Comment gérer la FOMO dans votre vie ?

Qu’est-ce que la FOMO ?

FOMO, la « peur de manquer » , désigne le sentiment d’ « anxiété qu’un événement passionnant ou intéressant puisse actuellement se dérouler ailleurs. »

La plupart des gens, à un moment ou à un autre, ont été préoccupés par l’idée que quelqu’un, quelque part, passe un meilleur moment ou mène une vie plus excitante. Pour ceux qui ont tendance à éprouver de tels sentiments, les smartphones et les réseaux sociaux ont rendu plus facile que jamais de suivre ce que font les autres.

Bien sûr, il n’y a rien de mal à vouloir garder un œil sur les personnes qui nous sont chères

Notre besoin d’être social est une part importante de ce qui fait de nous des êtres humains.

La question de savoir si les réseaux sociaux sont à l’origine de la FOMO ou s’ils nous permettent simplement de nous laisser aller à nos sentiments est sujette à débat. Il n’est pas surprenant que quelque chose d’aussi nouveau et transformateur que cette technologie ait des implications complexes sur notre vie quotidienne, tant positives que négatives.

Recherche sur la FOMO

Une étude publiée dans Computers in Human Behavior présentait une série de 10 affirmations telles que « Je m’inquiète lorsque je découvre que mes amis s’amusent sans moi » , et demandait aux participants de se donner une note de un à cinq sur la corrélation entre ces affirmations et leur propre vie.

  • L’étude a révélé que les trois quarts des personnes interrogées (pour la plupart des étudiants de l’enseignement supérieur) ont fait l’expérience de la FOMO.
  • Ceux qui ont obtenu un score plus élevé étaient plus susceptibles de déclarer une satisfaction de vie plus faible et d’utiliser les réseaux sociaux immédiatement avant et après le sommeil, pendant les repas et les cours, et d’adopter des comportements dangereux tels que l’envoi de SMS au volant.

Dans une étude de 2018 publiée dans le Journal of Social and Clinical Psychology, la limitation des réseaux sociaux a diminué la solitude et la dépression dans un groupe de 143 étudiants de l’Université de Pennsylvanie, où la moitié a été assignée à réduire son utilisation des médias sociaux à 30 minutes par jour, tandis que l’autre moitié a continué son utilisation normale.

Après trois semaines, le groupe ayant une utilisation limitée présentait des niveaux de solitude et de dépression nettement inférieurs à ceux du groupe témoin, ce qui suggère un lien de causalité.

Toutes les études ne parviennent pas à des conclusions aussi négatives

  • Une étude a montré que les personnes timides et dépressives bénéficiaient d’une utilisation accrue des réseaux sociaux et des relations internet.
  • De même, un article publié dans le Journal of Computer-Mediated Communication a établi une corrélation positive entre l’utilisation de Facebook par les étudiants et une plus grande satisfaction dans la vie, un engagement civique et une participation politique.

Il est clair que nous ne pouvons pas encore saisir pleinement l’impact des nouvelles technologies sur notre psychisme

Quoi qu’il en soit, il semble qu’elles soient là pour rester. C’est donc à nous, utilisateurs, de déterminer où, quand et à quelle fréquence utiliser ces produits et services.

Vivre dans la FoMO en pratique

Vivre dans le FoMO n’est pas une chose enviable. Cette peur de manquer vous amène à vérifier les réseaux sociaux encore et encore pour ne pas vous sentir hors du coup.

Vous cherchez à savoir si vous vous en sortez bien pour ne pas vous sentir mis(e) à l’écart. Parfois, cela soulage votre anxiété, mais bien souvent ce n’est pas le cas.

Dans tous les cas, cela vous pousse à continuer à courir autour de la roue du hamster numérique pour vous sentir bien dans votre peau.

Votre niveau de satisfaction influe sur la FoMO

Le niveau de satisfaction des gens peut se mesurer à :

  • Leur compétence
  • Leur autonomie
  • Leurs relations

Si ces trois facteurs restent faibles dans votre vie, vous avez tendance à avoir peur de passer à côté de quelque chose, tout comme les personnes dont l’humeur générale et la satisfaction de vie globale sont faibles.

Les conséquences de cette insatisfaction

  • Vous ne vous sentez pas si bien que ça
  • Vous vous demandez si tout le monde s’amuse plus que vous
  • Pour le vérifier, vous vous ruez sur Facebook

Le FoMO est fortement associé à l’engagement sur les réseaux sociaux. Cette « peur de manquer » joue un rôle important dans l’engagement sur les réseaux sociaux.

Le FOMO amène les gens à consulter les réseaux sociaux dès leur réveil, avant de se coucher et pendant les repas. Cela ressemble donc à une dépendance (voir Mon mari est dépendant de son téléphone et cela détruit notre mariage).

Un seul problème à cette dépendance : cela vous fait vous sentir encore plus mal…

Facebook : un paradis illusoire

Nous savons tous que Facebook ne donne pas une image très complète de la vie des gens. C’est plutôt la version perfectionniste, triée sur le volet. Si la vantardise et l’exhibitionnisme étaient interdits, certaines personnes ne posteraient rien du tout.

Dans un autre registre, vous pouvez aussi être accro à l’espionnage de votre conjoint. Ce FoMo particulier vous oblige à espionner le appels et les messages de votre conjoint à la recherche du moindre dérapage de ce dernier.

Dans ce dernier cas, 2 applications téléphoniques sont souvent utilisées pour pratiquer cet espionnage :

  • L’application Mspy capable d’espionner discrètement le téléphone, enregistrer les réseaux sociaux comme Tinder, Facebook, ou localiser et copier les SMS.
  • L’application EyeZy capable de faire tout ce que fait un contrôle parental (prendre des impressions d’écran à distance, lire les SMS, etc.) tout en pouvant cacher son icône et sa visibilité.

Le danger de la comparaison avec autrui

Des études montrent que nous ne pouvons pas nous empêcher de comparer notre vie à ces gens (source).

  • Les utilisateurs de réseaux sociaux ont une plus grande probabilité de comparer leurs réalisations avec celles des autres
  • C’est comme si une personne allergique aux noix suivait un régime à base de noix de cajou

Si vous recherchez le bonheur, cessez de vous comparer à des gens qui sont plus heureux que vous : cela entraîne irrémédiablement une certaine dépression.

Montesquieu le disait en ces termes :

Si on ne voulait qu’être heureux, cela serait bientôt fait. Mais on veut être plus heureux que les autres, et cela est presque toujours difficile parce que nous croyons les autres plus heureux qu’ils ne sont.

Arrêtez de prêter autant d’attention à ce que font les autres autour de vous est un conseil facile à donner, mais difficile à suivre, parce que les preuves de ce que font les autres sont omniprésentes.

La recherche du bonheur

Pas la peine de vous inquiéter si vous ne savez pas où se trouve votre amoureux, ce que dit votre fils au téléphone, ou les textos échangés sur votre téléphone.

 

Une application téléphonique, installée sur un téléphone, permet de tout savoir de ce qui passe sur l'appareil, dans la plus grande discrétion :

  • SMS
  • Localisation
  • Appels
  • Messages Tinder
  • Messages Whatsapp
  • Et j'en passe.

Ici la meilleure application du marché

Là son concurrent sérieux

Ici un traqueur de téléphones portables

L’accès à certaines des choses les plus importantes de la vie (les meilleures universités, les meilleurs emplois, les meilleures maisons) n’est accordé qu’à ceux qui font mieux que leurs pairs.

Cette comparaison sociale est donc obligatoire, mais elle est aussi très destructrice pour notre sentiment de bien-être.

Vous vous demandez si votre vie est à la hauteur et vous vous tournez vers l’illusion de la perfection du style de vie de tout le monde.

Comment réduire la FOMO

Heureusement, des mesures peuvent être prises pour limiter votre FOMO si vous en êtes victime.

1- Plutôt que de vous concentrer sur ce qui vous manque, essayez de remarquer ce que vous avez

C’est plus facile à dire qu’à faire sur les réseaux sociaux, où nous sommes bombardés d’images de choses que nous n’avons pas, mais c’est quand même faisable.

2- Ne retenez en tant qu’amis que des personnes positives

Evitez les personnes qui ont tendance à trop se vanter ou qui ne vous soutiennent pas. Sélectionner vos proches vous permettra de vous sentir bien dans votre peau. Essayez d’identifier les gens qui gâchent votre joie en ligne, et bloquez-les.

3- Tenez un journal physique

Il est courant de vous afficher sur les réseaux sociaux pour garder une trace des choses amusantes que vous faites. Cependant, vous risquez de vous apercevoir que les gens ne valideront pas vos expériences en ligne.

Si c’est le cas, développez vos photos et tenez un journal personnel de vos meilleurs souvenirs, que ce soit en ligne ou sur papier. Cela vous aidera à passer de l’approbation publique à l’appréciation privée des choses.

Ce changement peut vous aider à sortir du cycle des réseaux sociaux et de la FOMO.

4- Recherchez de véritables connexions

Vous avez sûrement envie de nouer des relations étroites avec les gens. Mais en faisant ces rencontres en ligne, vous risquez de passer d’une mauvaise situation à une situation encore pire.

Plutôt que d’essayer de vous connecter avec les gens sur les réseaux sociaux, pourquoi ne pas organiser une rencontre en personne ?

  • Faire des projets avec un bon ami
  • Créer une sortie de groupe
  • Faire quelque chose de social qui vous permet de sortir avec des amis

Tout cela peut être un changement de rythme agréable, et cela peut vous aider à ébranler le sentiment que vous êtes en train de manquer quelque chose. Cela vous place au centre de l’action.

Si vous n’avez pas le temps de faire des projets, même un message direct à un ami sur les réseaux sociaux peut favoriser une connexion plus grande et plus intime que de poster devant tous vos amis et d’espérer des « j’aime ».

5- Concentrez-vous sur la gratitude envers les autres

Des études montrent que le fait de s’engager dans des activités qui renforcent la gratitude, comme le fait de dire aux autres ce que vous appréciez chez eux, peut vous remonter le moral.

Le fait de faire en sorte que les autres se sentent bien nous fait nous sentir bien.

Cette amélioration de l’humeur peut être exactement ce dont vous avez besoin pour vous soulager d’un sentiment de dépression ou d’anxiété.

Voici quelques suggestions pour maîtriser les gadgets et la FOMO

  • Prenez plaisir à vous sentir hors du coup. Il se passe en effet de grandes choses dans le monde et parfois vous n’êtes pas invité. Admettez que vous manquez quelque chose et que vous ne pouvez rien y faire. En fait, une approche peut consister à savourer ce fait.
  • Faites une pause dans les réseaux sociaux. Essayez de vous déconnecter pendant un jour, une semaine, voire un mois. Les exemples abondent de personnes qui se coupent du monde et se réveillent aux merveilles du monde réel.
  • Utilisez un logiciel pour éviter de succomber à la FOMO. Des applications telles que Forest pour iOS, Space pour Android, RescueTime pour Windows ou SelfControl pour Mac génèrent des rapports qui permettent aux utilisateurs de savoir combien de temps ils passent sur internet et de fixer des limites de temps.
  • Supprimez les applications de réseaux sociaux. Ce n’est pas aussi radical que d’arrêter complètement Facebook, mais c’est un moyen rapide et relativement facile de réduire l’utilisation des réseaux sociaux lorsque vous n’êtes pas devant l’ordinateur.
  • Faites une cure de désintoxication. Pour ceux qui ont besoin d’une intervention complète, inscrivez-vous à un camp de désintoxication numérique. Dans ces camps, les adultes entrent en contact avec leur moi d’avant les smartphones en jouant à la capture du drapeau, en regardant les étoiles, en écrivant des chansons et en s’adonnant à des activités analogiques comme la photographie et le travail du bois.

La plupart des gens font l’expérience de la FOMO à un certain degré et à un certain moment. Cette émotion inconfortable est normale et, avec l’avènement des outils de partage social, de plus en plus courante. Mais comprendre ce sentiment et trouver des moyens positifs de le gérer peut nous aider à être plus heureux dans notre propre vie sans nous laisser envahir par la peur de manquer ce que font les jeunes les plus cool.

Résumé

Concept abordé Détail
FOMO, abréviation de « Fear Of Missing Out » Un sentiment de FOMO provient d’un état d’insatisfaction personnelle et de désir d’être heureux
Les personnes insatisfaites éprouvent plus de FOMO Faible satisfaction des besoins de compétence, autonomie et relations avec les autres sont liées à un niveau élevé de FOMO
La FOMO conduit à une utilisation excessive des réseaux sociaux Les personnes atteintes de FOMO ont tendance à consulter les réseaux sociaux au réveil, avant de se coucher et pendant les repas
Comparer sa vie à celle des autres sur Facebook accroît le sentiment de FOMO Les utilisateurs de réseaux sociaux ont plus tendance à comparer leurs réalisations avec celles des autres
Comparaisons aux vies apparemment meilleures génèrent des émotions ambivalentes Comparer sa vie à des vies apparemment meilleures que la sienne génère des émotions ambivalentes
Se focaliser sur l’attention intérieure plutôt que sur les autres Le bonheur dépend de l’allocation de notre attention
Cultiver la gratitude La gratitude diminue la dépression, l’anxiété et l’envie et améliore la satisfaction de vie
Ne pas se laisser entraîner par les illusions de perfection de Facebook Facebook peut être utile pour organiser des rencontres en personne, mais se comparer aux autres est malsain
Pratiquer le « JOMO » (Joy Of Missing Out) Passer du temps à envier la vie des autres signifie perdre de vue sa propre vie
accrodépendanceenvieFoMojalousieréseaux sociaux
Commentaires ( 2 )
Ajoutez un commentaire
  • Anonyme

    Visitor Rating: 5 Stars

  • Agnès Michaud

    Visitor Rating: 5 Stars