Pourquoi les femmes cachent leur jeu

Pourquoi les femmes en arrivent à mentir sur leur viriginité, leurs partenaires sexuels ou leur plaisir au lit.

Pourquoi les femmes mentent sur le sexe

Il y a de très bonnes raisons pour lesquelles les femmes mentent à propos du sexe. 

Depuis l’histoire d’Adam et Ève, les femmes ont été stéréotypées comme étant le sexe intrinsèquement trompeur, en particulier lorsqu’il s’agit de questions sexuelles. Évidemment, cette image de la femme est à la fois fausse et nuisible, mais il est tout aussi simpliste de nier que les femmes mentent sur le sexe.

Les femmes mentent sur tout, depuis les orgasmes qu’elles ont jusqu’au nombre de partenaires sexuels qu’elles ont eus. Les femmes ont tendance à avoir de très bonnes raisons pour commettre ces mensonges, notamment les pièges sociaux qui leur sont tendus et qui les obligent à mentir.

Nous aborderons dans cet article :

  • nos préjugés sexués sur la vérité et le mensonge,
  • le paradoxe de la pureté sexuelle
  • et la fausse expérience que certaines femmes se créent au lit.

Les femmes ne sont pas des menteuses !

Le problème, c’est l’habitude de certains de traiter les femmes de menteuses, habituellement lorsqu’il s’agit de vie sexuelle. Le véritable problème, c’est que les femmes sont souvent placées dans des situations où elles n’ont pas d’autre choix que de mentir, parce que c’est nécessaire pour leur sécurité.

Le premier mensonge porte sur la virginité et l’autre sur l’expérience sexuelle en général. Les femmes racontent souvent des histoires sur leur vie sexuelle. Pourquoi les femmes ont-elles l’impression de devoir mentir sur leurs antécédents sexuels ?

La norme, dans les relations, est cette attente que vous soyez simultanément étonnante au sexe, mais sans avoir jamais eu de relation sexuelle ! Ce n’est pas faisable. En général, on ne devient bon qu’avec la pratique, et le sexe est l’une de ces choses.

Les femmes qui veulent être douées pour le sexe sortiront et s’exerceront, puis elles se demanderont comment elles peuvent acquérir leurs compétences sexuelles. Les femmes veulent cette liberté d’acquérir de l’expérience, d’être ce soit-disant “partenaire idéal”, mais elles veulent aussi avoir une autre image que celle d’une “salope”.

Avec la virginité, c’est encore plus radical, surtout dans les cultures où la pureté est souvent violente. Parfois, si vous regardez des pays comme l’Egypte, avoir votre virginité ou au moins l’apparence de la virginité est littéralement une question de vie ou de mort pour certaines femmes.

La question de la viriginité pour les femmes

Cette question est très lourde parce que la virginité est souvent “prouvée” par l’hymen. Non seulement l’hymen peut être détruit par des activités qui n’ont rien à voir avec le sexe, mais en plus certaines personnes n’ont même pas un hymen qui correspond aux attentes du départ.

J’aime beaucoup les gens qui ont des relations sexuelles épanouies, mais lorsqu’une femme révèle à son amant : “J’ai fait un plan à trois il y a dix ans, ça ne signifiait rien pour moi mais je l’ai fait”, alors ça risque de mettre fin à la relation. Dans ces conditions, on peut comprendre que cette personne ne veuille pas divulguer ce plan à trois, et peut-être même qu’elle mente à ce sujet. Tout simplement, c’est une information non pertinente sur laquelle elle serait trop jugée.

Dans le même ordre d’idée, j’ai déjà parlé à une jeune femme qui faisait semblant d’oublier de prendre des contraceptifs, pour encourager les hommes avec qui elle avait des aventures d’un soir ou des relations sexuelles occasionnelles à utiliser des préservatifs. Elle affirmait : “C’est comme ça que j’ai du sexe occasionnel, je trouve que de cette façon on se préoccupe davantage de moi et en plus j’ai du sexe sans risque.” Elle le faisait pour assurer sa propre sécurité physique. La seule fois où elle n’a pas fait quelque chose comme ça, elle a eu des rapports sexuels sans préservatif et elle a attrapé la chlamydia. Pour elle, c’était un choix entre sa sécurité et son honnêteté. Sa sécurité était plus importante.

J’ai vu des gens qui souhaitaient vraiment être honnêtes, mais qui se trouvaient dans une situation où ce n’était pas possible.

Une femme au lit :

Agrandir l’image

Les mensonges sur les moyens de contraception

Il y a malheureusement beaucoup de honte et beaucoup de pression sur les femmes, et en particulier sur les femmes qui ont des rapports sexuels avec des hommes. Elles subissent une pression pour faire “le bon choix” et ne pas déborder du cadre.

On leur dit des phrases du genre : “S’il ne veut pas utiliser de préservatif, tu ne devrais pas coucher avec lui.” Cela met les femmes mal à l’aise d’en parler, même avec d’autres femmes.

Ce n’est pas vraiment aux femmes d’arrêter de mentir. Ce n’est pas vraiment aux femmes de dire : “Je vais arrêter de dire que j’ai un petit ami à chaque mec qui vient me voir dans un bar.” La solution, c’est que les hommes acceptent d’entendre qu’on ne veut pas leur parler, c’est tout !

Il y a tellement de colère contre les femmes qui emploient le mensonge “J’ai un petit ami” dans les bars. J’ai toujours pensé que c’était un mensonge social. Quand quelqu’un t’appelle et te demande de sortir boire un verre, et que tu ne veux pas y aller, tu lui dis : “Je suis déjà engagée ailleurs.”

Parlons du faux orgasme

Je suis une défenseure du faux orgasme. Certainement, le meilleur scénario est d’être dans une situation où vous n’avez pas le sentiment de devoir faire semblant. C’est une situation où vous avez un partenaire qui peut entendre que vous n’avez peut-être pas besoin d’un orgasme, que vous appréciez des relations sexuelles qui ne mettent pas toujours fin à un orgasme, qu’il fait quelque chose que vous n’aimez pas et qu’il n’a pas à se prendre la tête pour ça. Cela exige d’être dans une situation sexuelle beaucoup plus généreuse que celle dans laquelle se trouvent beaucoup de gens.

Durant des siècles, personne ne se souciait vraiment du plaisir sexuel féminin. Avec la montée du féminisme, vous avez cette conscience que le plaisir sexuel féminin compte aussi. Mais ce féminisme a un faux revers : il donne l’impression que vous devez avoir à chaque fois un orgasme sexuel. Or ce n’est pas du tout le cas !

Parce que le plaisir féminin est un concept très nébuleux, vous finissez tous par avoir cette impression de l’importance attachée à l’orgasme. Le plaisir sexuel pour tout le monde est bien plus compliqué que l’orgasme. Un orgasme ne signifie pas nécessairement que vous aimez le sexe. Le manque d’orgasme ne signifie pas nécessairement que vous n’aimez pas le sexe. Quand on réduit le sexe à cette partie très spécifique et très petite du plaisir sexuel qu’est l’orgasme, on crée un nouveau piège, où les femmes devraient avoir du plaisir d’une manière très spécifique.

  • Pour certaines femmes, le sexe est très agréable, mais la masturbation est le seul moment où elles obtiennent leurs orgasmes.
  • Pour d’autres femmes, l’orgasme est si intense qu’elles ne veulent pas toujours en avoir.
  • Peut-être qu’elles sont anorgasmiques et qu’elles sont OK avec ça. Il existe de nombreux scénarios où l’orgasme n’aura pas lieu ou ne sera pas désiré.

Parce que nous avons créé cette idée de l’orgasme comme norme, vous voyez souvent des hommes hétéros qui se battent maintenant contre leur ego pour savoir si leur partenaire a un orgasme ou non. Jusqu’à rager dans le cas contraire!

Si cette conversation vous saoule, quand vous êtes une femme, vous dîtes quelque chose du genre : “Oh bébé, j’aime vraiment ça. J’ai adoré, je te le promets”. Faire semblant devient juste un moyen de garder tout le monde heureux.

La simulation pour les femmes

Il y a aussi des situations où vous faites semblant juste parce que le sexe est mauvais et que vous voulez que ça finisse au plus vite.

Si vous êtes dans une relation continue, et que vous simulez, c’est que votre relation est foireuse à un moment ou à un autre.

Mais si vous avez comme un coup d’un soir avec un mec et que vous ne voulez plus revoir cette personne par la suite, faire semblant semble être une excellente façon d’exercer une certaine influence sur la situation et d’y mettre fin sans avoir à engager une conversation profonde que vous ne voulez pas avoir.

J’ai vu des gens dire : “Si tu fais semblant, tu apprends à ce type à faire des choses que les autres femmes n’aiment pas.” Cet argument me semble idiot : il suppose une expérience sexuelle féminine universelle du plaisir sexuel, ce qui est totalement bizarre… Il y a beaucoup de choses qui sont vraiment inconfortables pour moi au lit, que d’autres femmes adoreraient peut-être. Inversement, il y a des choses que j’aime que les autres femmes détestent.

Si un homme qui me procure un plaisir sexuel ou un orgasme croit que ce qu’il vient de faire est la chose qu’il doit faire avec toutes les femmes, c’est qu’il commence déjà à être une personne stéréotypée.

Au final, les femmes ont tendance à mentir pour une bonne raison.

La plupart des gens sont toujours prêts à croire ce qu’il y a de pire chez les femmes, et ne prennent pas le temps de creuser et d’en savoir plus sur elles. Cela peut être encore plus vrai pour les femmes de couleur ou pour les femmes transgenres : les gens ne comprennent pas vraiment quelles sont les motivations de ces femmes, et cette incompréhension marque le début d’une certaine haine.

Untelephone.com Pourquoi les femmes mentent et ce que cela peut nous apprendre sur le sexe

Notre avis: Depuis l’histoire d’Adam et Ève, les femmes ont été stéréotypées comme étant le sexe intrinsèquement trompeur, particulièrement lorsqu’il s’agit de questions sexuelles.

RatingEvaluation 5 étoiles
5 / 5(1 )