telles que les enfants, le travail et les finances. La façon dont nous nous sentions chez nous quand nous étions ensemble me manque. Mais surtout, vous me manquez.

Au fil des ans, nous avons noué de nouvelles amitiés, des amitiés proches même, avec des voisins, des collègues de travail et d’autres parents : Des amitiés qui se forment, se nourrissent et se maintiennent grâce à des interactions constantes, des activités partagées et des objectifs communs.

Je suis reconnaissante à ces nouveaux amis. Nous avons besoin d’eux pour combler les espaces vides et ouverts. Nous avons besoin d’eux pour nous aider à nous débarrasser des ombres de notre passé. Nous avons besoin d’eux pour nous sentir un peu moins seuls. Mais ces nouveaux amis ne sont pas vous.

La vie va si vite ces derniers temps, trop vite parfois.

  • Les jours, les semaines et les mois sont pris par les leçons de piano et les matchs de football,
  • les conférences téléphoniques et les échéances professionnelles,
  • la préparation des repas de l’école et la participation à un million de fêtes d’anniversaire,
  • et avant même que je m’en rende compte, les années se sont envolées.

Mais lorsque nous sommes ensemble, que ce soit pour quelques heures un dimanche après-midi ou pour un déjeuner rapide en milieu de semaine alors que vous êtes en ville pour un voyage d’affaires ou peut-être même pour un long week-end entre filles, le temps semble s’arrêter, ou du moins ralentir, ne serait-ce que pour ces quelques heures ou ces quelques jours.

Pas la peine de vous inquiéter si vous ne savez pas où se trouve votre amoureux, ce que dit votre fils au téléphone, ou les textos échangés sur votre téléphone.

 

Une application téléphonique, installée sur un téléphone, permet de tout savoir de ce qui passe sur l'appareil, dans la plus grande discrétion :

  • SMS
  • Localisation
  • Appels
  • Messages Tinder
  • Messages Whatsapp
  • Et j'en passe.

Ici la meilleure application du marché

Là son concurrent sérieux

Ici un traqueur de téléphones portables

Même si nous passons des jours, des semaines, des mois, voire des années sans avoir de conversation en face à face, notre amitié subsistant grâce à des SMS, des emails et des mises à jour de statuts Facebook, et lorsque nous nous retrouvons, c’est comme si nous étions à nouveau assis sur ce vieux canapé miteux de notre appartement d’étudiant.

Même si nos conversations peuvent désormais inclure des nouvelles de nos enfants et de nos conjoints, plutôt qu’un récapitulatif des manigances de la nuit précédente, la familiarité et l’authenticité demeurent, notre volonté d’être vus et connus persiste, l’amitié se sent toujours comme à la maison.

Derrière les murs de la nostalgie se cachent les poutres d’acier d’une histoire commune

Sous les années de séparation se trouvent des fondations solides bâties sur des décennies d’amitié.

Nous sommes capables de revenir dans ces pièces vides laissées par le temps et de les remplir de mots, d’étreintes et de rires comme s’il n’y avait pas eu de temps perdu du tout.

Avec en toile de fond notre jeunesse commune, nous sommes en mesure de combler les différences de nos vies d’adultes.

  • Nous pouvons être des parents qui travaillent ou des parents au foyer.
  • Certains d’entre nous peuvent pencher politiquement à gauche, d’autres à droite.
  • Nous vivons peut-être dans des régions différentes du pays, dans des banlieues, des campagnes ou des villes.

Sur le papier, les différences entre nous (ainsi que les personnes que nous étions à l’époque) peuvent sembler plus nombreuses que les similitudes, mais les différences ne semblent pas avoir d’importance parce que l’amitié est plus profonde, les fils de notre passé commun sont plus forts.

10 conseils pour être honnête avec vos amis

Nous nous retrouvons donc quand nous le pouvons, ce qui, bien sûr, n’est jamais assez fréquent.

  • Lorsque nous le faisons, nous prenons des nouvelles de nos familles, de nos emplois et des événements quotidiens de nos vies.
  • Nous parlons de la façon dont nos vies sont si différentes de celles d’autrefois et de la façon dont nous avons changé.
  • Nous passons des heures à nous remémorer des souvenirs, à dire « Tu te souviens quand… » et à rire jusqu’à ce que les larmes coulent sur nos joues et que nous soyons à deux doigts de faire pipi dans nos pantalons.
  • Nous parlons de choses difficiles qui semblaient impossibles à l’époque, comme le cancer, les difficultés du mariage et le vieillissement des parents, des conversations rendues plus faciles par les yeux accueillants et le cœur ouvert d’un véritable ami.

Et lorsque notre trop court rendez-vous est terminé, nous nous embrassons, nous nous disons « je t’aime » et nous prévoyons la prochaine fois que nous nous verrons.

Puis nous retournons à nos vies quotidiennes respectives.

  • Nous concentrons notre attention sur nos conjoints et nos enfants, nos familles et nos amis proches.
  • Nous nous envoyons des emails et nous nous appelons de temps en temps.
  • Nous postons des photos sur Facebook et nous nous envoyons des messages.
  • Nos journées sont rythmées par les leçons de piano et les matchs de football, les conférences téléphoniques et les échéances professionnelles, les déjeuners à l’école et les fêtes d’anniversaire.

Malgré tout, nous nous manquons l’un à l’autre, jusqu’à la prochaine fois, où le temps qui nous sépare s’estompera, où nous nous parlerons et rirons comme si nous nous étions vus hier, et où le temps s’arrêtera pour un petit moment.

Jusqu’à la prochaine fois…

Avoir des rapports amoureux avec un ami : Platonique ou pas ?

amiamitiéenfancenostalgie