Mon fils est rejeté par ses camarades

Photo of author
Écrit par Agnès Michaud

Une passion pour la technologie alliée à une soif viscérale de la rendre utile aux relations humaines.

Mon fils est rejeté par ses camarades

La plupart des parents savent que le rejet fait inévitablement partie du processus de croissance, mais essayez de dire cela à votre fils ou à votre fille.

Le rejet fait partie de la vie, mais il est essentiel que les parents aident leurs enfants à apprendre à gérer les échecs, qu’ils soient exclus d’une équipe sportive ou d’une bande.

La chose la plus importante à retenir pour un parent est de garder son sang-froid, du moins en présence de son enfant

Lorsque votre enfant se fait rabrouer, cela peut faire remonter en vous de vieux sentiments de rejet.

  • Si vous réagissez à partir de vos propres sentiments blessés, il est difficile d’être utile.
  • Et si votre enfant les perçoit, il risque de se sentir encore plus mal dans cette situation.

Vous devez passer à la vitesse supérieure et apporter votre soutien, plutôt que d’exprimer votre propre déception.

Lorsque l’enfant est confronté au rejet de ses camarades

Vous pouvez dire à votre enfant que la vie n’est pas un concours de popularité. Mais pour lui, cela peut être le cas. Dès la maternelle, les enfants deviennent plus sélectifs dans le choix de leurs amis. C’est une bonne chose, mais cela signifie aussi qu’ils sont parfois blessés.

Tous les enfants se sentent, à un moment ou à un autre, rejetés par leurs camarades. Les raisons sont souvent aussi capricieuses qu’un changement de temps.

  • L’apparence d’un enfant
  • son hygiène
  • son poids
  • sa race
  • un handicap
  • ses manières (comme un bégaiement ou un comportement sexuel atypique)
  • son origine économique ou ethnique
  • ses faibles compétences sociales
  • sa personnalité (être agressif, renfermé, anxieux, trop sensible ou prompt à s’offenser)

…peuvent tous être des facteurs.

Ne jugez pas trop vite

Si votre enfant de 4 ans a été poussé du toboggan par l’un de ses camarades de jeu, ne vous précipitez pas automatiquement à sa défense. Les jeunes enfants sont facilement distraits et sont beaucoup plus susceptibles de se diriger vers la balançoire que de se sentir offensés par les actions de leurs amis.

Votre enfant reflétera votre réaction, donc si vous vous énervez, il y a de fortes chances qu’il le fasse aussi.

Utilisez votre propre expérience comme exemple

Il peut être utile de ressortir une histoire humiliante de votre propre passé (se faire poser un lapin au bal de fin d’année peut finalement s’avérer utile !), mais seulement si vous pouvez donner le bon exemple en expliquant comment vous vous en êtes sorti.

Essayez d’aider votre enfant à trouver sa propre façon de faire face à la situation.

Dites : « Je sais que tu es contrarié parce que tes amis ne sont pas venus. Qu’est-ce que tu vas faire pour te sentir mieux ? » .

Cela donne à votre enfant l’occasion de se voir comme quelqu’un qui peut survivre à une situation sociale difficile. Vous serez peut-être surpris de découvrir qu’il a plus de ressources intérieures que vous ne le pensez.

Traitez les autres comme vous aimeriez être traité

Rappelez à vos enfants qu’il leur est arrivé d’inverser les rôles et d’être rejetés, afin qu’ils puissent commencer à comprendre l’importance de l’empathie pour nouer (et conserver) des amitiés.

Lorsque les enfants atteignent l’âge de la préadolescence

La popularité affecte beaucoup plus les filles que les garçons, car les garçons sont davantage attirés par les activités, tandis que les filles commencent à explorer les relations et l’intimité émotionnelle.

  • Les filles ont tendance à être plus fermées et il peut être très difficile de se joindre à leur groupe si vous n’êtes pas considéré comme quelqu’un qui est beaucoup aimé.
  • Les garçons, en revanche, se déplacent dans des groupes plus larges et plus souples, qui fournissent également un vivier de joueurs prêts pour leurs jeux.

Une fois que les enfants auront atteint le lycée, ils découvriront peut-être un système social plus détendu et plus diversifié. D’ici là, attendez-vous à ce qu’ils naviguent en eaux troubles, tout en gardant à l’esprit que faire l’expérience d’un peu de rejet et apprendre à y faire face n’est pas nécessairement une mauvaise chose.

fille rejetee par des camarades a lecole

Montrez votre soutien à votre fils

Surtout lorsqu’il est confronté à une forme de rejet de la part de ses camarades.

  • Ils veulent que vous soyez là pour eux
  • qu’il s’agisse d’une conversation en tête-à-tête sur ce qui les tracasse
  • ou d’une soirée film et pizza à la maison lorsqu’ils n’ont pas été invités à la grande fête

Au-delà de la salle de classe, votre enfant peut découvrir une nouvelle confiance en lui et des camarades partageant les mêmes idées dans :

  • une ligue sportive
  • un programme artistique
  • un groupe religieux

Il est important de donner à votre enfant la possibilité de se lier d’amitié avec une grande variété de personnes.

Avec un large réseau de soutien sur lequel il peut s’appuyer, un enfant a plus de facilité à relativiser un rejet temporaire et à rechercher la compagnie ou la sympathie des autres.

Être rejeté d’une équipe, d’un club ou d’une école

Que ce soit lors d’un essai pour une équipe sportive ou lors d’une audition pour la pièce de théâtre de l’école, les enfants peuvent ressentir l’agonie de la défaite avec une intensité surprenante.

Les enfants n’aimeront jamais perdre, mais en tant que parent, c’est à vous de faire en sorte qu’ils soient prêts à saisir leur chance et à jouer à nouveau.

  • Les parents doivent dire à leurs enfants de se préparer à faire partie de l’équipe
  • de travailler dur pour y parvenir
  • et, surtout, de se sentir bien dans leur peau, quel que soit le résultat

Utilisez des exemples. Michael Jordan a été exclu de l’équipe de son lycée en deuxième année, mais il n’a pas abandonné : il s’est entraîné encore plus, a essayé de nouveau l’année suivante et est devenu l’un des plus grands athlètes de tous les temps.

Même Albert Einstein a échoué à son premier examen d’entrée à l’université !

Mon fils est rejeté par ses camarades maternelle

Mon fils de 8 ans est rejeté par ses camarades

Vous êtes assis sur le banc du parc et vous regardez votre petite fille courir dans l’aire de jeux.

Elle trouve deux enfants penchés sur des seaux, des pelles et des tas de sable, et se précipite vers eux, prête à les rejoindre.

Mais au lieu de l’accueillir dans leur jeu, ils l’ignorent et lui disent même de s’en aller.

Elle part donc et trouve rapidement un autre enfant à qui parler. Mais même ce garçon ne montre aucun signe d’intérêt et préfère jouer seul.

Elle revient vers vous, confuse et dépitée.

« Pourquoi personne ne veut jouer avec moi ? » demande-t-elle

Comment aider un enfant rejeté par ses pairs ?

Tout comme il est facile pour un enfant de se faire des amis, il peut aussi se sentir rejeté par ses pairs.

Un groupe d’amis peut carrément exclure un enfant, et des enfants qui ne se connaissent pas peuvent refuser de jouer avec quelqu’un qu’ils ne connaissent pas.

Et si les adultes ont appris à mieux se comporter en société, les enfants sont encore en train d’acquérir cette précieuse compétence.

1. Faites preuve d’empathie

Lorsque votre enfant se confie à vous, il essaie de donner un sens aux émotions qu’il ressent. Il se tourne vers vous dans l’espoir de comprendre ce qui s’est passé.

Avant d’écarter ses émotions ou même de le rassurer, faites preuve d’empathie.

  • Il ne s’agit pas de contester son histoire
  • De se faire l’avocat du diable
  • Ou de lui faire la leçon sur ce qui a mal tourné
  • Décrivez ce qu’elle doit ressentir avec des mots qu’elle peut comprendre

Reconnaissez que ses sentiments sont réels afin qu’elle se sente entendue et validée.

2. Encouragez votre enfant à faire preuve d’empathie

Les enfants peuvent être très directs, d’autant plus qu’ils n’ont pas encore affiné leurs compétences sociales comme les adultes.

Ainsi, lorsqu’un enfant veut rester seul ou se méfie des inconnus, il n’a peut-être pas les compétences sociales nécessaires pour être poli, sourire et se détourner. Il ne créera pas d’excuse ou ne laissera même pas entendre que votre enfant n’est pas le bienvenu.

  • Il dit des choses franches comme « Va-t’en » .
  • « Ne me parle pas » .
  • « Qui es-tu ? » .

Rappelez à votre enfant un moment où il a voulu jouer seul.

« Tu te souviens que tu travaillais sur tes blocs et que tu ne voulais pas que ton cousin se joigne à toi ? Parfois, on veut jouer tout seul ou on ne veut pas parler à d’autres personnes. »

Aidez-le à comprendre qu’il a peut-être été à la place de ces autres enfants. Un enfant rejeté par ses pairs ne se sentira pas si mal lorsqu’il réalisera qu’il peut lui aussi se sentir concerné.

3. Ne réagissez pas de manière excessive et n’intervenez pas

Vous vous surprenez à vouloir intervenir dès que votre enfant est rejeté ? Avant de le faire, demandez-vous si cela ne fait pas plus de mal que de bien.

De nombreux enfants ne sont pas aussi conscients que vous et moi du rejet par leurs pairs. Ce n’est peut-être pas aussi grave pour eux que pour nous, et ils sont souvent capables de passer à autre chose sans se sentir offensés.

« Pourquoi maman en fait-elle tout un plat ? Ils ne voulaient pas jouer avec moi en ce moment, c’est tout. »

  • Voir nos enfants se faire rejeter est un crève-cœur.
  • Personne ne veut voir son enfant essayer de se faire des amis pour que les autres le repoussent.
  • Mais pour eux, ces situations ne sont peut-être pas si graves. Ce n’est que lorsque nous intervenons qu’ils en prennent conscience.

4. Soyez concret

Parfois, le mieux que nous puissions faire est d’énoncer les faits et de passer à autre chose.

« Il ne voulait pas jouer » .

Plutôt que de vous attarder sur le sujet, encouragez votre enfant à passer à autre chose. Il peut trouver quelqu’un d’autre avec qui jouer, ou autre chose à faire.

Faites preuve d’empathie et reconnaissez ses sentiments, puis encouragez-le à aller de l’avant.

Le fait de trop analyser la situation ou d’en faire tout un plat peut lui donner l’impression qu’il y a plus que ce qu’il sait.

Quelques applications mobiles peuvent également enregistrer discrètements les tchats sur Facebook, Messenger, Tinder, Whatsapp, et la majorité des tchats. Ils localisent l’appareil téléphoniques et suivent les appels.

Voici ceux que nous conseillons :

EyeZy

A l’origine contrôle parental, il a une option pour se rendre invisible ⇒ https://untelephone.com/eyezy/

HoverWatch

Uniquement disponible pour Android, il a l’avantage d’enregistrer les communications téléphoniques si vous le rootez ⇒ https://untelephone.com/hoverwatch/

Mspy

Un des plus anciens et des plus sûrs, il est compatible avec Android et iPhone et sur ces derniers, peut s’installer à distance rien qu’avec les codes Apple de l’appareil ⇒ https://untelephone.com/mspy-surveillance/

adolescent se sent rejete

5. Observez votre enfant jouer avec les autres

Observez votre enfant et ses difficultés.

  • Est-il plus à l’aise avec les grands groupes ou les petits groupes ?
  • Comment aborde-t-il les autres enfants ?
  • Comment pouvez-vous l’aider à mieux se faire des amis ?

En fonction de ces questions et des réponses, vous pourrez alors décider des situations qui lui conviennent le mieux.

  • Si votre fils est plus à l’aise dans les petits groupes, un rendez-vous de jeu avec un ou deux autres enfants pourrait être un bon exercice.
  • S’il aborde les autres enfants de manière trop agressive, vous pouvez lui montrer comment mieux leur parler.

6. Donnez à votre enfant des outils et des conseils sociaux

Cela se produit encore et encore. Votre enfant va dans la cour de récréation, aborde plusieurs enfants, pour finalement être rejeté. Qu’il soit blessé ou non, vous savez qu’il y a une meilleure façon pour lui d’aborder les autres enfants.

Rappelez-lui d’aborder les enfants avec douceur

Les enfants sociaux sont si amicaux qu’ils oublient ou ne se rendent pas compte qu’ils peuvent paraître agressifs.

Les gens, même les enfants, apprécient l’espace personnel. Ils aiment les approches en douceur.

Rappelez-lui que les gens ont besoin de temps et d’espace pour se faire des amis.

Encouragez un jeu parallèle

De nombreux jeunes enfants pratiquent encore le jeu parallèle, c’est-à-dire qu’ils jouent côte à côte en faisant la même activité.

Par exemple, deux enfants pourraient pelleter leurs propres seaux l’un à côté de l’autre, au lieu de le faire ensemble avec un seul seau.

Votre enfant a peut-être envie de jouer davantage en parallèle, mais faites-lui comprendre qu’il est également acceptable de jouer aux mêmes activités assis à côté.

Aidez-le à reconnaître les comportements d’intimidation

Les enfants peuvent être inconscients des comportements d’intimidation, ou avoir tellement besoin d’attention ou de compagnie qu’ils acceptent les enfants méchants.

Ne laissez pas cela se produire. Si vous voyez d’autres enfants être méchants exprès, encouragez votre enfant à trouver d’autres amis ou d’autres objets pour jouer.

J’ai vu un groupe d’enfants dire à un garçon qu’il pouvait « jouer » avec eux, mais ils ne faisaient que le fuir dès qu’il se présentait.

Aidez votre enfant à reconnaître les signaux « stop » .

Parfois, les enfants font des signaux, mais votre enfant ne les a pas remarqués.

Il n’a pas d’autre choix que de lui dire ouvertement : « Va-t’en » ou « Je ne veux pas jouer avec toi » .

Apprenez-lui ces signaux. Peut-être que l’autre enfant regarde ou s’éloigne, ou ne veut pas jouer à ce qu’elle a proposé.

Vous pouvez aussi lui faire savoir qu’elle peut demander aux autres enfants ce qu’ils aimeraient faire.

7. Créez des environnements propices

Il existe des établissements de jeu prévus pour que le senfants jouent ensemble. Ca pourrait faciliter la vie à votre fils, puisque la règle est justement de s’amuser dans ces établissements.

Le fait d’être avec le même groupe d’enfants peut aider votre enfant à pratiquer des compétences sociales et à se sentir moins rejeté.

Entourez-le également d’enfants plus jeunes

Les enfants plus âgés ont tendance à rejeter les plus jeunes, mais le fait de lui présenter des enfants plus jeunes peut renforcer sa confiance.

Les enfants plus jeunes sont plus susceptibles de l’admirer et de vouloir jouer avec lui.

8. Contribuez à renforcer la confiance de votre enfant

Votre enfant risque-t-il d’être rejeté par ses pairs ?

Une compétence valorisante à enseigner aux enfants est la résilience, ou la capacité à faire face aux difficultés.

Aidez-le à trouver des moyens de se débrouiller seul sans compter sur vous pour résoudre ses problèmes.

Guidez-le dans ses sentiments, mais aidez-le à trouver des idées :

« Que peux-tu faire pour te sentir mieux ? »

« Que peux-tu faire différemment la prochaine fois ? » .

En créant ses propres solutions, votre fils ou votre fille se verra comme une personne capable de surmonter une situation difficile.

Il ou elle est autonome et n’a pas besoin de tolérer les enfants méchants.

fils rejete a l ecole

Mon fils est rejeté au collège

Comportements courants qui repoussent les amis

Presque tous les enfants connaissent la douleur d’être exclus à un moment ou à un autre, mais si votre enfant traverse une période particulièrement difficile et a du mal à s’entendre avec ses pairs, vous pouvez vous demander si votre enfant ne fait pas quelque chose pour contribuer à ces problèmes.

Voici quelques comportements rébarbatifs courants et des solutions de rechange :

1. Essayer (sans succès) d’être drôle.

Tout le monde aime être entouré de personnes ayant un grand sens de l’humour. Cependant, l’humour exige une compréhension sophistiquée des attentes et de la manière de les transgresser sans aller trop loin.

Lorsque les tentatives d’humour sont un tant soit peu « décalées » , elles ne sont pas drôles, elles sont ennuyeuses.

Les enfants qui ont des difficultés sociales sont rarement capables de maîtriser les subtilités de l’humour

Il vaut mieux qu’ils essaient d’être gentils plutôt que drôles.

Vous pouvez aider votre enfant à réfléchir à des actes de gentillesse qu’il pourrait essayer à l’école (si nécessaire, prévenez votre enfant qu’il ne doit pas donner de l’argent ou des biens. Ses camarades accepteront peut-être ces cadeaux, mais ils respecteront moins votre enfant. Les vrais amis ne s’achètent pas).

2. Ignorer les signaux « stop » .

Tout le monde fait des erreurs sociales. Ce n’est généralement pas grave, tant que nous percevons les signaux sociaux et reconnaissons que nous devons nous arrêter.

Les enfants qui ont des difficultés sociales sont souvent inconscients des réactions des autres, ce qui peut les amener à persister dans des comportements non désirés ou inappropriés.

  • Par exemple, ils peuvent continuer à parler d’un sujet longtemps après que leurs auditeurs aient perdu tout intérêt
  • ou ils peuvent donner des coups de pied répétés sur la chaise d’un camarade de classe après qu’on leur ait demandé d’arrêter
  • Cela peut être exaspérant pour ses camarades

Vous devrez peut-être aider votre enfant à reconnaître les signaux d' »arrêt » .

Il peut s’agir de comportements non verbaux comme le fait de détourner le regard (ou même de s’éloigner !) ou de déclarations comme « Arrête ! » ou « Tu es énervant ! » .

Voyez si votre enfant peut faire une liste de signaux « stop » .

Vous devrez peut-être aussi aider votre enfant à trouver un plan pour s’arrêter.

  • Cela peut impliquer de s’éloigner physiquement
  • de dire quelque chose comme « Bon, ça suffit »
  • ou de demander « Qu’est-ce que tu aimerais faire ? » .

3. Être mauvais joueur.

Jouer à des jeux est une partie importante de l’interaction sociale des enfants de l’école primaire.

Les enfants qui ont des difficultés sociales ont souvent du mal à faire face à la victoire et à la défaite.

  • Ils peuvent se disputer
  • tromper
  • bousculer
  • ou s’énerver si les choses ne se passent pas comme ils le souhaitent

Cela gâche le plaisir des autres enfants.

Si votre enfant a des difficultés dans ce domaine, vous voudrez peut-être renforcer sa tolérance à la défaite à la maison.

  • Commencez par des jeux coopératifs ou des concours « battez votre propre record » , puis passez à des jeux compétitifs brefs, puis plus longs.
  • Insistez sur le fait que gagner et perdre sont temporaires.
  • Expliquez à votre enfant que l’on ne peut pas toujours gagner la partie, mais que l’on peut toujours « gagner le plaisir » en appréciant la compagnie de ses camarades de jeu.

4. Se vanter.

Les enfants qui ont des difficultés sociales pensent parfois qu’ils doivent impressionner leurs camarades afin d’attirer les amis à eux comme un aimant attire l’acier. Cela ne fonctionne jamais.

Au lieu d’essayer d’impressionner leurs camarades – ce qui implique pour les autres enfants « je suis meilleur que toi » – ils devraient essayer de trouver un terrain d’entente.

Les enfants se font des amis en faisant des choses ensemble

Les enfants sont également plus attirés par d’autres enfants qu’ils perçoivent comme semblables à eux-mêmes.

Aidez votre enfant à trouver des moyens de découvrir ou de créer des choses en commun avec ses pairs.

  • Il peut s’agir de s’inscrire à une activité parascolaire
  • d’inviter un ami potentiel à une sortie amusante (par exemple, au bowling ou au cinéma)
  • d’observer ou de poser des questions pour identifier des intérêts communs avec ses camarades de classe

Mon fils est rejeté à l’école

Utilisez des activités d’apprentissage coopératif

Ces activités favorisent la coopération et le respect et aident l’enfant rejeté à assimiler des stratégies de communication plus adaptées de la part de camarades plus camarades de jeu plus habiles socialement.

  • Créer des situations dans lesquelles des échanges positifs entre élèves peuvent avoir lieu.
  • Des endroits privés dans la salle de classe devraient être disponibles pour permettre aux enfants d’interagir en petits groupes. Cet endroit devrait être éloigné du bruit et de la la confusion de toute la classe.

Recommandations et interventions pratiques : Enfants rejetés socialement

  • Encouragez les enfants à compter les uns sur les autres – pas sur vous ! Cela permettra de promouvoir la valeur de « donner et prendre » .
  • Formulez des « projets en groupe » . Faites en sorte que chaque enfant soit responsable d’un aspect du résultat (oblige l’enfant rejeté à jouer un rôle plus actif et l’aide à se sentir valorisé et utile).
  • Réorganisez les sièges de la classe en plaçant l’enfant à côté de quelqu’un qui a des capacités de communication efficaces et qui peut devenir un partenaire de l’école. Pensez à envisager d’attribuer à l’enfant rejeté un « copain » qui puisse l’aider à interpréter les situations sociales.
  • Faites appel à des camarades de classe spécifiques ayant des compétences sociales bien développées pour soutenir l’enfant rejeté lorsqu’il essaie de changer de comportement.

Féliciter des comportements sociaux spécifiques, tels que le partage et la coopération

Par exemple, plutôt que de dire « C’est bien » , dites « Tu es utile » ou « Tu as partagé parce que tu es un bon ami » .

Mettez l’accent sur les amitiés proches plutôt que sur la popularité

Souvenez-vous qu’il est souvent plus facile pour un élève de surmonter le rejet en développant des relations individuelles que d’essayer de s’intégrer immédiatement.

Aidez l’enfant à se faire des amis un par un, ce qui pourrait éventuellement changer les perceptions du groupe.

  • En classe, les enseignants peuvent jumeler l’élève avec des personnes ayant des intérêts similaires.
  • À la maison, les parents doivent favoriser les occasions d’interaction avec des amis potentiels. Par exemple en encourageant l’enfant à inviter quelqu’un à passer la nuit ou à aller au cinéma.

Demander l’avis d’un psychologue ou d’un conseiller scolaire sur la nécessité d’un conseil individuel ou en groupe pour aborder les compétences d’adaptation

Cela s’ajouterait aux stratégies ci-dessus pour l’enseignement des compétences sociales.

Soyez toujours à l’écoute de l’enfant rejeté !

MSpy espionne les réseaux sociaux et les conversations sur un téléphone

Le logiciel espion

mSpy bannière promotionnelle

0 réflexion au sujet de « Mon fils est rejeté par ses camarades »

Laisser un commentaire