Abus de substances chez les enfants – Prévision, protection et prévention

Les facteurs qui contribuent à l’émergence de l’abus de substances dans la population pédiatrique sont multifactoriels.

  • Les facteurs comportementaux,
  • émotionnels
  • et environnementaux

…qui exposent les enfants au risque de développer un abus de substances peuvent être corrigés par des programmes de prévention et d’intervention fondés sur la recherche, complets, culturellement pertinents, sur l’apprentissage des techniques de résistance sociale et sur l’éducation normative dans un format d’apprentissage actif en milieu scolaire.

Les effets directs et indirects de l’alcool et des autres drogues sur les enfants

LES EFFETS DIRECTS et indirects de l’alcool et des autres drogues sur les enfants entraînent de nombreux risques pour la santé et la sécurité de l’enfant, de la famille et de la communauté.

La compréhension des facteurs de risque et de protection susceptibles d’influer sur le développement de l’abus de substances est une première étape dans l’amélioration du problème de la consommation de drogues dans la population pédiatrique.

Plus un enfant commence jeune à consommer de l’alcool et d’autres drogues, plus il risque d’avoir des conséquences graves sur sa santé et d’abuser de substances à l’âge adulte. Les décès, accidentels ou intentionnels, associés à la consommation de drogues et d’alcool chez les adolescents représentent l’une des principales causes de décès évitables pour la population âgée de 15 à 24 ans (source).

La consommation d’alcool et d’autres drogues chez les adolescents entraîne un risque plus élevé d’échec scolaire, de délinquance, de grossesse chez les adolescentes et de dépression. L’exposition passive accidentelle à des drogues chez les nourrissons et les jeunes enfants a entraîné de multiples complications médicales, notamment des maladies respiratoires, des convulsions, une altération de l’état mental et la mort.

La consommation de drogues illicites est associée à un risque accru de contracter le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). La forte augmentation de l’infection pédiatrique par le VIH entre 1985 et 1990 a coïncidé avec l’épidémie de crack aux Etats-Unis.

Même en l’absence d’antécédents de consommation de drogues par voie intraveineuse, un mode de vie marqué par l’abus d’alcool et de drogues expose l’auteur de l’abus, ses partenaires et les enfants à naître à un risque d’infection par le VIH en raison :
  • de l’altération du jugement,
  • de la réduction des inhibitions
  • et des rapports sexuels avec de la drogue.

Les prestataires de soins pédiatriques sont souvent appelés à conseiller les parents, les écoles et la communauté sur des sujets liés à la consommation d’alcool et d’autres drogues. À ce titre, il est extrêmement important de connaître les programmes de prévention de l’alcoolisme et de la toxicomanie disponibles et l’efficacité des recherches effectuées à ce sujet.

  • Certains des programmes les plus répandus n’ont apporté que des améliorations modestes, voire aucune amélioration significative des habitudes de consommation de drogues, mais, grâce à un marketing sophistiqué, ils ont été mis en œuvre dans de nombreux districts scolaires.
  • De nombreux programmes de prévention destinés aux enfants d’âge préscolaire n’ont fait l’objet que de peu de recherches prospectives aléatoires visant à documenter leur efficacité.

Les approches proactives des prestataires de soins pédiatriques visant à recommander l’utilisation de programmes de prévention universels, sélectifs et ciblés efficaces et validés aideront les responsables de la communauté, de la santé publique et des écoles dans leurs décisions de sélection et de mise en œuvre des programmes de prévention.

Tendances de la consommation de drogues

La tendance de la consommation de drogues dérivée de l’analyse de la 10e enquête annuelle menée auprès de 147077 élèves par le National Parents’ Resource Institute for Drug Education pour l’année scolaire 1996-1997 a montré une augmentation de la consommation mensuelle de marijuana, de cocaïne, de stimulants, de sédatifs, d’hallucinogènes et d’héroïne chez les élèves de la sixième à la huitième année par rapport à l’année scolaire précédente (source : Most reported substance use among adolescents held steady in 2022).

En revanche, la consommation de drogues chez les élèves du secondaire n’a pas augmenté, pour la première fois depuis l’année scolaire 1991-1992. Les données les plus récentes de la 23e enquête nationale de l’étude Monitoring the Future de l’Université du Michigan ont également montré que, bien que la consommation de marijuana continue d’augmenter chez les adolescents plus âgés, la consommation d’autres drogues illicites a commencé à se stabiliser.

Bien que la consommation de drogues illicites se soit stabilisée dans une partie de la population adolescente pour la première fois depuis le début des années 1990, la rechute de l’épidémie de drogue dans les années 1990 nous a appris que la consommation de drogue chez les enfants est un problème persistant et récurrent, qui nécessite une attention constante et ininterrompue. Il s’agit d’un problème à long terme, ce qui signifie que nous devons institutionnaliser les efforts de prévention.

L’importance de cette consommation précoce réside dans le fait qu’elle place l’enfant sur une trajectoire délétère en vue d’une consommation future de drogues. Si un enfant fume du tabac ou boit de l’alcool, il est 65 fois plus susceptible de consommer de la marijuana qu’un enfant qui n’a jamais fumé ou bu. Les enfants qui ont consommé de la marijuana sont 104 fois plus susceptibles de consommer de la cocaïne que leurs pairs qui n’ont jamais consommé de marijuana.

Facteurs de risque prédictifs

La dépendance se développe à partir d’une interaction complexe entre l’individu, l’agent (drogues et alcool) et l’environnement.

Le début de la première consommation de drogue est déterminé par des interactions entre des facteurs sociaux, cognitifs, culturels, attitudinaux, de personnalité et de développement.

Les premières influences à fumer, boire de l’alcool ou consommer des drogues peuvent provenir de la famille. Les facteurs liés à la consommation de drogues pendant l’adolescence comprennent :

  1. une mauvaise image de soi,
  2. une faible religiosité,
  3. de mauvais résultats scolaires,
  4. le rejet des parents,
  5. les dysfonctionnements familiaux,
  6. la maltraitance,
  7. un contrôle insuffisant ou excessif de la part des parents
  8. et le divorce.

Comportement, affect et tempérament

Les facteurs de risque pour le développement des troubles extériorisés sont présents dans les années préscolaires.

Le développement du trouble des conduites, du trouble oppositionnel avec provocation et du trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité (TDAH) dans les années préscolaires est continu tout au long des stades de développement de l’enfant. Ces troubles peuvent se manifester initialement par des problèmes de comportement relativement légers et évoluer vers des symptômes graves tels que le vol, l’agression et l’abus de substances.

Les troubles du tempérament peuvent exacerber les comportements problématiques de l’enfance et entraîner un attachement insécurisant avec la personne qui s’occupe principalement de l’enfant. Un tempérament difficile, caractérisé par l’humeur, la négativité, le manque de respect et la provocation, peut conduire l’enfant à être critiqué et ostracisé par ses parents. Les interactions parent-enfant qui en résultent peuvent conduire à un modèle parental coercitif, souvent présent dans les familles dont les enfants souffrent de toxicomanie et de délinquance.

L’hyperactivité pendant l’enfance entraîne un risque plus élevé de développement ultérieur de l’alcoolisme et de la toxicomanie à l’âge adulte.

Une étude prospective de grande envergure portant sur des sujets afro-américains a montré qu’un niveau d’activité élevé pendant la petite enfance permettait de prédire l’abus ultérieur de substances chez les deux sexes.

Il a été rapporté que l’agression pendant l’enfance expose l’enfant à un risque d’abus de substances à l’adolescence. Une forte recherche de nouveauté et un faible niveau d’évitement des dommages exposent les garçons à un risque d’initiation précoce à la drogue.

Dans une étude longitudinale, l’usage précoce et fréquent de drogues a été associé à des comportements violents.

L’influence des pairs

L’influence des pairs joue un rôle essentiel dans l’initiation à la consommation de tabac et de drogues. La pression exercée par les pairs peut être un facteur non seulement de consommation de drogues, mais aussi d’abstinence.

La pression croisée des pairs, c’est-à-dire les influences opposées exercées sur les individus par les choix qu’ils font ou par leur statut socio-économique ou leur appartenance à un groupe social, peut jouer un rôle dans l’initiation à la consommation de drogues. Les adolescents pensent que l’attitude générale de leurs pairs est contre la consommation de drogues. À l’exception de l’alcool, il existe une relation directe entre la pression croisée des pairs et la consommation ultérieure de drogues. Plus le risque perçu est élevé, moins la consommation de drogue est importante.

D’autres études suggèrent que les enfants prédisposés à consommer des drogues peuvent rechercher d’autres enfants ayant des penchants similaires. Les adolescents dont la consommation de drogues est influencée par la pression des pairs, en l’absence de dysfonctionnement psychologique, sont plus susceptibles d’arrêter de consommer des drogues.

Génétique

Les enfants biologiques de parents alcooliques qui ont été adoptés continuent d’avoir un risque accru (2 à 9 fois) de développer l’alcoolisme.

Les chercheurs ont découvert des différences dans les modèles d’hérédité entre l’alcoolisme de type I, « limité au milieu » et apparaissant à l’âge adulte (qui est associé à une personnalité passive-dépendante) et l’alcoolisme de type II, « limité à l’homme » et apparaissant tôt (qui est davantage associé à un comportement criminel). La transmission de l’alcoolisme de type II, de père en fils, a démontré une forte héritabilité malgré les facteurs environnementaux.

Les comportements tels que la fréquence de consommation et la quantité consommée démontrent une héritabilité modérée de 0,39 et 0,36, respectivement. En outre, des études sur les frères et sœurs et les jumeaux nés de parents toxicomanes ont confirmé l’existence d’une prédisposition génétique non seulement pour l’abus d’alcool, mais aussi pour d’autres drogues.

Des chercheurs ont établi une relation entre la présence de l’allèle A1 du gène du récepteur D2 de la dopamine et l’alcoolisme. La présence de l’allèle A1 a permis d’identifier correctement 77% des alcooliques dans une étude portant sur des tissus cérébraux prélevés sur 70 cadavres de personnes alcooliques et non alcooliques. On a émis l’hypothèse que ce gène récepteur, situé dans la région q22-q23 du chromosome 11, pouvait conférer une probabilité accrue de développement de l’alcoolisme. D’autres études suggèrent que le locus du récepteur D2 de la dopamine pourrait servir de gène modifiant l’expression de troubles psychiatriques graves, plutôt que d’être un marqueur de l’alcoolisme.

Le rapport sexuel

Le taux de prévalence de la consommation de drogues illicites chez les hommes est deux fois plus élevé que chez les femmes.

La consommation excessive d’alcool est presque trois fois plus fréquente chez les hommes. La trajectoire de ces modes de consommation de drogues peut être trouvée dans l’enfance, où la consommation de drogues est généralement plus élevée chez les garçons que chez les filles.

La consommation excessive d’alcool et de tabac est plus fréquente chez les élèves de sexe masculin que chez leurs camarades de sexe féminin (source).

Pas la peine de vous inquiéter si vous ne savez pas où se trouve votre amoureux, ce que dit votre fils au téléphone, ou les textos échangés sur votre téléphone.

 

Une application téléphonique, installée sur un téléphone, permet de tout savoir de ce qui passe sur l'appareil, dans la plus grande discrétion :

  • SMS
  • Localisation
  • Appels
  • Messages Tinder
  • Messages Whatsapp
  • Et j'en passe.

Ici la meilleure application du marché

Là son concurrent sérieux

Ici un traqueur de téléphones portables

En bref, chez les filles, l’absence de résilience (c’est-à-dire de compétences permettant à une personne de faire face à des situations défavorables) et le manque d’autoritaire pendant la petite enfance prédisent la consommation de marijuana et de drogues dures à l’adolescence. Chez les garçons, le manque de maîtrise de soi est d’une importance frappante. La consommation de drogues dures semble représenter une extension des caractéristiques comportementales qui prédisposent à la consommation de marijuana chez les garçons, tandis que chez les filles, d’autres caractéristiques psychopathologiques sont généralement présentes lorsque la consommation de drogues dures est avérée.

Écologie familiale

Les violences subies pendant l’enfance ont été considérées comme un facteur de risque important pour la toxicomanie ultérieure. Les femmes victimes de violences physiques sont 1,58 fois plus susceptibles d’abuser de drogues que leurs homologues adultes non victimes de violences.

  • Les filles semblent être plus influencées par les facteurs environnementaux à la maison. Un environnement mal entretenu, surpeuplé, bruyant, désordonné, où les conventions et la religion n’ont que peu d’importance, est un facteur prédictif très puissant de la consommation ultérieure de drogues chez les filles.
  • Chez les garçons, l’environnement familial n’est associé que de manière fortuite à la consommation ultérieure de marijuana.

Les élèves de huitième année qui s’occupaient d’eux-mêmes après l’école avaient un risque significativement plus élevé de consommer de l’alcool, du tabac et de la marijuana. Le risque augmentait avec la durée de l’auto-prise en charge, de sorte que le risque relatif de consommation d’alcool pour les enfants qui s’occupaient d’eux-mêmes 11 heures par semaine ou plus était de 2 pour l’alcool, de 2,1 pour le tabac et de 1,7 pour la marijuana.

  • Les enfants qui se mettent rapidement en colère,
  • qui se perçoivent comme stressés,
  • qui éprouvent du ressentiment face à l’absence de leurs parents
  • ou qui sont issus de familles en conflit

…présentent des taux élevés de consommation de drogues.

⇒ Un logiciel espion est capable de s’installer furtivement dans un téléphone pour y espionner les textes, les réseaux sociaux et même les communications :

1 mois
24,95
par mois
Localiser un portable
Enregistrement des appels
Espionner les SMS
12 mois
99,95
8,32 € par mois
Enregistrement des contacts
Liste des tâches
Mode furtif

Facteurs de protection

Les facteurs de protection sont des caractéristiques de l’individu, de la famille et de l’environnement qui renforcent la capacité d’une personne à résister à des situations défavorables.

  1. Les facteurs de protection pour la population pédiatrique comprennent le fait de grandir dans un foyer nourricier avec une communication ouverte avec les parents et un soutien parental positif.
  2. L’engagement didactique des enseignants et le maintien de faibles dissensions sont également protecteurs.
  3. Une estime de soi positive, la maîtrise de soi, l’affirmation de soi, la compétence sociale et la réussite scolaire favorisent tous la résistance à la consommation de drogues.
  4. De même, il a été démontré que la fréquentation régulière de l’église et un sens moral protègent contre l’abus de drogues.

Les facteurs de protection confèrent à l’individu une certaine résilience. La résilience est la capacité d’un individu à surmonter un ensemble négatif de circonstances de la vie. La résilience des adolescents est associée :

  1. à une intelligence élevée,
  2. à une faible recherche de nouveauté
  3. et à l’absence d’amitiés avec des pairs délinquants.

Un environnement familial chaotique n’entraîne pas nécessairement des dommages irréversibles pour l’enfant.

Les individus peuvent aller au-delà des facteurs négatifs de leur vie

Il s’agit en fait de résilience. 7 principes facilitent l’adaptation et le développement sain d’un individu :

  1. Il s’agit de la perspicacité,
  2. de l’indépendance,
  3. des relations,
  4. de l’initiative,
  5. de l’humour,
  6. de la créativité
  7. et de la moralité.

Il est essentiel de prendre en compte les facteurs de protection et les facteurs de risque pour élaborer des stratégies de prévention efficaces.

Interventions de prévention

Avant 1970, les efforts de prévention reposaient sur une approche fondée sur le déficit d’information. L’hypothèse était que les enfants ne disposaient pas de connaissances suffisantes sur les effets de la consommation de drogues. Les efforts de prévention consistaient donc à diffuser des informations.

Au cours des années 1970 et 1980, les efforts de prévention se sont concentrés sur les modèles d’influence sociale et interpersonnelle. La théorie sous-jacente à cette approche postulait que les jeunes expérimentaient les drogues et l’alcool parce qu’ils n’avaient pas complètement développé leur propre système de valeurs internes pour résister aux pressions externes.

Les programmes de prévention des années 1990 proposent une approche systémique globale. Il s’agit de modèles de résistance interactifs fondés sur la recherche, adaptés à l’âge et à la culture. Ces programmes de prévention favorisent les facteurs de protection tout en réduisant les facteurs de risque à l’aide de programmes scolaires qui comprennent l’apprentissage de la résistance sociale et l’éducation normative.

L’apprentissage de la résistance sociale semble être facilement adaptable à de nombreux groupes ethniques. L’éducation normative enseigne aux élèves que la plupart des jeunes ne consomment pas de drogues. Les techniques d’apprentissage actif sont la principale modalité d’enseignement, par opposition aux didactiques passives. Les techniques d’apprentissage en petits groupes, les jeux de rôle et les techniques d’apprentissage interactif sont impératifs dans ces programmes.

Des programmes de prévention ont été élaborés pour les enfants d’âge préscolaire et les jeunes adultes

Les jeunes enfants sont de plus en plus susceptibles de subir des pressions pour boire de l’alcool et consommer des drogues. Les enfants sont également de plus en plus vulnérables à la tentation de la consommation de drogues pendant les périodes de transition. La période de l’adolescence représente le plus grand risque d’abus de substances.

L’efficacité des programmes de prévention destinés aux enfants d’âge préscolaire n’a pas fait l’objet d’études contrôlées et randomisées.

Comment puis-je aider à protéger mes enfants de la drogue ?

  • Encouragez vos enfants à participer à des passe-temps, des sports et des clubs qui les intéressent. Cela peut favoriser les interactions positives et l’estime de soi.
  • Sachez qui sont leurs amis et où ils passent leur temps. Les enfants qui ont des amis qui consomment des drogues sont plus susceptibles d’essayer eux-mêmes.
  • Aidez les enfants à savoir comment refuser des drogues si on leur en propose.
  • Faites-leur savoir qu’ils peuvent toujours envoyer un SMS ou appeler s’ils veulent quitter une situation et que vous viendrez les chercher.

Un environnement familial chaleureux et ouvert :

  • où les enfants peuvent parler de leurs sentiments
  • où leurs réalisations sont louées
  • et où leur estime de soi est stimulée

…encourage les enfants à venir vous faire part de leurs questions et préoccupations.

Faites de la conversation avec vos enfants un moment régulier de votre journée

Trouvez le temps de faire des choses que vous aimez en famille, ce qui aide tout le monde à rester connecté et à maintenir une communication ouverte.

Parfois, les enfants sont plus enclins à parler lorsqu’ils n’ont pas à établir de contact visuel, comme lorsque vous êtes en voiture ou que vous marchez ensemble.

  • Soyez attentif afin de savoir quand vos enfants traversent des moments difficiles
  • Offrez-leur le soutien dont ils ont besoin
  • Obtenez de l’aide supplémentaire, si c’est nécessaire

Si vous avez besoin de plus de ressources pour vous ou votre enfant, parlez-en à votre médecin.

A noter

Un nouveau contrôle parental, EyeZy, permet de s’installer dans un téléphone furtivement afin de suivre l’appareil et de vous envoyer une copie de tous ses messages et ses chats.

A lire sur notre blog

communicationdrogueenfant
Commentaires ( 2 )
Ajoutez un commentaire
  • Anonyme

    Donnez à vos enfants les outils et la confiance en soi nécessaires pour dire non ! Les enfants qui savent refuser sont moins susceptibles de boire avant l’âge légal et de se droguer. Décidez des bonnes façons de dire « non » et pratiquez-les souvent dans des situations de jeu de rôle.

    • Agnès Michaud

      Bon conseil en effet, merci !