Les portables et le risque de cancer

Pourquoi s’inquiète-t-on du fait que les portables puissent causer le cancer ?

Il y a 2 raisons principales pour lesquelles les gens craignent que les téléphones portables (ou mobiles) puissent être à l’origine de certains types de cancer ou d’autres problèmes de santé :

  1. Les portables émettent des radiations (sous forme de radiofréquences ou d’ondes radio) et leur utilisation est très répandue. Même une faible augmentation du risque de cancer lié aux portables serait préoccupante compte tenu du nombre de personnes qui les utilisent.
  2. Les cancers du cerveau et du système nerveux central sont particulièrement préoccupants parce que les portables sont utilisés près de la tête et que les rayonnements ionisants – une forme de rayonnement à plus haute énergie que celle émise par les portables – se sont révélés être à l’origine de certains cancers du cerveau. De nombreux types d’études ont été menés pour tenter de déterminer si l’utilisation des portables est dangereuse pour la santé humaine.

Les données disponibles à ce jour suggèrent que l’utilisation d’un portable ne provoque pas de cancer du cerveau ou d’autres types de cancer chez l’homme…

Les radiations émises par les portables sont-elles nocives ?

Les portables émettent des rayonnements dans la région des radiofréquences du spectre électromagnétique.

Les portables de deuxième, troisième et quatrième génération (2G, 3G, 4G) émettent des radiofréquences dans la gamme de fréquences de 0,7 à 2,7 GHz. Les portables de cinquième génération (5G) devraient utiliser le spectre de fréquences jusqu’à 80 GHz.

Ces fréquences se situent toutes dans la partie non ionisante du spectre, c’est-à-dire à basse fréquence et à faible énergie. L’énergie est trop faible pour endommager l’ADN. En revanche, les rayonnements ionisants, qui comprennent les rayons X, le radon et les rayons cosmiques, sont à haute fréquence et à haute énergie. L’énergie des rayonnements ionisants peut endommager l’ADN. Les dommages causés à l’ADN peuvent entraîner des modifications des gènes susceptibles d’augmenter le risque de cancer.

Le corps humain absorbe l’énergie des appareils qui émettent des rayonnements de radiofréquence.

Le seul effet biologique de l’absorption des radiofréquences chez l’homme qui soit reconnu de manière cohérente et auquel le grand public pourrait être confronté est l’échauffement de la zone du corps où un portable est tenu (par exemple, l’oreille et la tête). Mais cet échauffement n’est pas suffisant pour augmenter de manière mesurable la température centrale du corps. Il n’y a pas d’autres effets dangereux clairement établis sur le corps humain dus aux rayonnements de radiofréquence.

L’incidence des cancers du cerveau et du système nerveux central a-t-elle changé pendant la période où l’utilisation des portables a augmenté ?

Non. Des chercheurs ont étudié si l’incidence des cancers du cerveau ou d’autres cancers du système nerveux central (c’est-à-dire le nombre de nouveaux cas de ces cancers diagnostiqués chaque année) a changé pendant la période où l’utilisation des portables a augmenté de façon spectaculaire. Ces études ont révélé :

  • des taux d’incidence stables pour les gliomes de l’adulte aux États-Unis (1), dans les pays nordiques (2) et en Australie (3) au cours des dernières décennies.
  • des taux d’incidence stables pour les tumeurs cérébrales pédiatriques aux États-Unis entre 1993 et 2013 (4)
  • des taux d’incidence stables pour le neurinome acoustique (5), qui est une tumeur non maligne, et le méningiome (6), qui est généralement non malin, chez les adultes américains depuis 2009.

2 sources :

Des études utilisant des données sur l’incidence du cancer ont testé différents scénarios (simulations) pour déterminer si les tendances de l’incidence correspondaient à différents niveaux de risque, comme l’ont montré des études sur l’utilisation des portables et les tumeurs cérébrales entre 1979 et 2008. Ces simulations ont montré que de nombreuses modifications du risque signalées dans les études cas-témoins ne correspondaient pas aux données d’incidence, ce qui implique que des biais et des erreurs dans l’étude ont pu fausser les résultats.

Étant donné que ces études examinent les tendances de l’incidence du cancer au fil du temps dans les populations plutôt que de comparer le risque chez les personnes qui utilisent et n’utilisent pas de portables, leur capacité à observer d’éventuelles petites différences de risque chez les gros utilisateurs ou les populations sensibles est limitée.

Comment l’exposition aux radiofréquences est-elle mesurée dans les études portant sur des groupes de personnes ?

Les études épidémiologiques utilisent des informations provenant de plusieurs sources, notamment des questionnaires et des données fournies par les fournisseurs de services de téléphonie mobile, pour estimer l’exposition au rayonnement des radiofréquences dans des groupes de personnes. Il n’est pas encore possible d’effectuer des mesures directes en dehors d’un laboratoire.

Les estimations issues des études recensées à ce jour tiennent compte des éléments suivants :

  1. La régularité avec laquelle les participants à l’étude utilisent les portables (le nombre d’appels par semaine ou par mois).
  2. L’âge et l’année où les participants à l’étude ont utilisé un portable pour la première fois, ainsi que l’âge et l’année de la dernière utilisation (ce qui permet de calculer la durée d’utilisation et le temps écoulé depuis le début de l’utilisation).
  3. Le nombre moyen d’appels par téléphone portable par jour, semaine ou mois (fréquence)
  4. La durée moyenne d’un appel typique par portable
  5. Le nombre total d’heures d’utilisation au cours de la vie, calculé à partir de la durée des appels typiques, de la fréquence d’utilisation et de la durée d’utilisation.

Qu’est-ce que la recherche a montré sur le lien entre l’utilisation du portable et le risque de cancer ?

Les chercheurs ont mené plusieurs types d’études sur la population afin d’examiner la possibilité d’un lien entre l’utilisation du portable et le risque de tumeurs, qu’elles soient malignes (cancéreuses) ou non malignes (non cancéreuses).

Les études épidémiologiques (également appelées études d’observation) sont des études de recherche dans lesquelles les chercheurs observent des groupes d’individus (populations) et recueillent des informations à leur sujet, mais n’essaient pas de changer quoi que ce soit à propos de ces groupes.

Dans une étude, un grand groupe de personnes qui n’ont pas de cancer au début de l’étude est suivi dans le temps et l’on compare le développement de tumeurs chez les personnes qui ont utilisé un portable et celles qui ne l’ont pas utilisé. Les études de cohorte sont limitées par le fait qu’elles ne peuvent porter que sur les abonnés au téléphone portable, qui ne sont pas nécessairement les utilisateurs du portable.

Les tumeurs qui ont fait l’objet d’études épidémiologiques comprennent les tumeurs cérébrales malignes, telles que les gliomes, ainsi que les tumeurs non malignes, telles que les neurinomes acoustiques (tumeurs des cellules du nerf responsable de l’audition, également connues sous le nom de schwannomes vestibulaires), les méningiomes (tumeurs généralement non malignes des membranes qui recouvrent et protègent le cerveau et la moelle épinière), les tumeurs de la glande parotide (tumeurs des glandes salivaires), les cancers de la peau et les tumeurs de la glande thyroïde.

Les résultats de ces études sont mitigés, mais dans l’ensemble, ils ne montrent pas d’association entre l’utilisation du portable et le cancer.

 

Étude d’un million de femmes

Comment l’étude a-t-elle été réalisée ? Cette étude prospective menée au Royaume-Uni a utilisé des données obtenues à partir de questionnaires remplis par les participantes à l’étude.

Ce que l’étude a montré : L’utilisation autodéclarée du portable n’était pas associée à un risque accru de gliome, de méningiome ou de tumeur du système nerveux non central. Bien que les premiers résultats publiés aient fait état d’une association avec un risque accru de neurinome acoustique (21), celle-ci n’a pas été observée lors des années supplémentaires de suivi de la cohorte.

Étude sur les téléphones mobiles et la santé (COSMOS)

Comment l’étude a été réalisée : Cette vaste étude de cohorte prospective menée au Danemark, en Finlande, en Suède, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni a utilisé des données sur la santé, le mode de vie et l’utilisation actuelle et passée du portable obtenues à partir d’un questionnaire rempli par les participants lorsqu’ils ont rejoint l’étude. Ces informations ont été complétées par des données sur l’apparition de cancers obtenues par couplage avec les registres nationaux du cancer et les relevés de téléphones portables obtenus auprès des opérateurs de réseaux mobiles.

Ce que l’étude a montré : Parmi les 264 574 participants ayant bénéficié d’un suivi médian d’un peu plus de 7 ans, le temps d’appel cumulé des téléphones portables n’était pas associé au risque de développer un gliome, un méningiome ou un neurinome de l’acoustique. Aucune association avec le risque de cancer n’a été observée chez les plus gros utilisateurs de téléphones portables ou chez ceux qui utilisaient ce type de téléphone depuis le plus longtemps (15 ans ou plus).

Autres études épidémiologiques

L’étude CERENAT, une autre étude cas-témoins menée dans plusieurs régions de France entre 2004 et 2006, a utilisé des données recueillies lors d’entretiens en face-à-face à l’aide de questionnaires standardisés.

Cette étude n’a trouvé aucune association pour les gliomes ou les méningiomes en comparant les adultes qui étaient des utilisateurs réguliers de portables à ceux qui n’en utilisaient pas. Mais les utilisateurs les plus intensifs présentaient un risque significativement accru de gliomes et de méningiomes.

Mobile phone use and brain tumours in the CERENAT case-control study

  1. Une analyse groupée de deux études cas-témoins menées en Suède a fait état de tendances statistiquement significatives à l’augmentation du risque de cancer du cerveau en fonction de la quantité totale d’utilisation du portable et du nombre d’années d’utilisation chez les personnes ayant commencé à utiliser un portable avant l’âge de 20 ans.
  2. Une autre étude cas-témoins réalisée en Suède, dans le cadre des études groupées Interphone, n’a pas mis en évidence de risque accru de cancer du cerveau chez les utilisateurs de longue date de portables âgés de 20 à 69 ans.
  3. L’étude CEFALO, une étude cas-témoins internationale portant sur des enfants chez qui un cancer du cerveau a été diagnostiqué entre l’âge de 7 et 19 ans, n’a établi aucun lien entre l’utilisation du portable et le risque de cancer du cerveau.
  4. L’étude MOBI-Kids, une vaste étude cas-témoins internationale portant sur des jeunes âgés de 10 à 24 ans chez qui on a diagnostiqué une tumeur cérébrale, n’a trouvé aucune preuve d’un lien entre l’utilisation du téléphone sans fil et le risque de tumeur cérébrale
  5. Une étude cas-témoins en population menée dans le Connecticut n’a trouvé aucune association entre l’utilisation du portable et le risque de cancer de la thyroïde.

Quels sont les résultats des études sur le corps humain ?

Les chercheurs ont mené plusieurs types d’études pour étudier les effets possibles de l’utilisation du portable sur le corps humain. En 2011, deux petites études ont été publiées qui examinaient le métabolisme du glucose dans le cerveau chez des personnes après qu’elles aient utilisé un téléphone portable.

Pas la peine de vous inquiéter si vous ne savez pas où se trouve votre amoureux, ce que dit votre fils au téléphone, ou les textos échangés sur votre téléphone.

 

Une application téléphonique, installée sur un téléphone, permet de tout savoir de ce qui passe sur l'appareil, dans la plus grande discrétion :

  • SMS
  • Localisation
  • Appels
  • Messages Tinder
  • Messages Whatsapp
  • Et j'en passe.

Ici la meilleure application du marché

Là son concurrent sérieux

Ici un traqueur de téléphones portables

Les résultats n’étaient pas cohérents.

  • Une étude a montré une augmentation du métabolisme du glucose dans la région du cerveau proche de l’antenne par rapport aux tissus situés du côté opposé du cerveau
  • l’autre étude a montré une réduction du métabolisme du glucose du côté du cerveau où le téléphone a été utilisé.

Une autre étude a examiné le flux sanguin dans le cerveau de personnes exposées aux radiofréquences des portables et n’a trouvé aucune preuve d’un effet sur le flux sanguin dans le cerveau.

Quelles sont les conclusions des expériences menées sur des animaux de laboratoire ?

Les premières études menées sur des animaux de laboratoire n’ont pas montré que les radiofréquences augmentaient le risque de cancer ou renforçaient les effets cancérigènes de substances chimiques cancérigènes connues.

Puis les rongeurs ont été exposés à des rayonnements de 3, 6 ou 9 watts par kilogramme de poids corporel pendant 5 ou 7 jours par semaine, 18 heures par jour, avec des cycles de 10 minutes de marche et de 10 minutes d’arrêt. Une présentation des études sur les rongeurs, avec des liens vers le résumé examiné par les pairs, est disponible sur le site web du NTP. Les principaux résultats observés sont un petit nombre de cancers des cellules de Schwann dans le cœur et des changements non cancéreux (hyperplasie) dans les mêmes tissus pour les rats mâles, mais pas pour les rats femelles, ni pour l’ensemble des souris.

Ces résultats expérimentaux soulèvent de nouvelles questions car les cancers du cœur sont extrêmement rares chez l’homme. Les cellules de Schwann du cœur chez les rongeurs sont semblables au même ordre d’idées que les cellules humaines qui donnent naissance aux neurinomes acoustiques (également connus sous le nom de schwannomes vestibulaires), dont certaines études ont suggéré qu’ils étaient plus nombreux chez les personnes qui déclaraient utiliser le plus souvent des téléphones portables. Le NTP prévoit de continuer à étudier l’exposition aux radiofréquences dans des modèles animaux afin de mieux comprendre les changements biologiques qui pourraient expliquer les résultats observés dans son étude.

Une autre étude animale, dans laquelle des rats ont été exposés 7 jours par semaine pendant 19 heures par jour à des rayonnements de radiofréquence de 0,001, 0,03 et 0,1 watts par kilogramme de poids corporel, a été rapportée par des chercheurs de l’Institut italien Ramazzini. Parmi les rats soumis aux niveaux d’exposition les plus élevés, les chercheurs ont noté une augmentation des schwannomes cardiaques chez les rats mâles et une croissance non maligne des cellules de Schwann dans le cœur chez les rats mâles et femelles. Mais des détails clés nécessaires à l’interprétation des résultats manquaient : les méthodes d’exposition, d’autres procédures opérationnelles standard et les aspects nutritionnels/alimentaires. Les lacunes du rapport de l’étude soulèvent des questions qui n’ont pas été résolues.

Pourquoi les résultats des différentes études sur l’utilisation du portable et le risque de cancer sont-ils contradictoires ?

Quelques études ont mis en évidence une association statistique entre l’utilisation du portable et le risque de tumeur cérébrale chez l’homme, mais la plupart des études n’ont trouvé aucune association. Les raisons de ces divergences sont notamment les suivantes :

  1. Le biais de rappel, qui peut se produire lorsque des données sur les habitudes et les expositions antérieures sont recueillies auprès des participants à l’étude à l’aide de questionnaires administrés après le diagnostic d’une maladie chez certains d’entre eux. Les participants à l’étude atteints de tumeurs cérébrales, par exemple, peuvent se souvenir de leur utilisation du portable différemment des personnes qui n’ont pas de tumeur cérébrale.
  2. La déclaration inexacte, qui peut se produire lorsque les gens disent que quelque chose s’est produit plus souvent ou moins souvent qu’il ne s’est produit en réalité. Par exemple, les personnes peuvent ne pas se souvenir de la fréquence d’utilisation de leur portable au cours d’une période donnée.
  3. Morbidité et mortalité parmi les participants à l’étude atteints d’un cancer du cerveau. Les gliomes sont particulièrement difficiles à étudier en raison de leur taux de mortalité élevé et de la courte durée de survie des personnes qui développent ces tumeurs. Les patients qui survivent au traitement initial sont souvent affaiblis, ce qui peut affecter leurs réponses aux questions.
  4. Le biais de participation, qui peut se produire lorsque les personnes chez qui on a diagnostiqué une tumeur cérébrale sont plus susceptibles que les personnes en bonne santé (appelées « autoritaires ») de s’inscrire à une étude de recherche.
    L’évolution de la technologie.
  5. Les études plus anciennes évaluaient l’exposition aux rayonnements de radiofréquence émis par les portables analogiques. Aujourd’hui, les portables utilisent la technologie numérique, qui fonctionne à une fréquence différente et à un niveau de puissance inférieur à celui des téléphones analogiques, et la technologie cellulaire continue d’évoluer.
  6. Limites de l’évaluation de l’exposition. Les études mesurent l’exposition différemment, ce qui rend difficile la comparaison de leurs résultats.
  7. Suivi insuffisant des populations fortement exposées. L’apparition de symptômes après une exposition aux radiofréquences peut prendre beaucoup de temps, et les études actuelles n’ont peut-être pas encore suivi les participants suffisamment longtemps.
  8. Une puissance statistique et des méthodes inadéquates pour détecter des risques très faibles ou des risques qui affectent spécifiquement de petits sous-groupes de personnes.

Le hasard comme explication des effets apparents n’a peut-être pas été pris en compte

Quels sont les autres effets possibles de l’utilisation des portables sur la santé ?

Le risque sanitaire le plus constant associé à l’utilisation du portable est la distraction au volant et les accidents de la route.

Plusieurs autres effets potentiels sur la santé ont été signalés en relation avec l’utilisation du portable. Les effets neurologiques sont particulièrement préoccupants chez les jeunes. Mais les études sur la mémoire, l’apprentissage et les fonctions cognitives ont généralement donné des résultats contradictoires.

Conclusion

Finalement, l’étude du risque de cancer du cerveau associé à l’utilisation des portables pose des problèmes de recherche complexes.

Il n’est pas certain à l’heure actuelle que les ondes RF (radiofréquences) des téléphones portables aient des effets dangereux sur la santé, mais les études en cours devraient permettre de se faire une idée plus précise des effets possibles sur la santé à l’avenir.

En 2015, le Comité scientifique de la Commission européenne sur les risques sanitaires émergents et nouveaux a conclu que, dans l’ensemble, les études épidémiologiques sur l’exposition aux rayonnements électromagnétiques de radiofréquence des portables ne montrent pas de risque accru de tumeurs cérébrales ou d’autres cancers de la région de la tête et du cou. Le comité a également énoncé que les études épidémiologiques n’indiquent pas de risque accru pour d’autres maladies malignes, y compris le cancer de l’enfant.

Jusqu’à présent, les données issues des études sur les enfants atteints de cancer ne suggèrent pas que les enfants courent un risque accru de développer un cancer à cause de l’utilisation du portable. La première analyse publiée provient d’une vaste étude cas-témoins appelée CEFALO, menée en Europe. L’étude a porté sur 352 enfants âgés de 7 à 19 ans chez qui une tumeur cérébrale a été diagnostiquée entre 2004 et 2008. Ils ont été appariés selon l’âge, le sexe et la région géographique avec 646 jeunes sélectionnés au hasard dans des registres de population. Les chercheurs n’ont pas trouvé d’association entre l’utilisation du portable et le risque de tumeur cérébrale en fonction de la quantité d’utilisation ou de la localisation de la tumeur.

Où puis-je trouver plus d’informations sur les rayonnements de radiofréquences émis par mon portable ?

La dose d’énergie que les personnes absorbent à partir de n’importe quelle source de rayonnement est estimée à l’aide d’une mesure appelée débit d’absorption spécifique (DAS), qui est exprimée en watts par kilogramme de poids corporel.

Le DAS diminue très rapidement à mesure que la distance par rapport à la source d’exposition augmente. Pour les utilisateurs de portables qui tiennent leur téléphone près de leur tête pendant les appels vocaux, l’exposition la plus élevée concerne le cerveau, le nerf acoustique, la glande salivaire et la thyroïde.

La FCC fournit des informations sur le DAS des portables produits et commercialisés au cours des 1 à 2 dernières années. Les consommateurs peuvent accéder à ces informations en utilisant le numéro d’identification FCC du téléphone, qui se trouve généralement sur le boîtier du téléphone, et le formulaire de recherche d’identification de la FCC. Les SAR pour les téléphones plus anciens peuvent être trouvés en vérifiant les paramètres du téléphone ou en contactant le fabricant.

Que peuvent faire les utilisateurs de portables pour réduire leur exposition aux radiofréquences ?

Réduisez le temps passé à utiliser votre portable.

  1. Utilisez le mode haut-parleur, les écouteurs ou les oreillettes afin de placer une plus grande distance entre votre tête et le portable.
  2. Évitez de téléphoner lorsque le signal est faible, car les portables augmentent alors la puissance d’émission des radiofréquences.
  3. Envisagez d’envoyer des SMS plutôt que de parler, mais n’envoyez pas de SMS en conduisant.

L’utilisation d’oreillettes avec ou sans fil réduit l’exposition de la tête aux radiofréquences, car le téléphone n’est pas placé contre la tête. L’exposition diminue considérablement lorsque les portables sont utilisés en mode mains libres. Par exemple, les dispositifs sans fil (Bluetooth) (tels que les écouteurs et les oreillettes) utilisent des signaux à courte portée qui transmettent généralement des ondes de radiofréquence à des niveaux de puissance 10 à 400 fois inférieurs à ceux des téléphones portables.

Références avec leurs liens URL

  1. Inskip PD, Hoover RN, Devesa SS. Tendances de l’incidence du cancer du cerveau en relation avec l’utilisation des téléphones cellulaires aux États-Unis. Neuro-Oncology 2010; 12(11):1147–1151. https://www.emf-portal.org/en/article/18462
  2. Deltour I, Johansen C, Auvinen A, et al. Tendances temporelles des taux d’incidence des tumeurs cérébrales au Danemark, en Finlande, en Norvège et en Suède, 1974–2003. Journal of the National Cancer Institute 2009; 101(24):1721–1724. https://www.bmj.com/content/343/bmj.d6387
  3. Karipidis K, Elwood M, Benke G, et al. Utilisation du téléphone mobile et incidence des types histologiques de tumeurs cérébrales, classement ou localisation anatomique: une étude écologique basée sur la population. BMJ Open 2018; 8(12) Résumé PubMed
  4. Withrow DR, Berrington de Gonzalez A, Lam CJ, Warren KE, Shiels MS. Tendances de l’incidence des tumeurs du système nerveux central pédiatrique aux États-Unis, 1998–2013. Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention 2019; 28(3):522–530. Résumé PubMed
  5. Kshettry VR, Hsieh JK, Ostrom QT, Kruchko C, Barnholtz-Sloan JS. Incidence des schwannomes vestibulaires aux États-Unis. Journal of Neuro-oncology 2015; 124(2):223–228. Résumé PubMed
  6. Lin DD, Lin JL, Deng XY, et al. Tendances de l’incidence des méningiomes intracrâniens aux États-Unis, 2004–2015. Cancer Medicine 2019; 8(14):6458–6467. Résumé PubMed
  7. Deltour I, Auvinen A, Feychting M, et al. Utilisation du téléphone mobile et incidence des gliomes dans les pays nordiques 1979–2008: vérification de la cohérence. Epidemiology 2012; 23(2):301–307. Résumé PubMed
  8. Little MP, Rajaraman P, Curtis RE, et al. Utilisation du téléphone mobile et risque de gliome: comparaison des résultats d’études épidémiologiques avec les tendances d’incidence aux États-Unis. British Medical Journal 2012; 344 Résumé PubMed
  9. SCENIHR. 2015. Comité scientifique sur les risques sanitaires émergents et récemment identifiés: Effets potentiels sur la santé de l’exposition aux champs électromagnétiques (CEM): Rapport SCENIHR
  10. Röösli M, Lagorio S, Schoemaker MJ, Schüz J, Feychting M. Tumeurs cérébrales et des glandes salivaires et utilisation du téléphone mobile: évaluation des preuves issues de divers types d’études épidémiologiques. Annual Review of Public Health 2019; 40:221–238. Résumé PubMed
dangermaladietéléphone