Ce que les parents doivent savoir sur l’autoritarisme parental

Photo of author
Écrit par Agnès Michaud

Une passion pour la technologie alliée à une soif viscérale de la rendre utile aux relations humaines.

Cela semble régressif. C’est peut-être le style parental le plus efficace.

Les styles parentaux sont moins une question d’identification qu’une question d’interaction réelle des parents avec leurs enfants et d’influence sur leur développement et leurs résultats.

Bien que certains parents s’associent à des termes véhiculés par les médias, il n’existe en réalité que quatre styles parentaux étayés par la psychologie :

  • La parentalité autoritaire
  • la parentalité strict
  • la parentalité permissive
  • la parentalité négligente

Et parmi ces quatre styles, seul le style parental autoritaire semble donner de bons résultats pour les enfants.

Alors, de quoi s’agit-il ?

Qu’est-ce que l’autoritarisme parental ?

L’autoritarisme parental, l’un des styles parentaux les plus couramment utilisés en psychologie aujourd’hui, est basé sur les travaux réalisés dans les années 1960 par la psychologue Diana Baumrind de l’Université de Californie à Berkley.

Son modèle classe les parents en trois styles différents :

  • autoritaire
  • permissif
  • strict

Au début des années 1980, les psychologues sociaux Maccoby et Martin ont élargi le modèle de Baumrind en considérant les styles sous l’angle de l’exigence et de la réactivité.

  • Dans ce modèle élargi, un parent négligent se montre à la fois peu réceptif aux besoins de l’enfant et très peu exigeant. Il peut ne pas faire respecter les règles ou ne pas accorder beaucoup d’attention aux besoins de l’enfant.
  • Les parents permissifs répondent aux besoins de leur enfant (ils sont très réactifs), mais exigent très peu.
  • Les parents stricts exigent beaucoup de leurs enfants, mais ne tiennent pas compte de leurs besoins et associent souvent leurs attentes à la menace d’une punition.
  • Les parents autoritaires, en revanche, semblent se situer dans une zone « Boucle d’or ». Ils attendent beaucoup de leurs enfants, mais tiennent également compte des besoins spécifiques de chacun d’entre eux.

Soit dit en passant, bien que ses travaux soient fondés sur des recherches universitaires, il convient de noter que les idées de Baumrind proviennent presque exclusivement d’observations de parents blancs liés à Berkley.

Cela dit, les chercheurs ont depuis étendu ses études à des communautés plus diverses (comme l’a fait Baumrind plus tard dans sa carrière) et ont constaté que ses styles psychologiques restent assez cohérents en termes de résultats.

enfants degoute par l absence de ses parents scotchés à leur téléphone

Pourquoi l’éducation parentale autoritaire fonctionne

Selon l’American Psycological Association, les parents autoritaires sont :

  • nourriciers
  • attentifs
  • et compréhensifs
  • tout en fixant des limites fermes à leurs enfants

Même s’ils n’acceptent pas toujours le point de vue de leur enfant, ils écoutent et se concentrent sur l’explication des règles, la discussion et le raisonnement pour influencer le comportement de leur enfant.

« Des discussions fréquentes et positives, des limites saines et des règles cohérentes permettent d’éviter la confusion et la discorde » .

L’utilisation d’une approche plus autoritaire aide les enfants à se sentir appréciés, autonomes et responsabilisés sur le plan longitudinal. Ils ont tendance à devenir des adultes plus ancrés, indépendants, motivés et compatissants.

Ces avantages à long terme reposent sur les leçons quotidiennes que les enfants apprennent sur l’importance du travail acharné, tout en bénéficiant d’éléments d’indépendance et de jeu.

Cela aide à dissiper la pensée du tout ou rien, car les enfants reconnaissent que leurs parents peuvent avoir des attentes et être mécontents par intermittence, mais qu’ils les aiment quand même inconditionnellement.

Comment adopter un style parental autoritaire ?

L’idée d’élever des enfants indépendants et compatissants est séduisante. Elle peut être juste assez séduisante pour que les parents remettent en question leur propre style parental.

Ce genre d’introspection peut révéler une tendance trop marquée à l’autoritarisme ou, à l’inverse, au laisser-aller de la parentalité permissive, un troisième style catalogué par Baumrind, défini par une attitude de laisser-faire parental qui a des résultats tout aussi médiocres pour les enfants.

Caractéristiques des parents autoritaires

  • Des valeurs bien établies qui sont clairement communiquées à leurs enfants.
  • Des limites fermes mais liées aux valeurs de la famille.
  • Une volonté de collaborer avec leurs enfants
  • La capacité de poser des questions à l’enfant et d’entendre ses préoccupations.
  • Un amour et une attention inconditionnels
  • La confiance en leurs propres capacités et aptitudes en tant que parents.

Cet autoritarisme encourage les parents à s’auto-évaluer, mais aussi à se fixer des objectifs et des attentes raisonnables.

Cela peut être difficile, mais une telle introspection pourrait être utile pour reconnaître et réitérer le fait que la perfection n’est pas une nécessité pour élever des enfants équilibrés et compatissants.

Des parents surveillent leur enfant (fille ado)

Lorsque vous réfléchissez à la manière dont vous souhaitez faire évoluer votre style parental, n’oubliez pas que les discussions et les conversations qui définissent le parentage autoritaire reposent sur le fait que vous modélisez une culture familiale plus que sur la création de nouvelles règles.

Vous voulez un enfant qui soit ancré, présent et compatissant ? Il faut lui montrer comment faire, et pas uniquement donner des ordres.

  • Par exemple, si un parent précipite le dîner, l’enfant risque davantage d’engloutir plutôt que de mâcher.
  • Les parents qui parcourent leurs e-mails tout en passant du temps en famille ont souvent du mal à demander à leurs enfants de diminuer leur temps d’écran.
  • Le but est de donner l’exemple d’un comportement qu’ils aimeraient voir chez leurs enfants.

Au fond, la communication est le fondement de votre style parental. Il se peut donc que l’aide d’un thérapeute vous soit bénéfique lorsque vous vous éloignez du paradigme « fais ce que je dis ou sinon » ou du « on s’en fout » de l’éducation permissive.

Les parents peuvent libérer leurs émotions dans un journal intime qu’ils peuvent ensuite traiter avec un thérapeute. De nombreuses personnes constatent un bénéfice important après avoir rencontré un thérapeute, même après quelques séances.

De même, les psychologues et psychiatres pédiatriques peuvent aider les parents à changer de style parental, tout en renforçant leur estime de soi et leur compassion envers eux-mêmes.

 Certains parents installent dans le téléphone familial l’application Mspy capable de :

  • espionner discrètement le téléphone
  • enregistrer les réseaux sociaux comme Tinder, Facebook et autres Viber
  • localiser et copier les SMS

Ici la démonstration gratuite de l’application.

Comment aider les enfants à passer à un style parental autoritaire ?

Le temps et les efforts consacrés à l’épanouissement émotionnel et à l’amélioration des compétences parentales en valent la peine. Mais les progrès ne sont pas toujours linéaires, et vos enfants peuvent avoir besoin d’un certain temps pour s’adapter.

Le changement, même le bon changement, peut être difficile. Lorsque les enfants commencent à vivre des expériences différentes de ce qui est habituel, ils peuvent ressentir de l’anxiété qui se manifeste par des comportements que les parents peuvent trouver difficiles.

  • La transition vers un autre style d’éducation peut entraîner un sentiment d’attachement transitoire
  • une régression du comportement
  • ou des explosions émotionnelles, selon le tempérament de l’enfant et la dynamique familiale

Les parents qui étaient auparavant permissifs peuvent constater que leurs enfants ne les prennent pas au sérieux, et il peut falloir du temps à leurs enfants pour conceptualiser et respecter les règles et les routines.

Il est conseillé aux parents de pratiquer l’auto-compassion au quotidien et de se rappeler que le parentage perfectionniste pourrait amener leurs enfants à percevoir chaque défaut comme un échec, ce qui peut entraîner des problèmes d’estime de soi de longue date.

Après tout, l’objectif n’est pas de devenir un parent parfait, mais de s’améliorer en tant que parent. Et le fait de se concentrer sur ce qui se passe dans votre propre parcours et celui de votre famille peut fournir le contexte nécessaire pour maintenir cet état d’esprit.

Divorce pour faute : famille parents enfant

Je conseille aux parents de diminuer le temps passé sur les réseaux sociaux pour éviter de se comparer aux autres parents

Sur les réseaux sociaux, tout le monde a l’air d’être un parent parfait.

Recadrer la pensée et identifier le bon et le mauvais dans chaque individu et chaque comportement permet de diminuer le catastrophisme et la rumination.

En fin de compte, il est difficile d’avoir la pleine conscience et la présence nécessaires à un parentage autoritaire si vous êtes trop concentré sur tout le monde.

Il peut être très libérateur de se rappeler que vous devez simplement vous concentrer sur vous et vos enfants.

L’éducation parentale permissive – Pourquoi l’éducation indulgente est mauvaise pour votre enfant

MSpy espionne les réseaux sociaux et les conversations sur un téléphone

Le logiciel espion

mSpy bannière promotionnelle

0 réflexion au sujet de « Ce que les parents doivent savoir sur l’autoritarisme parental »

Laisser un commentaire