Faut-il espionner ses enfants ?

Photo of author
Écrit par Agnès Michaud

Sécuriser et protéger nos connexions : Connexions familiales / Connexions internet

Mes articles par Email

Au milieu d’une longue balade à vélo il y a plusieurs semaines, je me suis arrêté pour me reposer et j’ai sorti mon iPhone pour envoyer un SMS à ma femme. J’avais le sentiment qu’elle pouvait me surveiller.

« Si tu vérifies ma position, je ne suis pas mort », lui ai-je écrit. « Je prends un café à Rouen. »

Il se trouve qu’elle ne surveillait pas ma position, mais elle aurait pu le faire (et l’a fait dans le passé) parce que je l’ai autorisée à le faire en utilisant une application mobile qu’on a installée tous les deux sur nos appareils : MSpy.

Lorsqu’elle est curieuse, elle peut me voir représenté par un point orange sur la carte numérique de son téléphone. Ce point immobile pourrait être :

  • un mari cycliste qui a crevé
  • qui a pris une bière avec un ami
  • ou qui a été renversé par une voiture (d’où le message rassurant)

De temps en temps, je vérifie aussi la position de ma femme

Je le fais afin de savoir :

  • quand elle quitte le travail
  • et pouvoir planifier le dîner en fonction de son arrivée

Il nous est arrivé, à elle et à moi, de suivre les allées et venues de notre fille de 13 ans en utilisant son téléphone pour nous rassurer qu’elle rentrait de l’école ou d’une course au magasin.

Quand avez-vous commencé à travailler pour la NSA ?

La plupart des Français n’aiment pas l’idée que leur gouvernement espionne leurs activités sur internet, et beaucoup d’entre eux ont des réticences à l’égard des entreprises qui suivent leurs habitudes en ligne à des fins commerciales.

Mais lorsqu’on leur présente les outils et la possibilité de jouer à Big Brother avec d’autres membres de leur famille, il est difficile pour certains de résister.

Caméra de surveillance publique

Homme souriant utilisant application mSpy sur téléphone, ressemblant à un père noël.

Je ne parle pas seulement des membres de la famille qui se situent du côté des harceleurs, bien qu’il existe certainement des conjoints jaloux et des parents autoritaires qui surveillent leurs partenaires et leurs enfants avec une vigilance malsaine.

Comment éviter que le contrôle parental gâche la vie de vos enfants

La surveillance numérique

  • qu’il s’agisse de suivre les personnes avec lesquelles les proches communiquent
  • de fouiner sur leurs comptes de réseaux sociaux
  • ou de vérifier leur localisation

…devient courante, même chez les personnes qui se considèrent comme respectueuses des limites avec leurs enfants et leurs partenaires.

Existe-t-il une forme d’espionnage responsable des proches ?

La réponse dépend de la personne à qui vous posez la question.

  • Les fervents défenseurs de la vie privée rejettent d’emblée le principe de la question
  • tandis que d’autres pensent que c’est possible si le consentement, la confiance et le respect sont au rendez-vous

« Cela se résume à la dynamique du pouvoir », a déclaré Ferragus Labrosse, coach holistique. « Vous pouvez imaginer un scénario où, dans une famille, c’est une dynamique malsaine ».

Les parents gardent désormais régulièrement un œil sur le comportement numérique de leurs enfants, sous une forme ou une autre.

Une enquête menée par le Pew Research Center auprès d’adultes ayant des enfants âgés de 13 à 17 ans a révélé que :

  • 61 % des parents vérifiaient les sites web visités par leurs adolescents
  • 60 % visitaient leurs comptes de réseaux sociaux
  • et 48 % examinaient leurs appels et messages téléphoniques

La proportion de parents qui suivaient les allées et venues de leurs adolescents par le biais de leur téléphone portable est de 19 %.

La prévalence du suivi parental est le résultat logique d’un monde dans lequel les enfants passent une grande partie de leur vie dans le domaine numérique :

  • pour se divertir
  • communiquer
  • et accéder à l’information

Les smartphones et les tablettes, l’avènement des réseaux sociaux et l’explosion de nouvelles formes de communication comme les textos ont fait de la technologie numérique un élément encore plus important du tissu de l’adolescence.

Petite fille surfe sur internet

La prolifération de ces phénomènes numériques s’est accompagnée d’une multiplication des outils permettant d’en contrôler l’accès pour des raisons de santé et de sécurité.

L’évolution du contrôle parental en un contrôle de contenus

Depuis les années 90, des start-up proposent aux parents des logiciels de filtrage pour empêcher leurs enfants de voir des contenus sexuels et autres.

Puis les smartphones ont fait leur apparition et les principaux opérateurs de téléphonie mobile ont commencé à commercialiser des services permettant de :

  • contrôler l’accès aux contenus
  • aux applications
  • aux personnes avec lesquelles les enfants peuvent communiquer
  • localiser un téléphone grâce aux puces de communication sans fil intégrées aux appareils

Des fabricants de téléphones comme Apple ont rendu des fonctions comme le suivi de la localisation familiale encore plus accessibles en les intégrant gratuitement dans le logiciel de leurs téléphones.

L’activation de cette fonction sur un iPhone permet également de localiser un appareil égaré (voir Comment localiser votre iPhone même s’il est hors ligne).

L’un des dangers de ces technologies : de nombreux parents seront tentés de les utiliser à outrance, et de manière intrusive

Un parent qui microgère constamment la vie d’un adolescent risque d’étouffer l’indépendance nécessaire pour devenir un adulte.

« J’ai vraiment du mal à imaginer qu’un parent qui a essayé d’être rationnel et compréhensif puisse faire cela. Mon approche de la parentalité est qu’à un certain moment, bien avant l’âge de la maturité, vous les traitez comme des adultes ».

Le partage d’informations numériques, y compris la localisation, est considéré comme un signe de confiance et de respect entre les personnes ayant des relations étroites, mais peut être facilement détourné en un abus de pouvoir.

« La donne change lorsque nous parlons d’un adolescent de 16 ans qui se sent « harcelé » par ses parents. C’est parce que le partage d’informations n’est pas un signe mutuel de confiance et de respect, mais un processus de surveillance. »

Dans mon travail de terrain avec des adolescents, j’ai été troublée de constater que les normes de confidentialité établies par les parents influencent les relations de leurs enfants avec leurs pairs. Les adolescents partagent leurs mots de passe pour les réseaux sociaux et autres comptes avec leurs petits amis et petites amies.

« Ils l’ont appris en nous observant et grâce au langage que nous avons utilisé lorsque nous avons expliqué pourquoi nous exigions d’avoir leurs mots de passe. Tout cela est très bien, bien que bizarre, dans une relation saine. Mais dévastateur dans une relation malsaine ».

 Peut-on mettre une puce à nos enfants pour éviter les enlèvements ?

Il en va de même pour les couples d’adultes qui utilisent les technologies numériques pour garder un œil sur l’autre

Dans mon cas, il s’agit d’une utilisation banale.

Ma femme et moi avons découvert que le fait de suivre l’emplacement de l’autre rendait plus facile et plus sûre une partie de la logistique d’une vie de famille bien remplie.

  • Nous n’avons pas besoin de nous envoyer des SMS depuis nos voitures pour dire que nous sommes sur la route
  • sauf si l’un de nous fait un arrêt imprévu, comme je l’ai fait

A tester : L'offre mSpy

J’ai trouvé un arrangement similaire avec mon petit ami, qui vit à environ 60 km de moi. Nous utilisons une application appelée HoverWatch qui permet aux gens de partager leur emplacement et d’enregistrer toutes les conversations téléphoniques (appels et écoute environnementale).

Installation d'HoverWatch

Lorsque mon petit-ami vient la voir en voiture, l’application lui permet de savoir qu’il est toujours en mouvement, surtout sur les routes dangereuses de l’hiver.

Si vous le faites à des fins de vérification plutôt que pour des raisons de sécurité et de commodité, alors vous devriez peut-être repenser la raison pour laquelle vous l’utilisez.


Comment espionner ?

Pour ce faire, il suffit d’installer une application sur le téléphone portable de son enfant.

Le moins cher et le plus complet est mSpy disponible ici. Toutes les informations sur la manière d’installer ce logiciel sur le téléphone sont expliquées dans les rubriques en haut de ce blog.

Une fois l’application installée, vous pourrez suivre depuis votre ordinateur :

  • le monitoring du téléphone
  • Il vous donnera notamment les contenus des appels
  • les SMS échangés
  • la position GPS de votre enfant
  • ses photos et emails

Voilà de quoi savoir quelle est la vérité profonde.

Une application pour savoir la vérité

Comment rapatrier le contenu d'un téléphone

mSpy bannière promotionnelle

2 réflexions au sujet de “Faut-il espionner ses enfants ?”

Laisser un commentaire