vie sexuelle

thumb|Psyché ranimée par le baiser de l’Amour par Antonio Canova, musée du Louvre. Le terme sexualité englobe les phénomènes de la reproduction biologique des organismes, les comportements sexuels permettant cette reproduction, et enfin les nombreux phénomènes culturels liés à ces comportements sexuels. La division sexuée des organismes en sexes complémentaires permet un brassage des gènes (par méiose et fécondation) qui favorise la diversité génétique et l’adaptation des organismes à leur environnement. Chez la plupart des animaux, le comportement sexuel correspond à un comportement de reproduction : grâce à la coordination des hormones, des phéromones et des réflexes sexuels, la fécondation est le but fonctionnel de ce comportement. Mais chez les mammifères ayant un cerveau très développé (Homo sapiens, Chimpanzés, Bonobos, Orang-outan, Dauphin), l’importance et l’influence des hormones et des phéromones sur le comportement sexuel a diminué. En particulier, la sexualité est dissociée des cycles hormonaux, 90 % des gènes des récepteurs aux phéromones sont altérés et le réflexe crucial de la lordose n’est plus fonctionnel. Au contraire, l’importance des récompenses / renforcements et de la cognition est devenue majeure. Ces modifications cérébrales ont modifié la dynamique fonctionnelle du comportement : le comportement de reproduction est devenu un comportement érotique, dont le but fonctionnel est la stimulation des zones érogènes La sexualité humaine varie en fonction des époques et des cultures. Des différences sont observées dans la diversité des pratiques érotiques, mais surtout dans la très grande diversité des mœurs, des croyances, des valeurs, et des représentations sexuelles. Ces observations ethnologiques montrent l’importance majeure de la culture dans le développement sexuel et dans l’expression de la sexualité humaine. Les études du sentiment amoureux en neurosciences suggèrent une relation avec la dépendance, état qui serait provoqué par les endorphines libérées durant les relations amoureuses. L’état amoureux peut provoquer des émotions intenses, d’euphorie ou de détresse. Les passions associées à l’amour peuvent être sources de problèmes individuels ou sociaux, mais également de productions artistiques remarquables.

Laisser un commentaire