Comment reconnaître qu’un enfant a été abusé sexuellement

Photo of author
Écrit par Agnès Michaud

Une passion pour la technologie alliée à une soif viscérale de la rendre utile aux relations humaines.

Abus sexuel d’un enfant et signes d’alerte

On parle d’abus sexuel d’un enfant lorsqu’une personne a des contacts sexuels avec un enfant.

Dans la plupart des cas, les enfants connaissent leur agresseur. Voici quelques exemples d’abus sexuels sur des enfants

  • attouchements sexuels ou caresses sur les parties intimes du corps de l’enfant
  • introduire des objets ou des parties du corps dans la bouche, l’anus ou le vagin d’un enfant pour son plaisir sexuel ou pour toute autre raison inutile
  • s’exposer à un enfant
  • se masturber ou faire l’amour devant un enfant, forcer un enfant à se masturber
  • photographier un enfant à des fins sexuelles
  • exposer un enfant à la pornographie
  • regarder un enfant se déshabiller ou aller aux toilettes à son insu
  • utiliser un ordinateur, un téléphone portable ou d’autres réseaux sociaux pour faire des avances sexuelles à un enfant

Signes d’alerte

Les signes d’alerte indiquant qu’un enfant est victime d’abus sexuels peuvent être très différents d’un enfant à l’autre. Ils peuvent se manifester immédiatement ou à un stade avancé de la vie de l’enfant.

Ces signes peuvent se classer en trois catégories :

  • symptômes physiques
  • comportementaux
  • et émotionnels

Vous trouverez en dessous une liste de signes d’alerte dans chacune de ces catégories. Si un enfant présente ces « signes » , cela ne signifie pas qu’il a été abusé sexuellement. Il est important de rechercher une tendance qui pourrait suggérer que quelqu’un abuse sexuellement de l’enfant.

Parfois, les enfants commencent à divulguer un tout petit nombre d’informations pour voir comment vous réagissez.

  • Il peut s’agir de quelque chose d’aussi simple que « Je n’aime pas aller chez cette personne »
  • ou « Cette personne est dégoûtante »

Prêtez attention à ce genre de commentaires et demandez à l’enfant de vous en dire plus.

Parfois, les enfants nous indiquent que quelque chose ne va pas par leur façon d’agir. Il est important de connaître les signes avant-coureurs et de savoir comment contribuer à la sécurité de l’enfant.

Si un enfant vous a parlé d’une agression, demandez l’aide de professionnels.

jeune fille triste maltraitee

Signes d’alerte physiques

  • Sous-vêtements/couches ensanglantés
  • Sous-vêtements déchirés
  • Ecchymoses, gonflements ou irritations dans la zone génitale
  • Infections urinaires ou à levures
  • Difficulté à uriner ou à aller à la selle
  • Difficulté à marcher ou à s’asseoir
  • Douleur, démangeaison ou brûlure dans la région génitale
  • Infection sexuellement transmissible (IST)
  • Grossesse

Signes d’alerte émotionnels

  • Honte
  • Culpabilité
  • Méfiance
  • Impuissance
  • Désespoir
  • Sentiment d’inutilité
  • Colère
  • Dépression et anxiété
  • Faible estime de soi
  • Sentiment de ne pas être assez bon

Signes d’alerte comportementaux

  • Agit soudainement comme s’il était plus jeune que son âge (par exemple, il mouille son lit, suce son pouce, etc.).
  • Terreurs nocturnes ou cauchemars
  • Dire ou faire des choses sexuelles qui semblent inappropriées pour leur âge.
  • Peur d’être touché
  • Adoption d’un rôle de gardien ou de protecteur des jeunes enfants.
  • Changements dans l’hygiène (bain, brossage des dents, etc.) ou les préférences vestimentaires (par exemple, ne pas vouloir prendre de bain ou porter des vêtements très amples).
  • Facilement effrayé
  • Peurs intenses
  • Symptômes de stress post-traumatique (anxiété, irritabilité, difficulté à se concentrer)
  • Changements à l’école (comportement agressif ou timide, absentéisme scolaire, sentiment fréquent d’être trop malade pour aller à l’école ou baisse des notes)
  • Fugue de la maison
  • Automutilation (coupures, brûlures)
  • Honte des menstruations ou de la puberté
  • Évitement de certaines personnes ou de certains endroits
  • Pensées suicidaires, surtout chez les adolescents
  • Engagement excessif/réussite (par exemple, obsession des notes, volonté d’être parfait à l’école ou dans les sports).

jeune fille desoeuvree

Questions fréquemment posées

Pourquoi les enfants ne parlent-ils pas de la maltraitance ?

Certains enfants révèlent l’abus et ne sont tout simplement pas crus.

Les enfants donnent également de petites quantités d’informations pour voir s’ils seront crus et comment les adultes de confiance réagiront. Parfois, ces types de révélations sont ignorés.

Si les autres réagissent mal, il peut s’écouler des années avant que l’enfant ait suffisamment confiance pour en parler à quelqu’un d’autre.

Certains enfants victimes d’abus sexuels ne le disent à personne. D’autres gardent le secret toute leur vie ou n’en parlent qu’à l’âge adulte. Les enfants choisissent de ne pas en parler pour diverses raisons, comme par exemple :

  • ne comprennent pas ce qui s’est passé
  • ils n’ont pas la langue pour en parler
  • ils ont honte ou sont embarrassés
  • on leur a dit ou on les a menacés de garder le secret
  • s’inquiètent de la réaction des autres
  • ne veulent pas que l’agresseur ait des ennuis

Qu’est-ce que le grooming ?

On parle de « grooming » lorsqu’un agresseur établit un lien émotionnel avec un enfant pour gagner sa confiance et commettre un abus sexuel.

  • L’agresseur peut commencer par des chatouilles
  • des cadeaux
  • des attentions particulières
  • des voyages avec l’enfant
  • ou une relation professionnelle

Une fois la confiance établie, les auteurs exploitent leur relation pour isoler l’enfant des autres adultes ou amis en qui il a confiance.

  • Ils peuvent ensuite commencer à parler de rapports sexuels
  • à montrer des images pornographiques
  • à toucher l’enfant
  • puis passer à d’autres types d’abus sexuels

Ils peuvent dire à l’enfant que leur relation est spéciale et que c’est ce que font les gens lorsqu’ils ont une relation spéciale.

Les auteurs disent souvent à l’enfant que cette activité sexuelle doit rester entre eux et que les autres ne comprennent pas leur relation spéciale. Cela réduit l’enfant au silence et peut l’empêcher d’en parler à un adulte de confiance.

De nombreux enfants se blâment et craignent que personne ne les croie s’ils en parlent.

Que faire si je suis adulte maintenant mais que j’ai été victime d’abus sexuels dans mon enfance ?

Vous n’êtes pas seul et il n’est jamais trop tard pour demander de l’aide.

De nombreux adultes s’efforcent de guérir des abus sexuels qu’ils ont subis dans leur enfance. Certains programmes d’aide aux victimes d’agressions sexuelles offrent des services de conseil gratuits aux adultes victimes d’abus dans leur enfance.

S’ils n’offrent pas ce service, le programme peut avoir des listes d’adresses de thérapeutes ou de conseillers privés qui le font. Bon nombre de ces professionnels prennent une assurance ou acceptent un tarif dégressif pour le conseil.

  • Le numéro d’écoute, d’information et d’orientation : 3919 Violences Femmes Info
  • Les nmr de téléphone d’urgence : 17 La police et la gendarmerie, 114 en remplacement du 15, 17 et 18 pour les personnes sourdes

Certains parents installent dans le téléphone familial l’application Mspy capable de :

  • espionner discrètement le téléphone
  • enregistrer les réseaux sociaux comme Tinder, Facebook et autres Viber
  • localiser et copier les SMS

Plutôt logiciel-espion que contrôle parental, choisissez l’application EyeZy si c’est la deuxième solution que vous souhaitez.

MSpy espionne les réseaux sociaux et les conversations sur un téléphone

Le logiciel espion

mSpy bannière promotionnelle

0 réflexion au sujet de « Comment reconnaître qu’un enfant a été abusé sexuellement »

Laisser un commentaire