Les réseaux sociaux décentralisés : l’avenir du Web 3.0

Photo of author
Écrit par Agnès Michaud

Une passion pour la technologie alliée à une soif viscérale de la rendre utile aux relations humaines.

L’échec du modèle des réseaux sociaux est de plus en plus évident

Suite à une série d’incidents, il est clair que les entreprises de réseaux sociaux privilégient les bénéfices des actionnaires et les intérêts commerciaux au détriment de la sécurité des clients.

Si vous agissiez de la sorte dans le secteur bancaire, vous seriez probablement condamné à une peine de prison ou, à tout le moins, à une lourde amende et à une censure réglementaire.

Les projecteurs sont braqués sur les réseaux sociaux décentralisés, mais que doit-il se passer pour qu’ils obtiennent la traction dont ils ont besoin pour pouvoir rivaliser avec la taille et la portée des mastodontes sociaux centralisés ?

Nous avons également vu comment la suspension par Twitter du compte de Trump a suscité une indignation quant à la politique de « liberté d’expression » de la plateforme.

Bien que certains puissent affirmer que cette décision était justifiée à la lumière de la montée du sentiment anti-gouvernemental, elle soulève néanmoins certaines questions éthiques majeures concernant le pouvoir des réseaux sociaux, comme la question de savoir si les décisions de modération et de retrait doivent être laissées à quelques individus influents de la Silicon Valley ou non.

femme victime dun sextoteur

Les réseaux de données décentralisés permettent à ces générateurs de données (qu’il s’agisse des données personnelles sur la santé d’un individu, des données sur les récoltes d’un agriculteur ou des données sur la localisation et les performances d’une voiture) de vendre ou d’échanger leurs données :

  • sans perdre le contrôle de la propriété
  • renoncer à la confidentialité
  • dépendre d’intermédiaires tiers

Les algorithmes d’intelligence artificielle et d’apprentissage automatique sont devenus suffisamment puissants pour créer des prédictions et des actions utiles, voire parfois salvatrices.

Lorsqu’ils sont superposés à de nouvelles structures de données décentralisées donnant accès à une richesse de données qui ferait l’envie des géants de la technologie d’aujourd’hui, les applications potentielles vont bien au-delà de la publicité ciblée dans des domaines tels que les matériaux de précision, la conception de médicaments et la modélisation du climat.

Alors que les législations sur les grandes entreprises sont encore en train de rattraper leur retard, la technologie offre les solutions suivantes.

La décentralisation des réseaux sociaux

Les plateformes technologiques de type blockchain ou open-source ont fait leur apparition, et les réseaux sociaux décentralisés ont un rôle à jouer dans la résolution des nombreux problèmes auxquels la big tech est actuellement confrontée.

Un réseau social décentralisé présente diverses caractéristiques qui permettent de le distinguer des plateformes de médias sociaux traditionnelles

  • La première distinction majeure est qu’il ne s’agit pas d’un site Web unique que vous pouvez visiter. Il s’agit plutôt d’un réseau de centaines de communautés, chacune d’entre elles possédant une copie du code.
  • Deuxièmement, vous pouvez rendre votre instance aussi publique ou privée que vous le souhaitez – vous pouvez vous connecter avec des utilisateurs d’autres instances, même multiplateformes.

Blockchain a la capacité de créer un système qui monétise la création et l’utilisation de contenu tout en protégeant les consommateurs du contrôle gouvernemental.

Dans un tel environnement, les données des utilisateurs seraient sûres et sécurisées, et le contenu partagé serait authentique.

L’objectif d’une plate-forme de médias sociaux décentralisée devrait être d’employer un réseau social ouvert et décentralisé afin de rassembler les intérêts des gens et de faciliter les transactions économiques.

En plus, l’initiative vise à ajouter de la valeur à tout produit créatif en permettant aux utilisateurs d’améliorer leurs talents tout en créant simultanément un lien direct et décentralisé entre le public et les fournisseurs de contenu.

Qu’est-ce qui fait des réseaux sociaux décentralisés l’avenir du Web 3.0 ?

  • Les utilisateurs des sites de réseaux sociaux populaires sont inondés de publicités qui ont un impact sur leur vie personnelle.
  • Leurs habitudes de navigation sont méticuleusement enregistrées et monétisées sans qu’ils en aient conscience.

Les utilisateurs actuels de Twitter, Facebook, Instagram et TikTok ne sont que l’itération moderne de l’habitué des forums du début du 21e siècle, se penchant sur des sujets et ajoutant leurs commentaires aux sujets qu’ils souhaitent commenter.

Comment internet peut-il reprendre le forum des mains des oligarques des grandes entreprises ?

oeil curieux sur les reseaux sociaux

La nécessité d’un lieu de discussion libre

Les sociétés plus anciennes, comme les Grecs et les Romains, ont réussi à transmettre leur savoir classique parce qu’il était mis en commun par le biais de discussions.

Les philosophes discutaient dans des forums, et ces informations filtraient vers le reste de la société. Sans cette liberté de discussion, la censure des idées pourrait entraîner des problèmes considérables quant à la capacité des gens à percevoir la réalité qui les entoure.

Le besoin impérieux de réseaux sociaux décentralisés repose sur l’idée que les gens se porteraient mieux s’ils travaillaient ensemble.

Les médias actuels préfèrent éloigner les gens les uns des autres ; les conflits génèrent des clics, et les clics génèrent des revenus.

Supprimer la base des médias modernes

Une grande partie des médias modernes existe comme un moyen d’atteindre une fin.

Les réseaux sociaux en sont un parfait exemple. Des sociétés comme TikTok et YouTube permettent aux créateurs de contenu de créer leurs propres œuvres et de les télécharger sur le site.

La publicité et les algorithmes qui ciblent les acheteurs potentiels se greffent sur ce « bon » contenu. Grâce à ce système, les influenceurs ne touchent qu’une fraction des revenus publicitaires perçus par l’entreprise, alors qu’ils sont responsables à 100 % du contenu.

Tirant les leçons du Web2 aujourd’hui, les communautés qui construisent un site de réseau social Web3 devraient se concentrer principalement sur les influenceurs eux-mêmes. Le raisonnement derrière cela est double.

Premièrement, les influenceurs contrôlent de nombreux yeux, et en les incitant à changer de plateforme, il est probable qu’il y ait un exode massif des personnes qui suivent l’influenceur.

La plupart des célébrités qui utilisent les médias sociaux ne publient pas réellement sur la plate-forme mais ont un gestionnaire de médias sociaux engagé ou une entreprise qui gère leurs tweets ou leurs posts.

Les petits influenceurs n’ont généralement pas les moyens d’embaucher des personnes pour gérer leurs comptes et le font eux-mêmes. Si les influenceurs eux-mêmes peuvent être intéressés par un forum décentralisé, les entreprises et les médias qui les gèrent ne le seraient pas.

Un changement dans les critères de récompense

Alors, comment les gens seraient-ils récompensés dans un tel réseau social ?

Pour que les réseaux sociaux aient un quelconque impact positif, les actions doivent être récompensées. L’une des façons dont cela pourrait se produire est le financement public rétroactif. Dans ce modèle de financement, des certificats d’impact sont créés rétroactivement.

Un certificat d’impact indique qu’une personne particulière est responsable d’un ajout ou d’un changement spécifique au réseau.

Disons, par exemple, qu’une personne a créé un modèle de mème particulièrement viral. Sur la base de l’utilisation répandue de ce modèle de mème, le créateur pourrait être récompensé pour cela. Son apport au réseau serait reconnu par la création d’un prix.

Ces prix ne sont pas créés à l’avance comme un objectif à atteindre, car ils façonneraient le réseau plutôt que de récompenser ceux qui ont façonné le Web par leur propre mérite.

web 3 0

Ce système de récompense est à l’opposé de ce qui est actuellement utilisé sur les réseaux sociaux.

Actuellement, les réseaux sociaux cherchent à diviser et à capitaliser sur la polarisation.

Ce nouveau modèle amélioré cherche à récompenser les individus qui aident la plateforme et les utilisateurs. Il s’agit d’une distribution précise de la richesse basée sur la valeur, en fonction de la contribution de chacun au développement et à la propagation du réseau dans son ensemble.

Changer la valeur de la vérité

Dans un réseau blockchain, une chose ne peut être considérée comme une vérité que si la chaîne est d’accord avec elle.

Les modifications apportées à la « vérité » pour la faire plier dans un sens ou dans l’autre ne fonctionnent pas, car la vérité est liée au consensus sur la blockchain.

Si l’on revient aux réseaux sociaux, les deux dernières années ont montré comment de multiples versions de la vérité peuvent exister les unes à côté des autres, sans qu’aucune d’entre elles ne reflète la réalité.

Une plateforme de réseau social décentralisée aurait pour but de lier la vérité au consensus.

La valeur de la vérité dans une chaîne de médias sociaux dépend de ce que la communauté dit qu’elle est. Cependant, cela introduit une autre question : le problème des groupes homogènes.

Groupes et fragmentation

Les réseaux sociaux soutiennent généralement les groupes parce qu’ils sont une fonction utile pour garder les amis et les contacts catalogués.

Parfois, les groupes constituent la base de tout un réseau social, comme Reddit.

Dans un réseau social crypto-first, au lieu de baser les idées sur des idéologies, comme les réseaux sociaux ont tendance à le faire actuellement, nous aurions des groupes orientés vers le changement de la façon dont les gens comprennent différents aspects.

Naturellement, il y aura une polarisation, mais cette polarisation pourrait être basée sur quelque chose de plus tangible que la simple idéologie politique de quelqu’un comme c’est le cas maintenant.

La façon de surmonter cette polarisation est la reconnaissance de l’expertise.

  • Certains groupes parviendraient à un consensus sur ce qui compte comme la vérité
  • Et les autres groupes s’en remettraient à eux, car ils sont les experts
  • On ne s’inquiéterait pas beaucoup de savoir si quelqu’un fait ou dit quelque chose pour un gain monétaire.

Cette configuration entraînerait une fragmentation, mais la fragmentation n’est pas toujours mauvaise.

Un fragment d’un groupe dédié à un objectif spécifique peut s’opposer à la sagesse dominante et être reconnu comme ayant raison.

La configuration par défaut du monde de la « guerre internet » se transformerait en quelque chose qui ressemble davantage à un débat de longue haleine.

Pour que la fragmentation soit bonne, les fragments eux-mêmes doivent créer de la valeur. Au sein d’un groupe, un fragment pourrait envisager des approches alternatives pour atteindre ces objectifs.

La fragmentation peut conduire à une diversité de pensée encore plus grande, l’exact opposé de ce que les réseaux sociaux actuels tentent d’accomplir.

MSpy espionne les réseaux sociaux et les conversations sur un téléphone

Le logiciel espion

mSpy bannière promotionnelle

0 réflexion au sujet de « Les réseaux sociaux décentralisés : l’avenir du Web 3.0 »

Laisser un commentaire