Faut-il réglementer les plateformes de réseaux sociaux ?

Oui, ils devraient l’être. La question plus difficile est de savoir comment le faire efficacement tout en différenciant leurs différentes formes.

Les inquiétudes concernant la réglementation publique des plateformes de réseaux sociaux sont apparues après les élections présidentielles de 2016 aux États-Unis et au Royaume-Uni avec le référendum Brexit.

Les réseaux ne sont que des modèles commerciaux

Ces plateformes sont des modèles commerciaux qui créent des marchés pour mettre en relation différentes parties ayant des intérêts complémentaires, en s’appuyant sur ce que les économistes appellent les « effets de réseau indirects ».

Les sites de rencontres, eBay, Facebook, YouTube et les systèmes d’exploitation tels qu’Android et iOS sont tous des types de plateformes différents.

Chaque minute dans le monde (utilisation des réseaux sociaux)

[chart id= »1″]

Les plateformes de réseaux sociaux mettent les consommateurs en contact avec les créateurs de contenu numérique et monétisent généralement leurs interactions grâce aux recettes publicitaires.

Comme les plateformes ne créent généralement pas leur contenu, elles prétendent qu’elles ne sont pas responsables de ce que les utilisateurs produisent et sont donc exemptes de la diffamation et des autres lois et règlements qui régissent les médias traditionnels comme les journaux et la télévision.

En d’autres termes, elles sont des plates-formes pour la liberté d’expression et n’assument aucune responsabilité pour ce que leurs utilisateurs communiquent.

Les réseaux sociaux contrôlent-ils le contenu éditorial ?

Certes les réseaux sociaux ne créent que peu de leur propre contenu (cela varie). Mais il est incorrect de prétendre qu’ils n’exercent pas de contrôle éditorial sur le contenu.

La télévision et les journaux traditionnels sont ce que nous appelons le journalisme de diffusion, ce qui signifie qu’ils fournissent le même contenu à un large public.

Pour les plateformes de réseaux sociaux, étant donné leur capacité à vous identifier, leurs algorithmes choisissent le contenu en fonction de ce qu’ils pensent que vous voulez voir et entendre.

Opinions des jeunes de 17 ans sur leur usage des réseaux sociaux

Comment les réseaux sociaux choisissent le contenu que vous lisez ?

Les réseaux sociaux prennent fréquemment des décisions éditoriales personnalisées basées sur :

  • votre comportement de navigation sur leurs plateformes
  • d’autres sites web (par exemple si vous utilisez Facebook ou Google pour vous connecter)
  • les informations de géolocalisation prises sur votre téléphone portable

Méfiez-vous des faux profils sur les réseaux sociaux

Les plateformes de réseaux sociaux sont des « monopoles naturels »

Par exemple, si vous souhaitez vendre un objet rare, il est préférable que tous les acheteurs potentiels se trouvent sur une seule plateforme. Une logique similaire s’applique si vous achetez, publiez ou partagez du contenu.

Ainsi, lorsque des entreprises de plateformes telles que Facebook, Twitter ou eBay se lancent pour la première fois, une croissance rapide est impérative dans un concours où le gagnant remporte tout.

Des règles explicites sur ce qui est ou n’est pas autorisé sur ces plateformes ne sont mises en œuvre qu’en cas de nécessité, car elles peuvent en limiter l’expansion et sont coûteuses à mettre en œuvre.

Vous vous souvenez des débuts de YouTube, qui permettait aux utilisateurs de publier n’importe quel type de musique, d’émission de télévision ou de film ? Ce n’est qu’après d’importantes menaces juridiques de la part de l’industrie des médias que la plateforme de diffusion vidéo en ligne a commencé à imposer des restrictions sur le matériel protégé par le droit d’auteur.

Les contenus sensationnels, violents ou autres contenus scandaleux provoquent plus d’émotions et font vendre plus de publicités

Il est donc reconnu que les réseaux sociaux ont tendance à présenter des contenus émotionnellement explosifs qui traduisent des convictions politiques, religieuses ou autres sujets épineux.

Cela amène les utilisateurs à partager des contenus au sein de leurs réseaux, ce qui constitue une monnaie d’échange pour l’affirmation de leur statut et de leur personnalité.

  • Certains ont qualifié le biais d’hyper-personnalisation des algorithmes de la plateforme de « chambres d’écho« .
  • Le fait que les utilisateurs sont plus susceptibles d’aimer et de partager les sujets les plus polarisants a été appelé « effet d’amplification« .

Bien qu’il puisse être injuste de tenir Facebook ou Twitter entièrement responsable des récents résultats électoraux au Royaume-Uni et aux États-Unis, leurs effets sur la montée du populisme et des mouvements marginaux, ainsi que le comportement tribaliste et de division que nous observons en ligne, sont un sujet de grave préoccupation pour les sociologues et les politologues.

La diversité des opinions est certainement positive et doit être célébrée

Mais cependant, si des plateformes comme Facebook ne sont pas tenues responsables de l’exactitude des contenus qu’elles présentent, rien ne les oblige à vous montrer les plus scandaleux ou les plus faux.

Une polarisation sociale excessive n’est pas souhaitable car elle érode les institutions démocratiques qui protègent la liberté d’expression et d’autres droits fondamentaux. Sans un consensus de base sur les objectifs communs du bien-être social, les démocraties s’affaiblissent et deviennent dysfonctionnelles ou corrompues.

Tout comme une entreprise chimique qui doit respecter les réglementations environnementales, le coût social associé aux plateformes de réseaux sociaux devrait être contrôlé pour en atténuer les effets les plus néfastes.

Qui regarde mon profil sur Facebook ?

La collecte de données par les réseaux sociaux les rend prédictifs

En collectant autant de données démographiques et comportementales à partir de nos activités en ligne, les plates-formes de médias sociaux peuvent créer un modèle numérique très précis de qui nous sommes avec une précision prédictive importante.

Ils vendent ensuite ces profils, nos jumeaux ou avatars numériques, à des annonceurs, tant sur leurs plateformes qu’en dehors.

Pas la peine de vous inquiéter si vous ne savez pas où se trouve votre amoureux, ce que dit votre fils au téléphone, ou les textos échangés sur votre téléphone.

 

Une application téléphonique, installée sur un téléphone, permet de tout savoir de ce qui passe sur l'appareil, dans la plus grande discrétion :

  • SMS
  • Localisation
  • Appels
  • Messages Tinder
  • Messages Whatsapp
  • Et j'en passe.

Ici la meilleure application du marché

Là son concurrent sérieux

Ici un traqueur de téléphones portables

Ils le font sans que leurs utilisateurs en soient explicitement informés ou sans leur consentement. De plus, les utilisateurs n’ont aucun droit sur leurs méta-données.

Il s’agit d’une relation asymétrique, un marché faustien où, en échange de recherches, de mise en réseau et de l’utilisation de services de géolocalisation, nous, en tant qu’utilisateurs, permettons à ces plateformes d’entrer dans les recoins les plus intimes de notre vie sans savoir comment ou quels secrets ils vendent.

Ce paradoxe va certainement s’accentuer à mesure que l’adoption des technologies portables se développe et que les frontières entre les secteurs réglementés des soins de santé et les secteurs non réglementés des sports s’estompent.

Dans ce contexte, le besoin de discussions publiques sur une éventuelle réglementation va très certainement s’accroître.

Un besoin de réglementations publiques

La plupart des réglementations publiques que nous connaissons en Occident ont vu le jour après la Grande Guerre.

L’accès universel à l’assainissement, à l’eau potable, à l’électricité, aux télécommunications, à l’éducation et à la culture, permet à tous les membres de la société de mener une vie plus prospère.

Si mon voisin est en meilleure santé, plus hygiénique, mieux éduqué et économiquement plus sûr, il est fort probable que moi aussi.

Les conséquences des plateformes de réseaux sociaux qui fonctionnent à une échelle quasi-monopolistique commencent tout juste à être comprises.

Le dilemme des gouvernements

Avec l’essor de plateformes telles que Facebook, TikTok, etc., le gouvernement a remarqué que le « droit à la liberté de parole et d’expression » était utilisé de manière imprudente et négligente par les citoyens.

Les principales préoccupations :

  • l’augmentation des discours de haine
  • des fake news
  • des activités dites antinationales par le biais de plateformes de réseaux sociaux diffamatoires

L’utilisation des réseaux sociaux est devenue courante en raison :

  • des tarifs réduits d’internet
  • de la disponibilité d’appareils intelligents
  • de la connectivité du territoire

Internet devient un outil puissant capable de provoquer une perturbation inimaginable de la politique démocratique.

D’autres manières de dérober nos données

Mspy est une application de contrôle parental souvent détournée de ses fonctions initiales. Une fois installée dans un téléphone, elle est capable d’espionner ses réseaux sociaux et d’envoyer à l’espion :

  • le contenu des messages
  • la localisation du téléphone en temps réel
  • les SMS, photos et vidéos

HoverWatch, son concurrent uniquement sur Android, est même capable d’enregistrer les conversations téléphoniques !

Conclusion

Ces réseaux nous offrent de nombreux services exceptionnels dont nous ne pourrions pas nous passer aujourd’hui. Mais, comme dans de nombreuses industries, il y a des conséquences indésirables qui vont à l’encontre du bien-être social.

Il faut absolument discuter sérieusement de la manière dont les plateformes de réseaux sociaux devraient être réglementées afin de minimiser leurs coûts sociaux.

donnéesréseaux sociauxsociété
Commentaires ( 2 )
Ajoutez un commentaire
  • Anonyme

    Visitor Rating: 3 Stars

  • Agnès Michaud

    Visitor Rating: 5 Stars