Je veux que mon fils soit gentil. Mais je veux aussi qu’il sache comment se défendre et défendre les autres.

Photo of author
Écrit par Agnès Michaud

Une passion pour la technologie alliée à une soif viscérale de la rendre utile aux relations humaines.

Mon fils de 9 ans m’a donné un coup de tête l’autre jour

Cela lui a fait plus mal qu’à moi. En fait, un oeuf de poule a émergé sur son front dans la minute qui a suivi, et lorsqu’il a réalisé ce qui s’était passé, il s’est mis à pleurer. Je l’ai pris dans mes bras, j’ai séché ses larmes et je l’ai félicité pour son bon coup de tête.

C’est moi qui lui ai appris à faire ça.

Il est fort et grand, avec de gros os, comme son père.

Nous avons discuté de l’adage Spider-Man « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités », et mon fils comprend que s’il est plus grand que les autres enfants, il doit être plus prudent lorsqu’il adopte ce comportement de chiot que les enfants semblent adopter à cet âge.

Lui et ses camarades de classe apprennent à l’école qu’ils doivent se respecter mutuellement et être utiles et gentils

À la maison, nous avons chaque jour des discussions ouvertes :

  • sur ce que signifie être un bon ami
  • sur l’importance de l’ouverture d’esprit et de la considération pour tous

Il est gentil et empathique, il suit les règles et veut faire ce qu’il faut. J’encourage cela, car je veux qu’il soit gentil.

Je veux aussi qu’il soit capable de se protéger et de protéger les autres avec acharnement si nécessaire

Aussi, je veux qu’il ait l’avantage de l’autodéfense dans l’espoir qu’il sera capable de se protéger (et de protéger les autres) d’agressions comme celles que j’ai subies.

Mes cicatrices émotionnelles affectent à la fois mon fils et mon mari. J’essaie de contenir mon anxiété pour leur sécurité ; elle se manifeste en partie par la pratique de l’autodéfense avec mon fils.

Lorsqu’il était beaucoup plus petit, nous avons commencé à lutter et à nous entraîner à faire ce qu’il fallait faire si quelqu’un essayait de lui faire du mal. Doucement et avec des mots adaptés à son âge, je lui ai appris :

  • le danger que représente un étranger
  • la façon de crier
  • ce qu’il faut faire lorsqu’il est perdu

Nous avons parlé du bon toucher, du mauvais toucher et du fait que son corps lui appartient.

Comme il devenait plus grand et plus fort, il voulait que je le plaque et il voulait me plaquer en retour. Je le plaquais au sol et lui expliquais comment se défendre. Il sait que si quelqu’un essaie activement de lui faire du mal, il peut mordre, frapper, griffer et donner un coup de tête pour s’enfuir. (Pas à l’école, cependant. Se faire expulser ne serait pas une issue positive).

Peut-être que je lui enseigne l’autodéfense pour faire face à mon propre passé de victime d’agression sexuelle

Notre entraînement brutal me réconforte un peu en me disant que s’il se trouvait dans une situation compromettante, la mémoire musculaire prendrait le dessus et lui donnerait les outils nécessaires pour s’échapper.

« N’avoir qu’un seul outil dans sa boîte à outils dans n’importe quelle situation ne fonctionne pas », déclare Deborah Gilboa, médecin de famille et spécialiste de l’éducation des enfants. « Apprenez aux enfants à interagir d’abord avec empathie et gentillesse. Essayez de comprendre d’où vient la personne. Donnez-leur la possibilité de s’éloigner d’une situation délicate. Et expliquez-leur aussi quand il est acceptable de rendre les coups. »

  • Mon côté positif et optimiste veut croire que si mon fils est gentil avec tout le monde, la vie sera un bol de cerises.
  • Le côté craintif de maman ours veut qu’il sache comment se défendre contre une brute, parce que nous savons tous que les brutes vont surgir.

Un enfant fait du judo

 Certains parents installent dans le téléphone familial l’application Mspy capable de :

  • espionner discrètement le téléphone
  • enregistrer les réseaux sociaux comme Tinder, Facebook et autres Viber
  • localiser et copier les SMS

Ici la démonstration gratuite de l’application

Les mauvais garçons existent

Dans le film « Ip Man », celui qui a enseigné à Bruce Lee l’art du Wing Chun affirme que l’art martial « consiste à conserver sa souplesse et sa douceur, tout en gardant la force de se défendre, un peu comme la nature flexible du bambou ». Parler doucement, mais porter un gros bâton et tout ça.

  • Vous vous souvenez de Ralphie dans le film « Une histoire de Noël » ? Ce n’est que lorsqu’il a commencé à rendre les coups que la brute l’a laissé tranquille.
  • Dans « Maman, j’ai raté l’avion ! », Kevin a défendu sa maison.
  • M. Miyagi a enseigné au « Karaté Kid » de Ralph Macchio les compétences dont il avait besoin pour vaincre une meute de méchants dirigée par un mufle à la tête d’une école d’arts martiaux voisine.

Mon fils est encore en train d’apprendre les nuances des situations sociales et des prises de décision

Gilboa dit qu’il est en train de comprendre tous les outils à sa disposition et qu’il apprendra à établir des priorités.

Lorsqu’il sera au lycée, par exemple, s’il voit quelqu’un profiter d’une fille, exprimer sa compassion et sa gentillesse ne devrait pas être la première option. Il ne devrait pas non plus, potentiellement, utiliser ses poings.

Mais lui apprendre à prendre conscience de la situation et lui donner les moyens de comprendre les conséquences de sa réaction sera bénéfique pour lui et son entourage.

« Il y aura des moments dans la vie d’un enfant où il sera tellement en colère qu’il voudra frapper quelque chose », dit Gilboa. « Si vous donnez aux enfants un contexte sur la façon de gérer ces sentiments et sur le moment où il est approprié de se défendre, ils peuvent éviter de perdre le contrôle, ainsi que les sentiments de rage et de honte qui les accompagnent. Parlez des situations et des conséquences avec lui et faites-lui comprendre que si un adulte essaie de lui faire du mal, les jeux sont faits. Il peut utiliser tous les outils de sa boîte à outils et devenir fou furieux si cela lui permet d’échapper à un méchant. »

Je sais : Les poings et la gentillesse ne vont pas de pair

Il n’y a aucune partie de moi qui veut que mon fils frappe un autre enfant ou un adulte, jamais. Mais je ne veux pas non plus qu’il soit à la merci de quelqu’un qui veut utiliser ses mains ou des armes pour le blesser.

  • Je l’arme donc de mots pour la beauté, la diplomatie et la conversation intelligente
  • de compassion pour aider les autres
  • de compétences pour savoir comment empêcher quelqu’un de se faire du mal ou d’en faire à d’autres, lorsque tout le reste échoue

C’est peut-être beaucoup lui demander. Mais j’espère que je lui donne les moyens de se sentir sûr de lui et fort.

Lire aussi Repérer et aider un enfant harcelé

MSpy espionne les réseaux sociaux et les conversations sur un téléphone

Le logiciel espion

mSpy bannière promotionnelle

0 réflexion au sujet de « Je veux que mon fils soit gentil. Mais je veux aussi qu’il sache comment se défendre et défendre les autres. »

Laisser un commentaire