Repérer et aider un enfant harcelé en 2020

sur

Enfant harcelé

Quels comportements sont assimilés à du harcèlement ?

Certaines photos, images, blagues, langage et contacts sont qualifiés d'”inappropriés”. Si un comportement ou une interaction vous met mal à l’aise ou vous contrarie, parlez-en à un adulte de confiance. Cela peut entrer dans la catégorie du harcèlement sexuel ou de l’intimidation.

Comportements faisant partie du harcèlement sexuel ou du harcèlement moral

  • faire des blagues, des commentaires ou des gestes à caractère sexuel sur quelqu’un
  • diffuser des rumeurs sexuelles (en personne, par texto ou en ligne)
  • écrire des messages sexuels sur des personnes dans les toilettes ou dans d’autres lieux publics
  • montrer à quelqu’un des images ou des vidéos sexuelles inappropriées
  • demander à quelqu’un de vous envoyer des photos de lui ou d’elle nu(e)
  • publier des commentaires, des photos ou des vidéos à caractère sexuel sur des réseaux sociaux tels que Facebook, ou l’envoi de messages textuels explicites
  • faire des commentaires ou des offres à caractère sexuel en prétendant être quelqu’un d’autre en ligne
  • toucher, attraper ou pincer quelqu’un de manière délibérément sexuelle
  • tirer sur les vêtements d’une personne et l’effleurer de manière délibérément sexuelle
  • demander à quelqu’un de sortir encore et encore, même après que la personne ait dit non

Une fille harcelée

Les sextos

L’envoi de messages ou d’images à caractère sexuel par texte ou “sexting” n’est pas une bonne idée pour de nombreuses raisons. Les sextos peuvent entraîner des problèmes pour vous et pour la personne qui reçoit le message, même si vous sortez ou êtes en relation avec cette personne. Dans certains cas, ces messages peuvent être considérés comme du harcèlement ou de l’intimidation et peuvent entraîner des conséquences très graves. Les messages ou les images que vous souhaitez garder privés peuvent tomber entre de mauvaises mains et être utilisés pour embarrasser, intimider ou humilier. Même si vous n’envoyez la photo d’une personne qu’à une seule autre, elle peut être transmise à de nombreuses autres personnes ou mise en ligne pour que le monde entier puisse la voir.

Le fait de forcer quelqu’un

Forcer une autre personne à faire des choses qu’elle ne veut pas faire, comme s’embrasser, avoir des relations sexuelles orales ou des rapports sexuels, va au-delà du harcèlement sexuel ou de l’intimidation. Forcer une personne à faire des choses sexuelles est une agression sexuelle ou un viol, et c’est un crime grave.

Deux camarades harcèlent une fille

Utiliser une caméra de surveillance à domicile pour surveiller enfants et famille

Flirt ou harcèlement ?

Parfois, les personnes qui font des blagues ou des commentaires à caractère sexuel minimisent leur comportement en disant qu’elles flirtent, et vous pourriez être tenté de faire de même. Quelle est donc la différence entre le flirt et le harcèlement sexuel ?

Voici 3 exemples de flirt par rapport au harcèlement :

→ Vous et votre amoureux avez flirté et vous commencez tous les deux à faire des blagues sur les sextos. Votre amoureux vous demande si vous le feriez un jour. Vous dites : “Pas question !” Avec un flirt normal, c’est fini. Mais si votre amoureux commence à vous pousser à envoyer des photos sexuelles, alors il entre dans le domaine du harcèlement. → Quelqu’un dans la classe dit que votre nouveau jean est superbe. C’est un compliment. Mais si vos camarades disent que votre nouveau jean vous fait un beau derrière ou s’ils font des commentaires sur certaines parties du corps, c’est un peu exagéré. → Quelqu’un qui ne vous attire pas vous demande d’aller danser. Il semble dur de dire que vous n’êtes pas intéressée, alors vous inventez une excuse. La personne vous demande plusieurs fois, mais finit par comprendre l’allusion. Il s’agit d’une interaction sociale normale. Mais si la personne vous drague d’une manière effrayante – en faisant référence au sexe ou à votre corps, en envoyant des messages sexuels, en se montrant toujours où que vous soyez, ou en essayant de vous toucher, de vous embrasser ou de vous déranger – c’est du harcèlement.

Jeune fille intimidée

Ce qui n’est pas considéré comme du harcèlement

Certaines choses peuvent être gênantes, mais elles ne sont pas considérées comme du harcèlement. Un type qui prononce un juron à caractère sexuel parce qu’il renverse son plateau repas n’est pas en train d’essayer de vous harceler ni de vous embêter. Mais si quelqu’un fait ou dit délibérément des choses sexuelles qui vous mettent mal à l’aise, il s’agit probablement de harcèlement sexuel. Vous n’êtes pas sûr ? Posez-vous la question suivante : “Est-ce quelque chose que je voulais qui arrive ? Comment est-ce que je me sens ? Si vous ne vous sentez pas bien, parlez à un parent, un professeur, un conseiller d’orientation ou à quelqu’un d’autre en qui vous avez confiance. Quel est l’âge idéal pour donner un téléphone à vos enfants ?

Le harcèlement de mon enfant

Comment traiter le harcèlement sexuel

Si vous pensez être harcelé, ne vous blâmez pas. Les personnes qui harcèlent ou intimident peuvent être très manipulatrices. Elles sont souvent douées pour blâmer l’autre personne – et même pour faire en sorte que les victimes se blâment elles-mêmes. Mais personne n’a le droit de harceler sexuellement ou d’intimider quelqu’un d’autre, quoi qu’il arrive.

Un adulte intervient pour protéger

Comment répondre au harcèlement sexuel

Il n’y a pas de “bonne” façon de répondre au harcèlement sexuel. Chaque situation est unique. Il peut souvent être utile de commencer par dire à la personne qui harcèle d’arrêter. Faites-lui savoir que ce comportement ne vous convient pas. Parfois, cela suffira, mais pas toujours. Le harceleur peut ne pas avoir envie d’arrêter. Il peut même se moquer de votre demande, vous taquiner ou vous ennuyer davantage. C’est pourquoi il est important de partager ce qui se passe avec un adulte en qui tu as confiance. Y a-t-il un parent, un proche, un entraîneur ou un professeur à qui vous pouvez parler ? De plus en plus d’écoles ont une personne désignée qui est là pour parler des problèmes de harcèlement, alors renseignez-vous pour savoir s’il y a quelqu’un dans votre école. La plupart des écoles ont une politique en matière de harcèlement sexuel ou de brimades pour vous protéger. Renseignez-vous auprès d’un conseiller d’orientation, d’une infirmière scolaire ou d’un administrateur sur la politique de votre école. Si vous trouvez que l’adulte à qui vous parlez ne prend pas vos plaintes au sérieux, vous devrez peut-être vous répéter auprès de quelqu’un d’autre qui écoutera. Il ne fait aucun doute qu’il peut être embarrassant de parler de harcèlement sexuel au début. Mais ce sentiment désagréable disparaît rapidement après une minute de conversation. Dans la plupart des cas, le fait d’en parler tôt permet d’obtenir des résultats plus rapidement, donc cela vaut la peine.

Enfants à l’école

Film Le nouveau (2007)
Votre enfant a un comportement délinquant ? 9 façons de le gérer

Tout noter par écrit

Il peut être utile de garder une trace des événements qui se sont produits.
  • Notez les dates et de brèves descriptions dans un journal.
  • Enregistrez toute image, vidéo, texte ou message instantané faisant office de preuve.
  • Vous les aurez en main si votre école ou votre famille doit engager des poursuites judiciaires.
  • Pour éviter de vous sentir à nouveau bouleversé, conservez ces preuves dans un endroit où vous n’aurez pas à les voir tous les jours.

Si vous êtes vous-même témoin d’un harcèlement sexuel

Les spectateurs jouent un rôle important dans la lutte contre l’intimidation et le harcèlement sexuel. Si vous voyez une personne qui est victime de harcèlement, prenez des mesures. Vous ne devriez probablement pas essayer de changer le comportement de l’intimidateur par vous-même, mais il est normal de lui faire savoir que les gens le regardent et qu’ils vont s’impliquer. Si vous ne vous sentez pas capable de dire quelque chose au moment où vous voyez l’incident, signalez l’événement à un enseignant ou au directeur. Il ne s’agit pas de moucharder. Il s’agit de défendre ce qui est juste. Personne ne mérite d’être harcelé. Vous pouvez aussi parler à la victime après coup et lui offrir votre soutien. Dites que vous pensez que ce qui s’est passé n’est pas bien et proposez des idées pour faire face au harcèlement. Parfois, les gens montrent des signes que quelque chose ne va pas, mais ils n’en parlent pas. Peut-être qu’un ami semble triste, inquiet ou distrait. Peut-être qu’un ami a perdu l’envie de traîner ou de faire des choses. Peut-être que quelqu’un que vous connaissez évite l’école ou a des notes en baisse. De tels changements sont souvent le signe qu’il se passe quelque chose. Il ne s’agit peut-être pas de harcèlement sexuel ou de brimades (des changements d’humeur ou d’habitudes alimentaires peuvent représenter des signes très variés). Mais c’est l’occasion pour vous de demander si tout va bien.

Dans le cadre de la spécialité Cinéma-Audiovisuel en vue du bac 2019, le roman Un Jeu d’Enfant de Chloé Vivet a été adapté en court-métrage

Comment empêcher l’enlèvement de mon enfant ?

Harcèlement moral d’enfant

Lorsqu’une personne est victime d’abus ou de harcèlement, elle doit décider de la meilleure façon d’obtenir une protection juridique contre cet abus. Pour ce faire, plusieurs éléments doivent être pris en compte, comme :
  • le type de relation existant entre la personne victime d’abus et l’auteur
  • l’âge des deux personnes
  • le type de protection que la personne peut demander et ce qu’elle doit prouver pour l’obtenir

Il existe 4 types de cas d’abus ou de harcèlement devant les tribunaux

  • La violence domestique
  • La maltraitance des personnes âgées ou des adultes dépendants
  • Le harcèlement civil
  • Les violences sur le lieu de travail

La violence domestique

La violence domestique est une menace d’abus lorsque la victime et l’auteur sont :
  • mariés
  • divorcés ou séparés
  • vivent ensemble ou ont vécu ensemble
  • ont un lien de parenté étroit (parent, enfant, frère, sœur, beau-père, etc.)

Les “abus” sont :

  • Le fait de blesser physiquement ou d’essayer de blesser quelqu’un intentionnellement ou par imprudence
  • L’agression sexuelle
  • Faire craindre à une personne qu’elle est sur le point d’être gravement blessée
  • Faire preuve de comportements tels que le harcèlement, la traque, les menaces, les coups, la destruction de biens personnels

Intimidation à l’école

Film Le nouveau (2007)
Comment vivre heureux avec son enfant : le secret c’est le temps passé

Qu’est-ce que l’intimidation et le harcèlement ?

Définition de l’intimidation

Les intimidations se produisent lorsqu’un élève fait en sorte qu’un autre élève se sente moins en sécurité, ait peur ou se sente incapable de participer aux activités scolaires. Les intimidations impliquent souvent un déséquilibre de pouvoir et peuvent comprendre des actions physiques, verbales ou psychologiques à l’encontre d’un élève. Ces brimades peuvent également se produire par le biais des communications sur les réseaux sociaux. Les intimidations se produisent lorsque le discours ou les actions sont si graves, si envahissants ou si ciblés sur des personnes particulières qu’ils:
  • entravent la capacité de l’élève à s’instruire
  • nuisent considérablement à son bien-être
  • interfèrent considérablement avec ses droits
  • l’intimident en tant qu’être humain

Motifs du harcèlement

Le harcèlement est particulièrement préjudiciable lorsque les élèves sont victimes de brimades en raison de caractéristiques comme :
  • la race ou l’origine ethnique,
  • l’ascendance,
  • la couleur,
  • l’identification du groupe ethnique,
  • l’expression du genre,
  • l’identité sexuelle,
  • le sexe,
  • le handicap,
  • la nationalité,
  • la religion,
  • l’orientation sexuelle,
  • l’âge,
  • l’association d’une personne avec une personne ou un groupe.
Ce type d’intimidation ou de harcèlement peut enfreindre d’autres lois au niveau de la justice.

Solitude de l’enfant

Comment aider votre enfant accro aux jeux vidéo

Harceler un enfant

Que dois-je faire si je suis victime d’intimidation ou de harcèlement?

  • Tout d’abord, parlez aux administrateurs de l’école de ce qui s’est passé.
  • Assurez-vous que ce soit écrit par le personnel de l’école et demandez une copie.
  • Demandez à l’école son plan pour faire face aux brimades et un calendrier des prochaines étapes.
  • Que vous ayez été victime de harcèlement ou accusé de harcèlement brimades, vous ne devez pas parler à la police ou aux agents de sécurité sans la présence d’un parent, d’un tuteur, d’un conseiller ou d’un autre adulte qui vous soutient.
  • Demandez également à l’école sa politique de lutte contre le harcèlement et sa procédure de plainte. Ces documents doivent être facilement accessibles à l’école ou sur le site web de l’académie scolaire.
  • Si l’école ne prend pas de mesures pour corriger le problème, ou si vous n’êtes pas à l’aise pour parler avec le personnel de l’école, vous pouvez également déposer une plainte.

Que puis-je faire si je constate des actes d’intimidation graves ?

  • Prenez la défense de l’élève victime d’intimidations et faites savoir à l’élève que ce harcèlement n’est pas acceptable.
  • Montrez à l’élève victime qu’il n’est pas seul.
  • Interrompez le harceleur en engageant une conversation avec l’élève harcelé ou en lui demandant d’aller quelque part avec vous.
  • Si vous ne vous sentez pas à l’aise pour intervenir, demandez immédiatement l’aide d’un adulte.
  • Notez immédiatement ce qui s’est passé et signalez-le à l’école.
  • Si l’école ne réagit pas à ce harcèlement, envisagez de déposer une plainte.

Peur de l’élève

10 applications pour surveiller votre enfant

La cyberintimidation est-elle toujours considérée comme une forme d’intimidation ou de harcèlement ?

OUI. Si vous êtes victime de cyberintimidation, ajustez vos paramètres de confidentialité pour essayer d’empêcher les intimidateurs de vous contacter ou de voir votre contenu. Vous devez également faire une capture d’écran ou enregistrer tout commentaire négatif fait sur vous dans les messages des réseaux sociaux.

Le harcèlement sexuel ou la violence sexiste sont-ils considérés comme du harcèlement ?

OUI. La violence et le harcèlement sexistes sont des comportements qui sont commis en raison du sexe ou du genre d’une personne et qui peuvent arriver à tout le monde. Ils peuvent être le fait d’un partenaire, d’autres étudiants ou d’adultes et doivent être pris au sérieux.

Exemples de harcèlement sexiste

On peut citer le cas où quelqu’un:
  • vous suit, vous traque ou veut toujours savoir où vous êtes et avec qui vous êtes
  • vous envoie des SMS, des messages instantanés, des messages en ligne et/ou des appels téléphoniques répétés et non désirés,
  • vous pousse à accomplir des actes sexuels ou à avoir des relations sexuelles, ou vous touche sexuellement contre votre volonté (notamment en vous saisissant, en vous frottant, en vous touchant ou en vous pinçant sexuellement)
  • interfère avec votre contraception
  • abuse verbalement de vous en utilisant des insultes anti-gays ou à caractère sexuel
  • vous maltraite physiquement (par exemple, en vous frappant, en vous donnant des coups de poing, des coups de pied, en vous giflant ou en vous étranglant)
  • fait des commentaires sexuels répétés sur vous à d’autres camarades de classe, y compris sur les réseaux sociaux (par exemple, des commentaires sur votre corps, diffusion de rumeurs sexuelles, blagues ou histoires cochonnes).

Dispute dans la cour de récréation

Intercepter les SMS pour protéger votre adolescent

Le harcèlement scolaire expliqué aux enfants

Définition du harceleur

Un harceleur est une personne qui tente délibérément de faire du mal aux autres :
  • en les mettant mal à l’aise
  • en les blessant, en leur donnant des coups de pied, en les frappant, en les poussant, en les faisant trébucher, etc.
  • en les appelant par des surnoms
  • en répandant des rumeurs désagréables
L’intimidateur blesse l’autre personne encore et encore.

Ce que ressent la victime

La personne maltraitée a l’impression qu’elle ne peut rien faire pour l’arrêter:
  • Elle peut se sentir plus petite ou plus faible que l’intimidateur
  • Elle peut se sentir dépassée par l’intimidateur et ses amis
  • Elle peut avoir l’impression qu’il n’y a pas d’aide possible
  • Qu’il n’y a personne à qui parler
  • Que personne ne la défend
  • Il ou elle se sent souvent très triste, mais ne sait pas comment changer la situation
Les intimidateurs peuvent être des GARÇONS ou des FILLES.

Sur qui les harceleurs s’acharnent-ils ?

  • Souvent, les intimidateurs sont des enfants plus grands, alors ils s’en prennent aux autres
  • Les enfants qu’ils victimisent sont plus petits
  • Ils choisissent des enfants qui ne leur résistent pas
  • Ou des enfants qui ont peu d’amis pour les défendre

Pourquoi les harceleurs font-ils ça ?

  • Ils pensent qu’ils vont gagner ou obtenir ce qu’ils veulent
  • Ils veulent impressionner ou divertir leurs amis
  • Ils aiment sentir qu’ils ont du pouvoir sur quelqu’un parce que quelqu’un d’autre les intimide eux-mêmes
  • Ils ne se rendent même pas compte qu’ils font du mal à l’autre personne

Que faire si quelqu’un t’intimide ?

  • Parles-en à quelqu’un en qui tu as confiance. Si c’est plus facile pour toi, écris plutôt un mot à cette personne ! Les personnes à qui tu peux en parler sont : les parents, les enseignants, le directeur, les responsables de la sécurité de la cour de récréation ou des amis plus âgés.
  • Si la personne à qui tu en as parlé ne peut pas t’aider ou ne fait rien, trouve quelqu’un d’autre ! Ne continue jamais à être victime d’intimidation en secret !
  • Essaie de ne pas laisser la personne qui te maltraite voir que tu es en colère. Les harceleurs cherchent des signes qui montrent que tu es contrarié et elles peuvent le faire davantage.
  • Évite les endroits où l’intimidateur se sent à l’aise de t’embêter (par exemple, les endroits où les enseignants ne peuvent pas te voir, comme les coins de la cour de récréation, les couloirs solitaires et derrière les grands meubles de la classe).
  • Essaie de t’entourer d’amis et de personnes qui te défendront.

Institutrice à l’école

Que faire si tu vois quelqu’un qui est victime de harcèlement ?

  • Rassemble des amis et parle à la personne qui maltraite. Fais savoir aux harceleurs de ton école que les intimidations ne sont pas acceptées dans ton école.
  • N’encourage pas la victime et ne reste pas là à la regarder. Il se peut que la brute aime attirer l’attention et qu’elle s’en prenne encore plus à l’enfant.
  • Si tu vois quelqu’un être victime de brimades, trouve quelqu’un pour t’aider à y mettre fin. Trouve un autre ami, un professeur, un responsable de la sécurité de la cour de récréation, un directeur.
  • Sois gentil avec les personnes qui sont victimes d’intimidation, inclue-les et apprend à les connaître. Tu découvriras peut-être qu’elles te ressemblent !
  • Essaye de montrer à l’intimidateur d’autres façons d’interagir avec les autres. Il n’a pas besoin d’intimider les autres pour être accepté.
Acheter un smartphone sans carte SIM à nos enfants à Noël

Mon enfant est harcelé : comment réagir ?

Quel est le meilleur moyen de mettre fin aux brimades ?

Les parents peuvent souvent se sentir offensés lorsqu’ils entendent de mauvaises choses sur leur enfant, et cela doit se faire dans un environnement neutre. Se rendre chez eux peut être considéré comme une intrusion et vous pourriez être arrêté. Si les enfants délinquants viennent d’un milieu où l’on abuse d’eux, une altercation physique pourrait avoir lieu.  → Ce n’est pas une bonne idée d’approcher les parents de l’intimidateur, car c’est le travail de l’école ou de la police si l’infraction est de nature criminelle. 

Violences physique / psychologique / sexuelle

Si vous constatez que votre enfant a été victime de harcèlement ou d’intimidation et que vous voulez y mettre fin

  • Trouvez des informations pertinentes et détaillées sur les agissements des brutes, les dates, les heures, les lieux, les actions, etc. Documentez tout.
  • Renseignez-vous sur les menaces qui ont été proférées à l’encontre de votre enfant. Si elles concernent l’extérieur de l’école, contactez la police.
  • Contactez l’école pendant les heures d’ouverture et prenez rendez-vous avec le directeur pour une rencontre en tête à tête.
  • Exposez les détails, non pas dans une attitude de colère, mais comme si vous racontiez à un ami ce qui s’est passé.
  • Obtenez une copie de la politique anti-intimidation de l’école afin de déterminer si l’intimidateur a violé une politique de l’école.
  • Lorsque vous rencontrerez le directeur de l’école, racontez l’histoire de votre enfant et demandez de l’aide.
  • Rapportez les faits et laissez vos émotions de côté. Si vous pensez que l’intimidateur a enfreint la politique de l’école contre le harcèlement, abordez calmement ce point dans la conversation.
  • Demandez ce que vous pouvez faire ensemble pour mettre fin à l’intimidation. Notez tout ce que le directeur déclare, car vous allez le tenir pour responsable.
  • Envoyez une lettre de remerciement au directeur, récapitulant ce qu’il ou elle a dit et accepté de faire. Joignez la charte des droits des parents et des élèves en matière de prévention du harcèlement. Cela permettra au directeur de l’école d’être informé et de savoir que vous attendez une solution au problème.
  • Faîtes un suivi avec votre enfant pour voir si le harcèlement cesse, et faites un suivi avec le directeur.
  • Si le harcèlement se poursuit, faîtes un dossier écrit et déposez un avis de harcèlement. Vous devrez peut-être remonter la chaîne de commandement, en contactant le directeur de l’école, le conseil de l’éducation ou même les autorités judiciaires.
  • Si votre enfant a été menacé, contactez immédiatement les forces de l’ordre.
  • Si votre enfant a été victime de cyberintimidation, vérifiez la politique anti-intimidation de l’école ainsi que la législation anti-intimidation de votre pays. Faîtes un signalement à l’école pour que le directeur soit au courant des problèmes de votre enfant. Il faut absolument le signaler à la police, ainsi qu’au fournisseur d’accès internet et au réseau social concerné par le harcèlement. 
  • Si la cyberintimidation ne cesse pas, vous devez porter plainte auprès de la commission scolaire et des forces de l’ordre.
La surveillance téléphonique de votre enfant
Repérer et aider un enfant harcelé
Pour nous encourager merci de noter l'article !
5 (2 votes)