Quelle est la meilleure façon de discipliner mon enfant ?

Photo of author
Écrit par Ferragus Labrosse

Sécuriser et protéger nos connexions : Connexions familiales / Connexions internet

Ma page Facebook

En tant que parent, l’une de vos tâches consiste à apprendre à votre enfant à bien se comporter.

C’est un travail qui demande du temps et de la patience. Mais il est utile d’apprendre les stratégies de discipline efficaces et saines.

Voici quelques conseils de l’American Academy of Pediatrics (AAP) sur les meilleurs moyens d’aider votre enfant à apprendre un comportement acceptable au fur et à mesure qu’il grandit.


10 stratégies disciplinaires saines qui fonctionnent

L’AAP recommande des stratégies de discipline positive qui apprennent efficacement aux enfants à gérer leur comportement et à les protéger tout en favorisant un développement sain. Ces stratégies comprennent :

Écoutez-le

L’écoute est importante. Laissez votre enfant finir son histoire avant de l’aider à résoudre le problème.

Surveillez les moments où le mauvais comportement est récurrent, par exemple si votre enfant est jaloux. Parlez-en avec votre enfant plutôt que de lui infliger des conséquences.

Accordez-lui votre attention

L’outil le plus puissant pour une discipline efficace est l’attention, pour renforcer les bons comportements et en décourager d’autres.

N’oubliez pas que tous les enfants veulent l’attention de leurs parents.

Montrer et dire

Apprenez aux enfants à distinguer le bien du mal par des paroles et des actions calmes.

Modélisez les comportements que vous aimeriez voir chez vos enfants.

Fixez des limites

Établissez des règles claires et cohérentes que vos enfants peuvent suivre.

Veillez à expliquer ces règles dans des termes adaptés à leur âge et qu’ils peuvent comprendre.

Imposez des conséquences à leurs actes

Expliquez calmement et fermement les conséquences s’ils ne se comportent pas bien. Par exemple, dites à votre enfant que s’il ne ramasse pas ses jouets, vous les rangerez pour le reste de la journée.

Soyez prêt à donner suite immédiatement. Ne cédez pas en lui rendant ses jouets au bout de quelques minutes.

Une petite fille fait des bêtises
Une petite fille fait des bêtises

Mais n’oubliez pas que vous ne devez jamais priver votre enfant de quelque chose dont il a vraiment besoin, comme un repas.

Surprenez-les en train de faire le bien

Les enfants ont besoin de savoir quand ils font quelque chose de mal, et quand ils font quelque chose de bien.

Remarquez les bons comportements et soulignez-les, en saluant les réussites et les bons essais. Soyez précis (par exemple, « Wow, tu as bien rangé ce jouet ! »).

Sachez quand ne pas réagir

Tant que votre enfant ne fait pas quelque chose de dangereux et qu’il reçoit beaucoup d’attention pour son bon comportement, ignorer un mauvais comportement peut être un moyen efficace d’y mettre fin.

Ignorer un mauvais comportement peut également apprendre aux enfants les conséquences naturelles de leurs actes.

  • Par exemple, si votre enfant continue à faire exprès de faire tomber ses biscuits, il n’aura bientôt plus de biscuits à manger.
  • S’il jette et casse son jouet, il ne pourra plus jouer avec.
  • Il ne faudra pas longtemps pour qu’il apprenne à ne pas faire tomber ses biscuits et à jouer prudemment avec ses jouets.

Soyez prêt à faire face aux problèmes

Prévoyez à l’avance les situations où votre enfant pourrait avoir du mal à se comporter. Préparez-le aux activités à venir et à la façon dont vous voulez qu’il se comporte.

Redirigez les mauvais comportements

Parfois, les enfants se comportent mal parce qu’ils s’ennuient ou ne connaissent pas mieux.

Trouvez quelque chose d’autre à faire pour votre enfant.

Demandez un temps mort

Un temps mort peut être particulièrement utile lorsqu’une règle spécifique est enfreinte.

Cet outil de discipline fonctionne le mieux en avertissant l’enfant qu’il aura un temps mort s’il n’arrête pas, en lui rappelant ce qu’il a fait de mal en peu de mots (et avec aussi peu d’émotion que possible) et en le retirant de la situation pendant une durée prédéfinie (une minute par année d’âge est une bonne règle générale).

Petit garçon fait un caprice
Petit garçon fait un caprice

Avec les enfants âgés d’au moins 3 ans, vous pouvez essayer de laisser les enfants diriger leur propre temps mort au lieu de régler un minuteur. Vous pouvez simplement dire :

« Va au coin et reviens quand tu te sens prêt et que tu as repris la raison. »

Cette stratégie, qui peut aider l’enfant à apprendre et à pratiquer des compétences d’autogestion, fonctionne également bien pour les enfants plus âgés et les adolescents.

Notre guide pas-à-pas pour trouver le contrôle parental adéquat

L’application invisible qui espionne les réseaux sociaux de vos enfants (peut masquer son icône)


La fessée et les mots durs sont nuisibles et ne fonctionnent pas – Voici pourquoi

La déclaration de principe du PAA, « Une discipline efficace pour élever des enfants en bonne santé « , souligne pourquoi il est important de se concentrer sur l’enseignement d’un bon comportement plutôt que de punir un mauvais comportement.

  • Les recherches montrent que la fessée
  • la gifle
  • et les autres formes de punition physique ne sont pas efficaces pour corriger le comportement d’un enfant

Il en va de même pour les cris et les humiliations. En plus d’être inefficaces, les punitions physiques et verbales sévères peuvent également nuire à la santé physique et mentale à long terme d’un enfant.

Le cycle malsain de la fessée

Le PAA recommande aux parents et aux personnes qui s’occupent d’enfants de ne pas donner de fessée ni de frapper les enfants.

Au lieu d’enseigner la responsabilité et la maîtrise de soi, la fessée accroît souvent l’agressivité et la colère chez les enfants. Une étude portant sur des enfants nés dans 20 grandes villes américaines a révélé que les familles qui recouraient aux châtiments physiques étaient prises dans un cycle négatif :

  • plus les enfants recevaient de fessées
  • plus ils se comportaient mal par la suite
  • ce qui les incitait à recevoir davantage de fessées en réponse

Les effets de la fessée peuvent également se faire sentir au-delà de la relation parent-enfant. En effet, elle enseigne qu’il n’y a pas de mal à faire souffrir quelqu’un si l’on est frustré, même avec ceux que l’on aime.

Les enfants qui reçoivent une fessée peuvent être plus enclins à frapper les autres lorsqu’ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent.

Des marques durables

Pas la peine de vous inquiéter si vous ne savez pas où se trouve votre amoureux, ce que dit votre fils au téléphone, ou les textos échangés sur votre téléphone.
Une application téléphonique, installée sur un téléphone, permet de tout savoir de ce qui passe sur l'appareil, dans la plus grande discrétion :
  • SMS
  • Localisation
  • Appels
  • Messages Tinder
  • Messages Whatsapp
  • Et j'en passe.
Ici la meilleure application du marché
Là son concurrent sérieux
Ici un service en ligne permettant de localiser un téléphone grâce à son numéro (pas d'installation requise)
Cette appli surveille aussi Snapchat !

Les punitions physiques augmentent le risque de blessures, surtout chez les enfants de moins de 18 mois, et peuvent laisser d’autres marques mesurables sur le cerveau et le corps.

Les enfants qui reçoivent une fessée présentent des niveaux plus élevés d’hormones liées au stress toxique. Les punitions physiques peuvent également affecter le développement du cerveau.

Une étude a révélé que les jeunes adultes ayant reçu des fessées répétées avaient moins de matière grise, la partie du cerveau impliquée dans la maîtrise de soi, et obtenaient de moins bons résultats aux tests de QI en tant que jeunes adultes.

La violence verbale : Comment les mots blessent

Crier après les enfants et utiliser des mots pour provoquer une douleur émotionnelle ou de la honte s’est également avéré inefficace et nuisible.

Une discipline verbale sévère, même de la part de parents par ailleurs chaleureux et aimants, peut entraîner davantage de mauvais comportements et de problèmes de santé mentale chez les enfants.

Adolescente rebelle à l'autorité

Les recherches montrent que la discipline verbale sévère, qui devient plus courante à mesure que les enfants grandissent, peut entraîner davantage de problèmes de comportement et de symptômes de dépression chez les adolescents.

A LIRE ⇒ Les types de relations père/fille toxiques


Tirez les leçons de vos erreurs, y compris les vôtres.

N’oubliez pas qu’en tant que parent, vous pouvez vous accorder un temps mort si vous vous sentez hors de contrôle.

Assurez-vous simplement que votre enfant est dans un endroit sûr, puis accordez-vous quelques minutes pour :

  • prendre de grandes respirations
  • vous détendre
  • appeler un ami

Lorsque vous vous sentez mieux, retournez auprès de votre enfant, serrez-vous dans les bras l’un de l’autre et recommencez.

  • Si vous ne gérez pas bien une situation la première fois, essayez de ne pas vous en inquiéter. Pensez à ce que vous auriez pu faire différemment et essayez de le faire la prochaine fois.
  • Si vous avez le sentiment d’avoir commis une véritable erreur dans le feu de l’action, attendez de vous calmer, présentez vos excuses à votre enfant et expliquez-lui comment vous allez gérer la situation à l’avenir.

Veillez à tenir votre promesse. Votre enfant aura ainsi un bon exemple de la façon dont il peut se remettre de ses erreurs.

Conseils pour une discipline saine et efficace par âge/étape

Nourrissons

Les bébés apprennent en observant ce que vous faites, alors donnez des exemples du comportement que vous attendez.

  • Utilisez un langage positif pour guider votre bébé. Par exemple, dites « C’est l’heure de s’asseoir » plutôt que « Ne reste pas debout ».
  • Gardez le mot « non » pour les questions les plus importantes, comme la sécurité.
  • Limitez le besoin de dire « non » en mettant les objets dangereux ou tentants hors de portée.
  • Distraire l’enfant et remplacer l’objet dangereux ou interdit par un objet avec lequel il peut jouer est une bonne stratégie à cet âge.

Tous les enfants, y compris les bébés, ont besoin d’une discipline cohérente, alors discutez avec votre partenaire, les membres de votre famille et la personne qui s’occupe de l’enfant pour établir des règles de base que tout le monde suivra.

Les tout-petits

Votre enfant commence à reconnaître ce qui est permis et ce qui ne l’est pas, mais il peut tester certaines règles pour voir comment vous réagissez.

  • Prêtez attention aux comportements que vous aimez
  • félicitez-les
  • ignorez ceux que vous voulez décourager
  • redirigez l’enfant vers une autre activité si nécessaire

Les crises de colère peuvent devenir plus fréquentes lorsque votre enfant a du mal à maîtriser de nouvelles compétences et situations. Anticipez les déclencheurs de crises, comme la fatigue ou la faim, et aidez-les à se calmer avec des siestes et des repas bien planifiés.

  • Apprenez à votre tout-petit à ne pas frapper
  • mordre
  • ou adopter d’autres comportements agressifs

Adoptez un comportement non violent en ne donnant pas de fessée à votre enfant et en gérant les conflits avec votre partenaire de manière constructive.

  • Restez cohérent dans l’application des limites.
  • Essayez de faire de courtes pauses si nécessaire.
  • Reconnaissez les conflits entre frères et sœurs, mais évitez de prendre parti.

Par exemple, si une dispute survient au sujet d’un jouet, le jouet peut être rangé.

Des parents donnent un smartphone à leur enfant

Âge préscolaire

Les enfants d’âge préscolaire essaient encore de comprendre comment et pourquoi les choses fonctionnent et quels sont les effets de leurs actions.

À mesure qu’ils apprennent le comportement approprié, attendez-vous à ce qu’ils continuent à tester les limites de leurs parents et de leurs frères et sœurs.

  1. Commencez à leur assigner des tâches adaptées à leur âge, comme ranger leurs jouets.
  2. Donnez des instructions simples, étape par étape.
  3. Récompensez-les en les félicitant.
  4. Permettez à votre enfant de faire des choix parmi des alternatives acceptables, en le redirigeant et en fixant des limites raisonnables.
  5. Apprenez à votre enfant à traiter les autres comme il veut être traité.
  6. Expliquez-lui qu’il est normal de se mettre en colère parfois, mais pas de blesser quelqu’un ou de casser des objets.
  7. Apprenez-lui à gérer ses sentiments de colère de manière positive, par exemple en en parlant.
  8. Pour résoudre les conflits, utilisez des temps d’arrêt ou retirez la source du conflit.

Enfants d’âge scolaire

Votre enfant commence à avoir le sens du bien et du mal.

  • Parlez-lui des choix qui s’offrent à lui dans les situations difficiles, des bonnes et des mauvaises options, et de ce qui pourrait se passer ensuite selon la façon dont il décide d’agir.
  • Parlez des attentes de la famille et des conséquences raisonnables en cas de non-respect des règles familiales.
  • Assurez un équilibre entre les privilèges et les responsabilités, en donnant aux enfants plus de privilèges lorsqu’ils suivent les règles de bonne conduite.
  • Continuez à enseigner et à donner l’exemple de la patience, de la sollicitude et du respect des autres.
  • Ne permettez pas à vous-même ou aux autres d’utiliser des punitions physiques.
  • Si vous vivez dans une région où les châtiments corporels sont autorisés dans les écoles, vous avez le droit de dire que votre enfant ne peut pas recevoir de fessée.

Adolescents et adolescents

Au fur et à mesure que votre adolescent acquiert des capacités de décision indépendantes, vous devrez équilibrer votre amour et votre soutien inconditionnels avec des attentes, des règles et des limites claires.

  • Continuez à lui montrer beaucoup d’affection et d’attention.
  • Prenez le temps de parler tous les jours. Les jeunes sont plus susceptibles de faire des choix sains s’ils restent en contact avec les membres de leur famille.
  • Apprenez à connaître les amis de votre adolescent.
  • Parlez de relations responsables et respectueuses.
  • Reconnaissez les efforts, les réalisations et les succès de votre adolescent dans ce qu’il fait et ne fait pas.
  • Félicitez-le pour son choix d’éviter de consommer du tabac, des e-cigarettes, de l’alcool ou d’autres drogues.
  • Donnez l’exemple en consommant vous-même de l’alcool et d’autres substances de manière responsable.

A LIRE ⇒ Mauvais comportement de votre gamin : 1 semaine pour tout changer

1 réflexion au sujet de « Quelle est la meilleure façon de discipliner mon enfant ? »

Laisser un commentaire