Inquiet pour votre enfant ? Comment gérer ça ?

Vous inquiétez-vous trop en tant que parent ? Découvrez pourquoi et comment canaliser cette énergie de manière constructive.

Pourquoi vous inquiétez-vous ?

Toute l’énergie qu’une nouvelle mère mettait auparavant à se protéger elle-même, elle la met maintenant à protéger son bébé, parce qu’il est elle-même, littéralement une partie physique d’elle-même.

La décision d’avoir un enfant est capitale car c’est décider pour toujours de laisser son cœur se promener en dehors de son corps.

Les parents passent un contrat avec la nature pour que ce cœur continue de battre, pour que leurs enfants restent en vie. Cela signifie que les parents reconnaissent que leurs enfants peuvent mourir, mais chaque fois que l’idée leur vient à l’esprit, ils la chassent rapidement.

L’écrivain Shawn Hubler déclare : « La préparation est une chose étrange ; il y a une limite à ce qu’une âme peut supporter. Le problème quand on se prépare au pire, c’est qu’il faut d’abord l’imaginer. »

« Le problème quand on se prépare au pire, c’est qu’il faut d’abord l’imaginer. »Shawn Hubler

La mort de votre enfant

Les inquiétudes sans cesse renouvelées d’un parent masquent généralement une éventualité lointaine, que tous les parents redoutent : la mort de leur enfant.

Le spectre de cette éventualité hautement improbable influence nos réflexions sur l’aventure et la prudence, les loisirs et le repos, la liberté et l’autonomie. En bref, ce fantôme met son grain de sel chaque fois que nous prenons une décision concernant nos enfants. Mais ce fantôme perd beaucoup de son pouvoir lorsque nous le regardons dans les yeux.

Toute discussion sur la mort porte sur de petits détails, puisque le grand détail (le fait que nous mourrons tous) ne change pas. Ce qui obsède les gens, c’est le calendrier de la mort. Nous avons une idée de la durée de vie d’une personne et lorsque quelqu’un arrive en-dessous de nos attentes, nous parlons de tragédie.

Nous sommes également fascinés par le mode de décès

En entendant l’histoire d’une personne qui a péri dans un incendie ou qui s’est noyée, nous disons : « Quelle terrible façon de mourir » .

Si vous y réfléchissez, vous vous rendrez compte que les morts que les gens décrivent comme terribles ont une chose en commun : la personne décédée pouvait la voir venir. C’est cette reconnaissance forcée de la mort, et non la manière dont elle est survenue, qui nous fait reculer.

Après tout, être brûlé, écrasé ou piégé sous l’eau est terrible, même si la personne survit. Un tel malheur pourrait être décrit plus précisément comme « une terrible façon de vivre » , car la mort pourrait être la partie la plus facile de l’expérience. Mais nous ne voulons pas le voir arriver.

On dit toujours « Il est mort dans son sommeil » avec admiration et reconnaissance, car c’est l’expérience préférée de la mort. Pourquoi ? Parce que c’est une non-expérience de la mort.

Ce désir d’être surpris par la mort, d’être inconscient de son avance, est ironique puisqu’il y a un avantage évident à la voir venir. La voir venir est le seul moyen d’avoir une chance d’influencer le calendrier.

Nous préférerions que nos enfants ne soient jamais en grand danger, bien sûr, mais s’ils le sont, ne vaudrait-il pas mieux le savoir ? Il semble que nous voulions le beurre et l’argent du beurre : être avertis du danger et refuser la mort. Pour protéger efficacement nos enfants, nous devons résoudre ce conflit.

Avantages Inconvénients
Apprenez à canaliser votre énergie inquiète de manière constructive Ce mode d’emploi ne garantit pas que vous ne ressentirez plus jamais d’inquiétudes en tant que parent
Réduisez l’impact de la peur de la mort de votre enfant sur vos décisions parentales Le processus de gestion des inquiétudes peut être difficile et nécessiter une certaine persévérance
Prenez conscience des détails importants à prendre en compte dans la protection de vos enfants Certaines étapes peuvent être difficiles à lire en raison de la nature délicate du sujet
Gérez les conflits entre la nécessité de protéger vos enfants et la reconnaissance de la réalité de la mort

Nous protégeons nos enfants parce que nous les aimons

Certes, mais nous respectons aussi notre contrat avec la nature. Et nous sommes tentés par une incitation de taille : l’immortalité, ou du moins ce qui s’en rapproche le plus.

Parce que nous ne verrons pas nos enfants mourir, et parce qu’ils sont une partie de nous qui peut continuer à vivre pendant longtemps, ils sont, à toutes fins pratiques, immortels. Pour une espèce qui craint la mort autant que nous, il s’agit d’un sujet lourd, et il se peut que les enjeux de la sécurité de nos enfants soient plus importants pour nous que pour eux.

En Amérique, les enfants ont plus de chances de passer le cap de l’enfance que partout ailleurs dans le monde, si bien que nos enfants ont déjà de grandes chances de vivre de nombreuses années après nous. Mais nous voulons que ces chances soient encore meilleures, et nous y parviendrons plus facilement si nous comprenons ce qu’est la violence.

Lorsque j’ai demandé à des parents d’énumérer les risques les plus graves auxquels leurs enfants sont exposés, il est compréhensible que certains répondent :

« Je ne veux pas penser à de telles choses »

ou « Je ne peux pas imaginer » .

Le problème, c’est que si vous ne pouvez pas imaginer quelque chose, vous ne pouvez pas non plus le prévoir, ni vous en protéger.

De nombreuses personnes n’ont pas le luxe de décider d’éviter les pensées désagréables. Il y a, par exemple, des professionnels de l’aide qui n’ont pas d’autre choix que de voir régulièrement des choses terribles. Aussi difficiles soient-elles, les expériences vécues par ces personnes leur apportent de puissantes leçons, souvent instantanément.

  • Le pompier qui a besoin de sortir un seul enfant non ceinturé d’une épouvantable épave de voiture sera à jamais un défenseur de la ceinture de sécurité.
  • Le chirurgien des urgences qui suit une seule fois le trajet d’une balle dans l’estomac d’un enfant se débarrassera enfin de ce vieux fusil qu’il a vu pour la dernière fois dans la cave (ou était-ce le garage ?).

La vérité sur les enlèvements d’enfants

Puisque c’est en apprenant à connaître ce que nous redoutons que nous pourrons le surmonter et réduire nos inquiétudes, je souhaite explorer en profondeur ce que les parents m’ont dit être leur peur numéro un : que leur enfant soit kidnappé par un étranger.

Il est important de noter que cette éventualité est très, très rare

Aux Etats-Unis, sur près de soixante-dix millions d’enfants américains, moins de cent par an sont probablement enlevés par des étrangers. Un enfant est beaucoup plus susceptible d’avoir une crise cardiaque, et les crises cardiaques chez les enfants sont si rares que la plupart des parents n’envisagent même pas (à juste titre) le risque.

Un enfant a 250 fois plus de chances d’être tué avec une arme à feu que d’être enlevé par un inconnu.

J’entends par enlèvement par un étranger les cas où l’enfant est parti pendant la nuit, a été transporté sur une distance de 80 km ou plus, a fait l’objet d’une demande de rançon, a été tué ou l’auteur de l’enlèvement avait l’intention de garder l’enfant de façon permanente. La peur de ces événements n’est probablement pas primaire, étant donné leur rareté, mais pour les Américains, la peur a été beaucoup encouragée.

En 1985, le FBI a enquêté sur cinquante-sept cas d’enlèvement par des étrangers ; depuis lors, le nombre de cas est assez proche de ce chiffre chaque année).

Des fonds sont collectés à partir de nos peurs

Même si cette question mérite d’être explorée en profondeur, certaines personnes s’opposeront à une présentation sobre des faits. Pourquoi ? Parce que des dizaines d’organisations collectent des fonds autour de cette peur particulière.

Denny Abbott, alors directeur national du Adam Walsh Child Resource Center, a déclaré : « En vingt-cinq ans de carrière dans les services sociaux, je n’ai jamais vu un problème aussi exploité que celui des disparitions d’enfants ».

Comme dans la plupart des cas d’exploitation, il y a de l’argent en jeu

  1. Certaines « organisations à but non lucratif » versent à leurs directeurs exécutifs des salaires mirobolants.
  2. Il y a aussi des entreprises qui vendent des produits tels que des kits d’identification et des « assurances récompenses » .
  3. Une entreprise a publié une brochure alarmante montrant une jeune fille enchaînée à un lit. Il s’est avéré que la photo était une mise en scène et que l’enfant était la fille du propriétaire. (Heureusement, il existe aussi de nombreuses organisations bien intentionnées et efficaces qui aident à protéger les enfants).

Chaque année, des milliers d’enfants disparaissent – la plupart sont des fugueurs – et des milliers d’autres sont enlevés par des parents divorcés. Certaines organisations ont décrit ces disparitions en utilisant l’expression « enlèvement par un tiers » , qui ressemble à un enlèvement par des étrangers. Le plus souvent, cependant, l’auteur de l’enlèvement est le copain de la mère de l’enfant ou quelqu’un d’autre connu de la famille.

Malheureusement, dans le fouillis des statistiques effrayantes, on en vient à penser que les enlèvements par des inconnus sont fréquents, alors qu’en fait, ce n’est tout simplement pas une chose que les êtres humains font très souvent. Si l’on fait abstraction de la rhétorique et de la peur, quel que soit le chiffre rationnel que l’on accepte, il n’est pas aussi élevé que ce que la plupart des gens ont été amenés à croire.

Des reportages sur des enlèvements de bébé

Vous avez peut-être vu récemment à la télévision des reportages sur des enlèvements de bébés dans des hôpitaux. Il est vrai que ces histoires sont effrayantes, mais les parents s’inquiéteraient sans doute beaucoup moins si ces informations étaient accompagnées de ce qui suit : Sur les 4,2 millions de bébés nés chaque année dans plus de 3 500 établissements, le nombre total d’enlèvements est inférieur à dix.

Je sais que c’est encore effrayant, mais si vous étudiez les détails de cent enlèvements de bébés dans les hôpitaux (et il faut remonter 20 ans en arrière pour trouver autant de cas) vous constaterez que quatre-vingt-quatorze d’entre eux ont été rapidement retrouvés sains et saufs. Quatre-vingt-quatorze. Mais quelle que soit la rareté de ces incidents, lorsque le présentateur dit : « Prochainement : des bébés enlevés dans les hôpitaux » , il inscrit le sujet à l’ordre du jour, et voilà : la peur.

Je suppose qu’on ne peut pas s’attendre à ce qu’ils disent : « Prochainement : une grande perte de temps qui vous rendra anxieux sans raison valable » .

Dernière ironie : alors que les journaux télévisés se font l’écho de cas d’enlèvements dans les hôpitaux, où pensez-vous que les bébés soient enlevés dans l’hôpital ? À la pouponnière ? Dans le service de pédiatrie ? Certains. Mais la plupart des bébés enlevés l’ont été dans la chambre de leur mère, pendant qu’elle s’occupait d’eux.

Une mère épuisée, qui n’a que quelques heures d’expérience en matière de protection de l’enfant, peut se laisser berner et confier son bébé à quelqu’un qui se fait passer pour un employé autorisé, ou laisser son bébé seul dans la chambre. Il s’agit donc d’une issue redoutée (comme beaucoup d’autres) que les parents peuvent facilement éviter.

Profiter de la peur des gens

Outre les reportages télévisés alarmants, il existe désormais des produits et des services qui vont encore plus loin dans le macabre, tels que des produits permettant de prélever des échantillons d’ADN sur vos enfants.

Une société se vante que son kit domestique permet de conserver l’ADN d’un enfant pendant plus de quatre-vingts ans, ce qui nous incite à imaginer une longue tragédie (plus longue, ironiquement, que la vie de tous les participants ne le serait probablement de toute façon).

Il existe des entreprises qui conservent les dossiers dentaires dans des circonstances que seuls les parents les plus masochistes choisiraient d’évoquer. Il existe même des services permettant d’apposer une couronne codée dans la bouche d’un enfant, en acier inoxydable, bien sûr, parce qu’il dure plus longtemps que les dents. Ces systèmes ne protègent pas les enfants contre le danger ; identifier facilement les restes d’une personne n’est pas une mesure de sécurité dont ils vous remercieront.

Ces services macabres donnent aux parents vulnérables le sentiment qu’ils ont fait quelque chose contre l’impensable, et qu’ils n’ont donc pas besoin d’y penser. Je comprends tout à fait que les risques encourus par les enfants puissent sembler insurmontables. Un père s’est inquiété d’un « marché noir des bébés » où les enfants sont emmenés au Mexique et vendus.

Mais qu’il s’agisse d’une jeune fille au pair meurtrière ou d’une fusillade au lycée, les craintes de la plupart des parents ont été programmées par les producteurs de journaux télévisés. C’est pourquoi j’ai cherché à dépasser les craintes du jour pour me pencher sur les préoccupations les plus primaires des parents.

Peur numéro un des parents Enfant kidnappé par un étranger
Fréquence de l’événement Très rare aux États-Unis, moins de 100 cas/an sur 70 millions d’enfants
Risque d’autres dangers pour les enfants 250 fois plus de chances d’être tué par une arme à feu
Définition de l’enlèvement par un étranger Nuit, distance de 80 km+, demande de rançon, intention de garder l’enfant de façon permanente
Collecte de fonds autour de cette peur Dizaines d’organisations collectent des fonds, certaines se payent des salaires mirobolants et vendent des kits d’identification et des assurances récompenses
Disparitions d’enfants La plupart sont des fugueurs ou enlevés par des parents divorcés, les enlèvements par un proche sont plus courants que ceux par des étrangers

La crainte d’une mère de ne pas être là pour son enfant est universelle

Je ne peux pas imaginer les laisser sans mère. Bien sûr, c’est en partie dû à mon ego, à la conviction que personne d’autre ne pourrait élever mes enfants avec autant d’amour, de compréhension, de patience et de dévouement que moi. Mais c’est surtout la pensée que si quelque chose m’arrivait, qui serait là pour eux ?

Une mère m’a dit que même si elle avait toujours eu peur de prendre l’avion, elle préférait voler avec ses enfants que sans eux. J’ai plus peur de les laisser seuls que de mourir tous ensemble.

Lorsqu’il s’agit de protéger les enfants de la violence, la plupart des inquiétudes sont contrebalancées par un sentiment primitif de puissance qui habite les nouvelles mères :

Après la naissance de ma fille, l’amour que j’ai ressenti pour elle (et que je ressens toujours) était si intense, si au-delà de tout ce que j’avais pu imaginer, que je savais que je ne laisserais aucun mal lui être fait. Je me sentais donc dangereuse. Si quelqu’un lui faisait du mal, ou même essayait de lui en faire, je savais que je me ferais justice moi-même.

Ce sentiment de puissance après la naissance de sa fille est plus qu’un simple sentiment, c’est une véritable puissance. En particulier pour les femmes élevées dans l’idée qu’elles ne sont pas capables de se protéger, la maternité donne la permission d’être dangereuse.

Elle met les femmes en contact avec un pouvoir qu’elles n’ont peut-être jamais ressenti auparavant : le pouvoir de la violence, un pouvoir connu de la plupart des hommes. Plus d’une mère m’a exprimé sa volonté de tuer une autre personne si le besoin s’en faisait sentir.

Apprenez à bien vous inquiéter

J’ai connu le fils d’un entrepreneur de pompes funèbres qui m’a dit :

Chaque fois que moi ou l’un de mes frères et sœurs demandions à aller ici ou là ou à faire ceci ou cela, la première réponse de mon père était presque toujours « Non ! » . Il venait d’enterrer quelqu’un qui faisait exactement la même chose.

Il venait d’enterrer un garçon qui avait joué avec des allumettes, ou joué au base-ball sans casque, ou été pêcher sans gilet de sauvetage, ou mangé les bonbons qu’un étranger lui avait donnés.

Ce que ces garçons avaient fait pour les conduire à leur mort a mûri en même temps que mes frères et sœurs et moi-même, les causes de leur mort devenant subtilement interpersonnelles plutôt que cataclysmiques au fur et à mesure que nous avancions en âge. Les histoires d’enfants frappés par la foudre ont été remplacées par des récits d’amour non partagé devenu suicidaire, d’adolescents tués par la vitesse et l’alcool ou victimes d’une overdose de drogues, et de hordes de morts négligents mais par ailleurs irréprochables qui s’étaient trouvés au mauvais endroit au mauvais moment.

Ma mère, qui croyait davantage au pouvoir de la prière et à sa propre éducation, passait souvent outre à ses interdictions. Oh ! , disait-elle pendant le dîner, laisse-les ! Ils doivent apprendre certaines choses par eux-mêmes. Une fois, elle lui a dit : « Ne sois pas ridicule » , alors qu’il m’avait refusé la permission de passer la nuit chez un ami de l’autre côté de la rue.  »Quoi ! » , lui a-t-elle dit, « Tu viens d’enterrer quelqu’un qui est mort d’une nuit passée chez son copain ? » .

Les parents de cet enfant se trouvaient dans une situation familière :

  • l’un des parents est raisonnablement prudent mais pas craintif,
  • l’autre est déraisonnablement prudent et toujours craintif.

Il s’agit d’une collision entre deux processus de protection distincts :

  • la gestion des risques réels au fur et à mesure qu’ils se développent
  • et l’inquiétude face à des risques imaginaires.

Il s’agit rarement des mêmes risques.

Lorsque les résultats redoutés sont réellement imminents, nous ne nous inquiétons pas, nous agissons

Voir la lave du volcan local descendre la rue en direction de notre maison n’est pas une source d’inquiétude, c’est une occasion de courir.

Par ailleurs, nous ne choisissons généralement pas d’événements imminents pour nous inquiéter, d’où l’émergence d’une vérité ironique : souvent, le fait même que vous vous inquiétiez de quelque chose signifie qu’il est peu probable que cette chose se produise.

Lorsque vous vous inquiétez pour vos enfants et que vous vous mettez dans un état de peur artificielle, vous vous éloignez de ce qui se passe réellement pour vous concentrer sur ce que vous imaginez. L’imagination humaine étant puissante, vous pouvez imaginer toute une litanie de terreurs qui pourraient s’abattre sur vos enfants.

Chaque fois que vous vous posez la question « Est-ce que cela pourrait arriver à mes enfants ? » , la réponse sera « oui » car tout peut arriver, mais il y a de meilleures questions, telles que « Est-ce que cela va arriver ? » Ou « Est-ce que cela arrive » ?

Ce que j’ai appris Ce que cela signifie
Le père d’un ami était un entrepreneur de pompes funèbres qui disait souvent « non » à leurs demandes. Le père était trop protecteur à cause des nombreux décès qu’il avait vus dans son métier.
Les raisons de la mort des personnes qu’il enterrait sont devenues de plus en plus subtiles et interpersonnelles au fil du temps. Les risques sont devenus plus complexes à mesure que les enfants grandissaient, tels que l’alcool, les drogues, les relations amoureuses compliquées, etc.
La mère de l’ami était plus laxiste que le père et laissait ses enfants prendre des risques. La mère était plus confiante dans l’éducation de ses enfants et pensait que certains risques devaient être pris pour apprendre.
Les parents ont des approches différentes en matière de gestion des risques. L’un est prudent, mais pas trop, l’autre est craintif et trop prudent.
Il y a deux types de risques, les risques réels et les risques imaginaires, qui ne sont pas les mêmes. Les risques réels sont ceux qui se développent au fur et à mesure, tandis que les risques imaginaires sont ceux qui sont perçus mais qui ne se produisent pas forcément.

Quels types de logiciels sont utilisés par les parents pour se rassurer ?

Il existe en fait un choix assez large d’applications d’espionnage de téléphone à la disposition des parents aujourd’hui, mais les meilleures sont ces marques mondialement populaires :

Comparatif des logiciels furtifs à installer dans le téléphone ciblé

Logiciel espion furtif

Prix

Sur quel appareil

1. mSpy

€14.16 / mois iPhone et Android (réseaux sociaux inclus)

2. HoverWatch

€8.99 / mois Android seulement (écoute téléphonique)

3.EyeZy

inscription gratuite Tous supports mobiles

4. uMobix

€12.49 / mois iPhone et Android (contrôle parental invisible)
Pas la peine de vous inquiéter si vous ne savez pas où se trouve votre amoureux, ce que dit votre fils au téléphone, ou les textos échangés sur votre téléphone.

 

Une application téléphonique, installée sur un téléphone, permet de tout savoir de ce qui passe sur l'appareil, dans la plus grande discrétion :

  • SMS
  • Localisation
  • Appels
  • Messages Tinder
  • Messages Whatsapp
  • Et j'en passe.

Ici la meilleure application du marché

Là son concurrent sérieux

Ici un traqueur de téléphones portables

Le coût de vos inquiétudes inutiles

En matière de parentalité, comme en physique, tout ce à quoi nous donnons de l’énergie prend de l’énergie à quelque chose d’autre. Les inquiétudes inutiles ont donc plusieurs coûts.

Tout d’abord, il y a le coût du conflit parental lui-même, un conflit dans lequel celui qui s’inquiète et celui qui ne s’inquiète pas ont chacun un avantage injuste. La sécurité de l’enfant étant au centre de ces débats, il est difficile de mettre fin à une discussion sur une possibilité redoutée sans faire de concession à celui qui s’inquiète.

D’un autre côté, le mari qui minimise toujours les inquiétudes de sa femme a le luxe de pouvoir s’inquiéter moins lui-même – après tout, c’est sa femme qui s’en charge pour lui.

Les gens s’inquiètent parce que cela leur est utile d’une manière ou d’une autre

Vous avez probablement connu quelqu’un qui s’inquiétait tellement que les gens ont cessé de lui dire quoi que ce soit. « Ne t’inquiète pas pour ta mère » ou « Je suis à moitié mort d’inquiétude » sont des phrases qui servent les inquiets en les protégeant d’une trop grande réalité.

L’inquiétude excessive aide également certaines personnes à faire face à des situations sur lesquelles elles n’ont aucune influence. L’impuissance est l’une des choses les plus difficiles à admettre pour les parents et il arrive un moment où, pour la sécurité des enfants, nous devons le faire.

L’inquiétude permet de lutter contre ce sentiment effrayant qu’il n’y a rien à faire

En effet, en s’inquiétant, on a l’impression de faire quelque chose.

L’inquiétude est un peu la guerre que nous menons contre les faits de la vie sur lesquels nous n’avons aucun pouvoir. Cela donne lieu à des exploits et à des histoires, mais ce n’est pas une façon d’élever des enfants.

Les enfants élevés par des inquiets chroniques peuvent ou non devenir des victimes de la violence, mais il est absolument certain qu’ils deviendront des victimes de l’inquiétude.

Cela peut lentement étouffer sa joie de vivre. C’est une façon intéressante de le dire, étant donné que le sens littéral du mot inquiétude est d’étrangler et d’étouffer.

Les personnes qui ont grandi étouffées par des peurs injustifiées qui les ont hantées jusqu’à l’âge adulte verront la sagesse de ce dicton : Tout le monde meurt, mais tout le monde ne vit pas.

Les vraies peurs et les peurs injustifiées peuvent parfois se ressembler, mais vous pouvez les distinguer.

  • La vraie peur est un don qui nous signale la présence d’un danger ; elle est donc fondée sur quelque chose que vous percevez dans votre environnement ou vos circonstances.
  • La peur ou l’inquiétude injustifiée sera toujours basée sur quelque chose dans votre imagination ou votre mémoire.

L’inquiétude est la peur que nous fabriquons ; c’est un choix.

À l’inverse, la véritable peur est involontaire ; elle se manifestera et attirera notre attention si nécessaire.

Si un parent ou un enfant ressent constamment de la peur, il ne lui reste aucun signal pour le moment où il en aura vraiment besoin. Ainsi, le parent qui choisit de s’inquiéter en permanence ou qui inculque des craintes injustifiées à ses enfants les rend moins sûrs. L’inquiétude n’est pas une précaution ; c’est le contraire, car elle retarde et décourage toute action constructive.

Des milliers de passagers aériens s’inquiètent de voir leur avion s’écraser, et l’on pourrait dire que cela a été très efficace (si l’on considère nos résultats exceptionnels en matière de sécurité aérienne). Mais quelqu’un croit-il vraiment que l’inquiétude contribuera à rendre un vol plus sûr ?

Pour les millions de parents éloignés de leurs enfants pendant la journée de travail, l’inquiétude est devenue un moyen d’aimer le bureau, mais croient-ils que l’inquiétude rendra leurs enfants plus sûrs ? Certains le croient, car ils peuvent interpréter les pensées inquiétantes comme des signaux intuitifs envoyés pour leur rappeler quelque chose d’important, quelque chose qu’ils ont négligé, quelque chose qu’ils n’ont pas encore envisagé.

Faites de l’inquiétude le pouvoir de l’intuition

L’inquiétude est-elle un signal intuitif ? D’une manière détournée, c’est possible.

En effet, ce qui nous préoccupe, même si c’est une mauvaise chose, est généralement plus facile à examiner qu’un autre problème moins agréable. C’est pourquoi, lorsque vous vous inquiétez, un bon exercice consiste à vous demander :

« Qu’est-ce que je choisis de ne pas voir en ce moment ? »

L’inquiétude peut très bien vous détourner de quelque chose d’important. Par exemple, nous nous inquiétons de l’agresseur d’enfants que nous avons vu arrêté aux informations, même si nous (la police et les journalistes) savons qui il est, à quoi il ressemble et où il se trouve – en prison. Dans le même temps, nous choisissons de ne pas penser à l’homme de la crèche qui nous donne la chair de poule.

Comment décider quelles impulsions explorer et lesquelles ignorer ?

En apprenant à communiquer avec vous-même. Faire confiance à son intuition est exactement le contraire de vivre dans la peur.

Explorez chaque signal intuitif, mais brièvement et de manière non répétitive. Lorsque vous êtes confronté à une inquiétude ou à une peur incertaine, posez-vous la question suivante :

  • Est-ce que je réagis à quelque chose dans mon environnement ou dans mon imagination ?

  • Ce sentiment est-il basé sur quelque chose que je perçois dans ma situation, ou simplement sur quelque chose dans ma mémoire ?

  • La crainte que mon fils adolescent ait un accident de voiture ce soir est-elle fondée sur la perception réelle qu’il est inapte à conduire ce soir, ou sur les images effrayantes que j’ai vues aux actualités la semaine dernière ?

Outre le fait d’encourager les inquiets chroniques de votre entourage à éviter de regarder les informations locales, il existe un autre remède maison que vous pouvez leur suggérer :

➢ Chaque fois que vous vous inquiétez, définissez le moment où vous vous attendez à ce que l’événement redouté se produise et notez-le sur un calendrier.

Imaginez que vous craigniez que votre fille soit blessée alors qu’elle fréquente un établissement d’enseignement supérieur dans une grande ville. Quand ? Dans un an, un mois, une semaine, aujourd’hui ? Imaginez que vous choisissiez une semaine. Notez-le, et lorsque cette étape est franchie sans incident, notez-le également.

Consignez ces prédictions infructueuses pendant un an ou jusqu’à ce que vous soyez trop gêné pour continuer à le faire.

Un autre exercice consiste à poser des questions très précises sur un événement redouté donné, comme je l’ai fait avec une mère qui craignait terriblement que sa fille ne soit kidnappée par un inconnu. Voici l’échange réel :

  • Qui va le faire ?

  • Je ne sais pas, c’est un inconnu.

  • A-t-il des antécédents d’enlèvement ?

  • Je ne sais pas.

  • Où cela se passera-t-il ?

  • Peut-être sur le chemin de l’école, je ne sais pas.

  • Comment va-t-il s’y prendre ?

  • Il pourrait l’attirer dans une voiture.

  • Quel genre de voiture conduit-il ?

  • Je ne sais pas, un break.

  • Quand cela se produira-t-il ?

  • Dans la matinée.

  • Comment la ferait-il monter dans la voiture ?

  • En lui proposant de l’emmener faire de l’équitation.

  • Où l’emmènera-t-il ?

  • Dans son appartement.

  • Il vit dans un immeuble ?

  • Oui, je suppose.

  • Les voisins ne le verront pas l’emmener ?

  • Ils travaillent tous pendant la journée.

Elle était en train d’écrire tout un roman lorsqu’elle s’est arrêtée et a dit simplement « Je ne sais pas, je suppose que j’invente des choses » .

Assez rapidement, elle a dit : « Cela ne semble pas très probable, n’est-ce pas ? Peu d’inquiétudes survivent à un contre-interrogatoire portant sur des questions très précises.

Chaque fois que nous commençons à inventer des possibilités ou que nous trouvons que la réponse à la plupart des questions est « je ne sais pas » , nous n’évaluons pas le risque réel ou actuel.

Reconnaître tout simplement qu’on est inquiet

Lorsque nous ne parvenons pas à nous débarrasser d’une inquiétude, nous pouvons simplement reconnaître (et dire aux autres si nous le souhaitons) que nous sommes inquiets à l’idée que notre fils conduise par cette nuit pluvieuse.

Nous n’avons pas besoin de justifier nos sentiments par des imitations de logique. Nous n’avons pas besoin de monter un dossier pour étayer notre inquiétude ou donner du crédit à notre anxiété en citant tous les risques dont nous avons entendu parler. De toute façon, essayer de persuader quelqu’un d’autre de partager votre inquiétude est rarement efficace, car il est rare que vous puissiez présenter un très bon dossier.

Il suffit de parler d’inquiétude, de trouver un peu de réconfort et de passer à autre chose.

Agissez pour protéger vos enfants

De nombreux parents vont d’inquiétude en inquiétude, sans jamais s’arrêter assez longtemps pour voir que leurs enfants surmontent les difficultés de la vie jour après jour.

C’est comme si vous surviviez à un accident d’avion et que vous vous arrêtiez en haut du toboggan d’évacuation pour vous demander si vos bagages arriveront à temps. Parfois, prendre un moment de gratitude permet d’éloigner quelques soucis.

Le meilleur antidote à l’inquiétude est l’action.

S’il existe une action qui réduira la probabilité qu’un résultat redouté se produise, et si cette action ne coûte pas trop en termes d’effort ou de liberté, alors prenez-la.

L’inquiétude de savoir si l’on s’est souvenu de fermer la barrière de sécurité en haut de l’escalier peut cesser en un instant si l’on vérifie. Ce n’est plus une inquiétude, c’est juste une brève impulsion.

La quasi-totalité des inquiétudes des parents concernant la sécurité de leurs enfants provient du conflit entre l’intuition et l’inaction.

Les choix qui s’offrent à vous lorsque vous vous inquiétez :

  • agir
  • avoir la foi
  • prier
  • chercher du réconfort
  • continuer à vous inquiéter
dangerenfantinquietinquiétudeparent