Le secret des relations durables se résume à la gentillesse

Photo of author
Écrit par Agnès Michaud

Une passion pour la technologie alliée à une soif viscérale de la rendre utile aux relations humaines.

Selon la science, les relations durables se résument à la gentillesse et la générosité

Chaque jour en juin, le mois de mariage le plus populaire de l’année, environ 5 000 couples français diront « oui », s’engageant dans une relation de toute une vie, pleine d’amitié, de joie et d’amour qui les portera jusqu’à leurs derniers jours sur cette terre.

Sauf que, bien sûr, les choses ne se passent pas ainsi pour la plupart des gens

La majorité des mariages échouent :

  • soit en se terminant par un divorce et une séparation
  • soit en se transformant en amertume et en dysfonctionnement

Sur l’ensemble des personnes qui se marient, seuls 4 mariages sur 10 restent sains et heureux.

Les spécialistes des sciences sociales ont commencé à étudier les mariages en les observant en action dans les années 1970, en réponse à une crise : Les couples mariés divorçaient à un rythme sans précédent.

Inquiets de l’impact de ces divorces sur les enfants issus de ces mariages brisés, les psychologues ont décidé de jeter leur dévolu scientifique sur les couples, les amenant en laboratoire pour les observer et déterminer quels étaient les ingrédients d’une relation saine et durable.

Chaque famille malheureuse l’était-elle à sa manière, comme le prétendait Tolstoï, ou les mariages malheureux avaient-ils tous quelque chose de toxique en commun ?

Le psychologue John Gottman était l’un de ces chercheurs. Au cours des quatre dernières décennies, il a étudié des milliers de couples dans le but de comprendre ce qui fait que les relations fonctionnent.

Gottman et son collègue Levenson ont fait venir de jeunes mariés dans le laboratoire et les ont observés interagir entre eux. Avec une équipe de chercheurs, ils ont branché les couples à des électrodes et leur ont demandé de parler de leur relation, en donnant des détails :

  • comme la façon dont ils se sont rencontrés
  • un conflit majeur auquel ils ont été confrontés ensemble
  • et un souvenir positif

Pendant qu’ils parlaient, les électrodes mesuraient le débit sanguin des sujets, leur rythme cardiaque et la quantité de sueur qu’ils produisaient. Les chercheurs ont ensuite renvoyé les couples chez eux et les ont revus six ans plus tard pour voir s’ils étaient toujours ensemble.

À partir des données recueillies, Gottman a séparé les couples en deux grands groupes : les couples maîtres et les couples désastreux.

  • Les maîtres étaient toujours heureux ensemble après six ans.
  • Les désastreux avaient rompu ou étaient chroniquement malheureux dans leur mariage.

Lorsque les chercheurs ont analysé les données recueillies sur les couples, ils ont constaté de nettes différences entre les maîtres et les désastres.

Les couples désastreux

Les désastreux semblaient calmes pendant les entretiens, mais leur physiologie, mesurée par les électrodes, racontait une autre histoire.

  • Leur rythme cardiaque était rapide
  • leurs glandes sudoripares étaient actives
  • et leur circulation sanguine était rapide

En suivant des milliers de couples de manière longitudinale, Gottman a constaté que plus les couples étaient physiologiquement actifs en laboratoire, plus leurs relations se détérioraient rapidement au fil du temps.

Mais quel est le rapport avec la physiologie ? Le problème était que les couples foutus d’avance montraient tous les signes d’excitation (en mode combat ou fuite) dans leurs relations.

  • Avoir une conversation assise à côté de leur conjoint revenait, pour leur corps, à affronter un tigre à dents de sabre.
  • Même lorsqu’ils parlaient d’aspects agréables ou banals de leur relation, ils étaient prêts à attaquer et à être attaqués.
  • Cela faisait monter en flèche leur rythme cardiaque et les rendait plus agressifs l’un envers l’autre.

Par exemple, chaque membre d’un couple peut parler de la façon dont sa journée s’est déroulée, et un mari très excité peut dire à sa femme :

« Pourquoi ne commences-tu pas à parler de ta journée ? Cela ne te prendra pas beaucoup de temps. »

deux personnes tres agees se tiennent encore par la main

Les couples maîtres

Les maîtres, en revanche, présentaient une faible excitation physiologique.

Ils se sentaient calmes et connectés ensemble, ce qui se traduisait par un comportement chaleureux et affectueux, même lorsqu’ils se battaient.

Ce n’est pas que les maîtres avaient, par défaut, une meilleure constitution physiologique que les désastreux ; c’est que les maîtres avaient créé un climat de confiance et d’intimité qui les rendait tous deux plus confortables émotionnellement et donc physiquement.

Gottman voulait en savoir plus sur la façon dont les maîtres avaient créé cette culture de l’amour et de l’intimité, et comment les catastrophes l’avaient écrasée

Dans le cadre d’une étude de suivi menée en 1990, il a conçu un laboratoire sur le campus de l’Université de Washington de manière à ce qu’il ressemble à un magnifique gîte rural.

Il a invité 130 couples de jeunes mariés à passer la journée dans ce lieu de retraite et les a observés pendant qu’ils faisaient ce que les couples font normalement en vacances :

  • cuisiner
  • nettoyer
  • écouter de la musique
  • manger
  • discuter
  • et passer du temps ensemble

Au cours de cette étude, Gottman a fait une découverte cruciale, qui explique pourquoi certaines relations sont florissantes et d’autres languissantes.

Tout au long de la journée, les partenaires faisaient des demandes de connexion, ce que Gottman appelle des « offres »

Par exemple, disons que le mari est un passionné d’oiseaux et qu’il remarque un chardonneret volant dans la cour. Il pourrait dire à sa femme :

« Regarde ce bel oiseau dehors ! » .

Il ne se contente pas de commenter l’oiseau : Il demande une réponse à sa femme, un signe d’intérêt ou de soutien, dans l’espoir qu’ils se rapprochent, même momentanément, à propos de l’oiseau.

La femme a maintenant le choix. Elle peut répondre en se « tournant vers » ou en « se détournant » de son mari, comme le dit Gottman.

Bien que l’enchère de l’oiseau puisse sembler mineure et stupide, elle peut en fait révéler beaucoup de choses sur la santé de la relation. Le mari a estimé que l’oiseau était suffisamment important pour l’évoquer dans la conversation et la question est de savoir si sa femme le reconnaît et le respecte.

  • Dans l’étude, les personnes qui se sont tournées vers leur partenaire ont réagi en engageant la conversation avec l’enchérisseur, en montrant leur intérêt et leur soutien pour l’offre.
  • Ceux qui ne le faisaient pas (ceux qui se détournaient) ne répondaient pas ou peu et continuaient à faire ce qu’ils faisaient, comme regarder la télévision ou lire le journal. Parfois, ils répondaient avec une hostilité manifeste, en disant quelque chose comme « Arrête de m’interrompre, je suis en train de lire » .

Ces interactions de surenchère ont eu des effets profonds sur le bien-être conjugal

Les couples qui avaient divorcé après un suivi de six ans présentaient des « offres de retournement » dans 33 % des cas. Seuls trois sur dix de leurs demandes de connexion émotionnelle ont été satisfaites par de l’intimité.

Les couples qui étaient toujours ensemble après six ans avaient des « demandes de retournement » dans 87 % des cas. Neuf fois sur dix, ils répondaient aux besoins émotionnels de leur partenaire.

En observant ces types d’interactions, Gottman peut prédire avec 94 % de certitude si les couples (hétérosexuels ou homosexuels, riches ou pauvres, sans enfants ou non) seront séparés, ensemble et malheureux, ou ensemble et heureux plusieurs années plus tard

Cela dépend en grande partie de l’esprit que les couples apportent à leur relation.

  • Apporteront-ils la gentillesse et la générosité
  • ou le mépris, la critique et l’hostilité ?

« Les maîtres ont une certaine habitude de l’esprit, expliquait Gottman dans une interview, qui est la suivante : Ils scrutent les environnements sociaux à la recherche de choses qu’ils peuvent apprécier et pour lesquelles ils peuvent dire « merci » . Ils construisent cette culture du respect et de l’appréciation de manière très délibérée.

Les désastreux scrutent l’environnement social à la recherche des erreurs des partenaires. Il ne s’agit pas seulement de scanner l’environnement. Il s’agit de scanner le partenaire pour savoir ce qu’il fait de bien ou le scanner pour savoir ce qu’il fait de mal et de le critiquer au lieu de le respecter et d’exprimer son appréciation. « 

Le mépris, a-t-il constaté, est le facteur n° 1 qui déchire les couples

  • Les personnes qui s’attachent à critiquer leur partenaire passent à côté de 50 % des choses positives qu’il fait, et elles voient de la négativité quand elle n’est pas là.
  • Les personnes qui font la sourde oreille à leur partenaire (en l’ignorant délibérément ou en réagissant de façon minimale) nuisent à la relation en donnant à leur partenaire le sentiment d’être inutile et invisible, comme s’il n’était pas là, qu’il n’était pas apprécié.
  • Et les personnes qui traitent leur partenaire avec mépris et le critiquent tuent non seulement l’amour dans la relation, mais aussi la capacité de leur partenaire à combattre les virus et les cancers. La méchanceté sonne le glas des relations.

La gentillesse, en revanche, colle les couples entre eux

Des recherches indépendantes ont montré que la gentillesse (ainsi que la stabilité émotionnelle) est l’indicateur le plus important de la satisfaction et de la stabilité d’un mariage.

La gentillesse permet à chaque partenaire de se sentir pris en charge, compris et validé, aimé.

« Ma générosité est aussi illimitée que la mer, dit la Juliette de Shakespeare. Mon amour est aussi profond ; plus je te donne, plus j’ai, car tous deux sont infinis. »

C’est ainsi que la bonté fonctionne :

De nombreuses preuves montrent que plus une personne reçoit ou témoigne de gentillesse, plus elle sera elle-même gentille, ce qui entraîne une spirale ascendante d’amour et de générosité dans une relation.

deux conjoints se separent

Il y a 2 façons d’envisager la gentillesse.

  • Vous pouvez la considérer comme une caractéristique fixe : Soit vous l’avez, soit vous ne l’avez pas.
  • Ou vous pouvez considérer la gentillesse comme un muscle.

Les couples-maîtres ont tendance à considérer la gentillesse comme un muscle. Ils savent qu’ils doivent l’exercer pour le maintenir en forme. Ils savent, en d’autres termes, qu’une bonne relation exige un travail soutenu.

« Si votre partenaire exprime un besoin, et que vous êtes fatigué(e), stressé(e) ou distrait(e), alors l’esprit généreux intervient lorsqu’un partenaire fait une offre, vous vous tournez encore vers votre partenaire. « 

À ce moment-là, la réaction facile peut être de se détourner de votre partenaire et de se concentrer sur votre iPad, votre livre ou la télévision, de marmonner « Uh-huh » et de poursuivre votre vie, mais négliger les petits moments de connexion émotionnelle va lentement user votre relation.

La négligence crée une distance entre les partenaires et engendre du ressentiment chez celui qui est ignoré.

Le moment le plus difficile pour pratiquer la gentillesse est, bien sûr, pendant une dispute, mais c’est aussi le moment le plus important pour être gentil.

Laisser le mépris et l’agressivité devenir incontrôlables pendant un conflit peut causer des dommages irréparables à une relation.

« La gentillesse ne signifie pas que nous n’exprimons pas notre colère, explique Gottman, mais la gentillesse informe la façon dont nous choisissons d’exprimer la colère.

Vous pouvez lancer des pics à votre partenaire. Ou vous pouvez expliquer pourquoi vous êtes blessé et en colère, et c’est la voie de la gentillesse. »

John Gottman a donné des précisions sur ces pics :

« Les couples désastreux diront des choses différentes lors d’une dispute.

  • Les désastreux diront : Tu es en retard. Qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? Tu es exactement comme ta mère.

  • Les maîtres diront : Je me sens mal de t’avoir harcelé à propos de ton retard, et je sais que ce n’est pas ta faute, mais c’est vraiment ennuyeux que tu sois encore en retard. »

Pour les centaines de milliers de couples qui se marient, et pour les millions de couples actuellement ensemble, mariés ou non, la leçon de la recherche est claire : Si vous voulez avoir une relation stable et saine, faites preuve de gentillesse tôt et souvent.

Quelques applications invisibles permettent de tout savoir sur un téléphone cible – Certains couples l’installent réciproquement sur leur téléphone pour pouvoir se localiser et se monitorer en temps réel :


Lorsque les gens pensent à faire preuve de gentillesse

Lorsque les gens pensent à faire preuve de gentillesse, ils pensent souvent à de petits actes de générosité :

  • comme s’acheter des petits cadeaux
  • ou se faire des massages de temps en temps

Bien qu’il s’agisse là d’excellents exemples de générosité, la gentillesse peut également être intégrée à l’épine dorsale d’une relation par la façon dont les partenaires interagissent au quotidien, qu’il s’agisse ou non de massages ou de chocolats.

Une façon de pratiquer la gentillesse est d’être généreux quant aux intentions de votre partenaire

D’après les recherches des Gottman, nous savons que les désastreux voient de la négativité dans leur relation même quand elle n’existe pas.

Une femme en colère peut supposer, par exemple, que lorsque son mari a laissé la lunette des toilettes levée, il a délibérément essayé de l’ennuyer. Or, il a peut-être simplement oublié, par inadvertance, de baisser le siège.

Ou encore, supposons qu’une femme arrive (encore) en retard à un dîner et que son mari pense qu’elle ne l’apprécie pas assez pour arriver à l’heure à leur rendez-vous, alors qu’il a pris la peine de faire une réservation et de quitter le travail plus tôt pour qu’ils puissent passer une soirée romantique ensemble. Mais il s’avère que la femme était en retard parce qu’elle s’est arrêtée dans un magasin pour lui acheter un cadeau pour leur soirée spéciale.

Imaginez qu’elle le rejoigne pour le dîner, toute excitée de lui remettre son cadeau, et qu’elle se rende compte qu’il est de mauvaise humeur parce qu’il a mal interprété ce qui motivait son comportement.

La capacité à interpréter les actions et les intentions de votre partenaire de manière charitable peut adoucir le tranchant d’un conflit.

une femme transparente et honnête tient son amoureux dans les bras

Même dans les relations où les gens sont frustrés, il y a presque toujours des choses positives qui se passent

Très souvent, un partenaire essaie de faire la bonne chose, même si c’est mal exécuté. Il faut donc apprécier l’intention.

Une autre stratégie de gentillesse puissante tourne autour de la joie partagée. L’un des signes révélateurs des couples désastreux étudiés par Gottman était leur incapacité à se connecter sur les bonnes nouvelles de l’autre.

Lorsque l’un des partenaires partageait avec enthousiasme la bonne nouvelle d’une promotion au travail, par exemple, l’autre répondait avec un désintérêt glacial en vérifiant sa montre ou en mettant fin à la conversation par un commentaire du type « C’est bien. »

Nous avons tous entendu dire que les partenaires devraient être là l’un pour l’autre lorsque les choses se compliquent

Mais les recherches montrent qu’être là l’un pour l’autre quand tout va bien est en fait plus important pour la qualité de la relation.

La façon dont une personne réagit aux bonnes nouvelles de son partenaire peut avoir des conséquences dramatiques sur la relation.

Dans une étude datant de 2006 (ici en version anglaise), la chercheuse en psychologie Shelly Gable et ses collègues ont fait venir des couples de jeunes adultes dans le laboratoire pour discuter d’événements positifs récents de leur vie. Les psychologues voulaient savoir comment les partenaires réagiraient aux bonnes nouvelles de l’autre.

Elles ont constaté qu’en général, les couples réagissaient aux bonnes nouvelles de l’autre de quatre manières différentes, qu’elles ont appelées :

  • passive destructive
  • active destructive
  • passive constructive
  • et active constructive

Imaginons que l’un des partenaires ait récemment reçu l’excellente nouvelle de son admission à l’école de médecine. Elle dira quelque chose comme « J’ai été acceptée dans l’école de médecine de mon choix » .

  1. Si son partenaire réagit de manière passive et destructive, il ignore l’événement. Par exemple, il pourrait dire quelque chose comme « Tu ne croirais pas la grande nouvelle que j’ai reçue hier ! J’ai gagné un T-shirt gratuit ! »
  2. Si son partenaire répondait de manière passive-constructive, il reconnaîtrait la bonne nouvelle, mais de manière peu enthousiaste et discrète. Une réponse passive-constructive typique consiste à dire « C’est génial, bébé » en envoyant un texto à son copain sur son téléphone.
  3. Dans le troisième type de réponse, la réponse destructive active, le partenaire diminue la bonne nouvelle que son partenaire vient d’apprendre : « Tu es sûr que tu peux supporter toutes ces études ? Et qu’en est-il du coût ? L’école de médecine est si chère ! »
  4. Enfin, il y a la réponse constructive active. Si son partenaire répond de cette manière, il arrête ce qu’il est en train de faire et s’engage de tout cœur avec elle : « C’est génial ! Félicitations ! Quand l’as-tu appris ? T’ont-ils appelé ? Quels cours vas-tu suivre au premier semestre ? »

Parmi les quatre styles de réponse, la réponse active-constructive est la plus gentille

Alors que les autres styles de réponse sont des tueurs de joie, la réponse active-constructive permet au partenaire de savourer sa joie et donne au couple l’occasion de se rapprocher de la bonne nouvelle.

Dans le langage de Gottman, la réponse active-constructive est une façon de « se tourner vers » la demande de votre partenaire (en partageant la bonne nouvelle) plutôt que de « s’en détourner » .

La réponse active-constructive est essentielle pour des relations saines

Dans l’étude de 2006, Gable et ses collègues ont suivi les couples deux mois plus tard pour voir s’ils étaient toujours ensemble. Les psychologues ont constaté que la seule différence entre les couples qui étaient ensemble et ceux qui avaient rompu était la réponse active-constructive.

Ceux qui manifestaient un intérêt réel pour les joies de leur partenaire avaient plus de chances d’être ensemble. Dans une étude antérieure, Gable a constaté que la réponse active-constructive était également associée à une meilleure qualité de relation et à une plus grande intimité entre les partenaires.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les relations échouent, mais si l’on examine ce qui conduit à la détérioration de nombreuses relations, il s’agit souvent d’un manque de gentillesse

Au fur et à mesure que le stress normal de la vie à deux s’accumule (enfants, carrière, amis, beaux-parents et autres distractions qui empêchent de trouver du temps pour la romance et l’intimité) les couples risquent de faire moins d’efforts dans leur relation et de laisser les petits griefs qu’ils ont l’un contre l’autre les déchirer.

  • Dans la plupart des mariages, le niveau de satisfaction chute de façon spectaculaire au cours des premières années de vie commune.
  • Mais chez les couples qui non seulement résistent mais vivent heureux ensemble pendant des années et des années, l’esprit de bonté et de générosité les guide vers l’avant.

MSpy espionne les réseaux sociaux et les conversations sur un téléphone

Le logiciel espion

mSpy bannière promotionnelle

0 réflexion au sujet de « Le secret des relations durables se résume à la gentillesse »

Laisser un commentaire