Le concept de bonheur différent en France et en Iran

Photo of author
Écrit par Ferragus Labrosse

Une passion pour la technologie alliée à une soif viscérale de la rendre utile aux relations humaines.

Le bonheur

La chaise spéciale de mon père

Mon père a une chaise de salle à manger spéciale dans laquelle il est le seul à pouvoir s’asseoir.

Les chaises ordinaires sont simples, vieilles et sans rembourrage, mais mon père a une chaise de luxe avec un gros coussin et un motif sculpté sur le dossier.

Elle est plus haute de quelques centimètres que toutes les autres chaises de la salle à manger. Sa femme (ma belle-mère) l’a achetée pour son anniversaire.

Le planning de mon père

  • Lorsque mon père rentre du travail vers 17 heures, la maison est propre et un pot de thé est prêt pour lui.
  • Il boit son thé et joue avec les enfants ou lit le journal pendant que ma belle-mère prépare le dîner.
  • Elle prépare le dîner au moins cinq soirs par semaine et, pendant ces nuits, mon père n’entre pas dans la cuisine, sauf pour prendre un verre d’eau.
  • Il ne fait pas le ménage non plus, et même s’il le voulait, il n’y a rien à faire quand il rentre à la maison.

Tout ce qu’elle fait est de rendre sa vie aussi confortable et relaxante que possible, créant ainsi un environnement agréable pour qu’il puisse continuer à subvenir à ses besoins et à ceux des enfants.

Pour sa femme, le concept de « temps pour soi » lui est étranger ; c’est le temps de la famille 24 heures sur 24

Il m’est même difficile d’imaginer qu’elle demande à mon père de garder les enfants pendant qu’elle sort avec des amis. Cela n’arrive pas et je ne pense pas que cela arrivera un jour. Si elle veut sortir, les enfants l’accompagnent.

Lorsque je prépare mes propres repas, ma belle-mère aime nettoyer après moi pendant que je suis en train de cuisiner.

Une Iranienne fait la cuisine

J’ai dû me battre avec elle à plusieurs reprises pour qu’elle ne fasse pas ma vaisselle, mais elle le fait quand même. Et même si je fais ma propre vaisselle, elle me remercie.

« En Iran, l’homme ne fait pas le ménage », me dit-elle.

On lui a appris cela dès son plus jeune âge.

Les écoles publiques américaines m’ont appris à nettoyer derrière moi, alors ça me fait bizarre que quelqu’un d’autre veuille nettoyer mes salissures à ma place. C’est vrai que c’est bizarre, mais je m’habitue rapidement à la façon iranienne de faire les choses.

Je sais ce que vous vous demandez. « Est-ce qu’elle est heureuse ? »

Je peux vous dire avec une très grande confiance qu’elle est extrêmement heureuse.

Pour une femme qui a grandi dans une petite ville iranienne, venir en France, épouser un pourvoyeur stable et avoir deux enfants en bonne santé, c’est comme toucher le gros lot.

Je suis sûre qu’il y a ici des femmes qui ont touché le jackpot français en épousant un riche et qui sont beaucoup plus insatisfaites que ma belle-mère.

Pour elle, vivre dans une maison de ville et conduire une Peugeot de quatre ans pour aller à la boulangerie acheter trois baguettes « tradition », c’est le summum de la vie. Imprégnez-vous de ça.

En France, il y a des jeunes de 17 ans dont les parents leur ont donné plus de richesses matérielles que certains d’entre nous n’auront jamais l’occasion de voir

Ils ont une carte de crédit « familiale » et vivent dans un manoir de la classe moyenne supérieure d’où ils partent dans une nouvelle voiture qu’ils ont reçue pour leur 17ème anniversaire.

Lorsque vous avez plus de 99,5 % de ce que les autres êtres humains ont avant même de commencer à travailler, votre vision de la vie est déformée.

  • Cela affecte vos habitudes de consommation (rien n’a vraiment de valeur)
  • votre façon de voir le plaisir et l’amusement (ça s’achète)
  • et votre façon d’aborder les relations humaines (les gens sont jetables)

En Iran, pas besoin d’un logiciel espion pour espionner sa femme (comme celui-ci) :

  • D’abord tout le monde n’a pas de téléphone
  • En plus les femmes ne trompent pas leur mari

Mon père a laissé entendre qu’il voulait retourner en Iran, mais ma belle-mère ne cesse de me dire qu’elle ne veut pas y retourner parce qu’elle adore la vie ici

Le bonheur est relatif, il dépend du point de vue et des attentes – le fait de trop penser nuit au bonheur.

De plus, vous ne feriez que vous faire mal à la tête (la dépression existentielle est considérée comme un état pathologique). Je doute que ma belle-mère se pose les grandes questions de la vie.

  • Les enfants sont-ils nourris ?
  • La maison est-elle propre ?
  • Le conjoint est-il heureux ?
  • Y a-t-il de la nourriture et un abri ?
  • Alors la vie est belle.

Mais pour beaucoup de mes pairs et de mes compatriotes, c’est loin d’être suffisant.

A lire ➽ 12 preuves que vous vivez dans l’illusion en niant la vérité


Sexualité et contrôle social en Iran

L’Iran a une histoire de relative égalité entre les sexes

Notamment :

  • le suffrage des femmes
  • des programmes d’éducation destinés aux femmes
  • des taux élevés d’éducation et de présence des femmes dans la sphère publique

C’est avec la Révolution islamique de 1979 que l’Iran est entré dans une ère d’extrême conservatisme sexuel. Après la Révolution, un nouveau discours juridique sur la sexualité a été établi, donnant plus de contrôle aux hommes et à l’État sur le corps, la sexualité et les fonctions reproductives des femmes.

Le code de la famille a été annulé et remplacé par un code religieux (la charia) et la sexualité est devenue une question de contrôle juridique et de surveillance de l’État.

  • La sexualité des hommes y est présentée comme un besoin naturel et inévitable qui doit être satisfait
  • tandis que la sexualité des femmes est définie comme une caractéristique honorable et précieuse de la féminité, soumise à réglementation et à protection

Sous ce régime, le but des relations sexuelles est la procréation et la satisfaction du mari par les femmes.

Les relations sexuelles hors mariage sont illégales, et les infractions à cette loi sont sévèrement punies (articles 221et 213, loi pénale islamique), notamment par 100 coups de fouet et jusqu’à 1 an de prison.

Selon l’article 11, une femme doit être obéissante à son mari, surtout dans les relations sexuelles, sinon elle est désobéissante et son mari peut épouser une autre femme.

Exemple de couple traditionnel
Exemple de couple traditionnel

Les actes sexuels entre personnes de même sexe sont illégaux, tandis que :

  • la polygamie
  • le mariage temporaire
  • et le divorce facile sont accessibles aux hommes

L’âge légal du mariage a été abaissé de 18 ans à 13 ans pour les femmes et de 20 ans à 15 ans pour les hommes

Les mariages sont fréquemment arrangés par le père, et l’organisation des relations amoureuses suit les modèles patriarcaux traditionnels.

En 2012, le Guide suprême de l’Iran a officiellement désapprouvé les stratégies de contrôle de la population, qualifiant la maternité de « rôle sacré et essentiel » pour les femmes.

Après ce discours, l’avortement a été déclaré illégal, tout comme l’accès à une contraception gratuite et l’importation de préservatifs masculins.

Toutes les opérations chirurgicales destinées à une contraception permanente ont également été interdites, sauf pour des raisons médicales, et des sanctions sévères ont été introduites pour les médecins impliqués dans de telles opérations.

L’éducation sexuelle est limitée, faisant de la sexualité un sujet tabou

L’accès aux informations éducatives liées à la santé sexuelle est extrêmement difficile pour les couples non mariés, et les quelques programmes d’éducation sexuelle existants ne fournissent des services qu’aux couples mariés ou fiancés.

  • Ainsi, l’Iran est confronté à une hausse des taux de VIH et d’IST
  • à une augmentation des avortements illégaux
  • et à une hausse des taux de consommation de drogues

La sexualité des femmes a été intégrée à la moralité publique, les femmes étant considérées comme responsables de la santé morale de l’Iran. Ce cadre justifie la ségrégation entre les sexes, le port du voile et un contrôle accru du corps des femmes.

La ségrégation sexiste est appliquée dans les espaces publics tels que les écoles, les universités, les transports publics et les centres sportifs.

Malgré ces profondes restrictions des libertés des femmes, la politique de genre et féministe en Iran est complexe et fluide.

Conclusion

La stigmatisation devient en Iran une forme de contrôle social où la production de la honte réduit les chances de vie de la personne stigmatisée (voir tous nos conseils pour empêcher vos filles de se dévergonder).

Ces formes de stigmatisation se développent au fil du temps et sont étroitement intégrées aux structures sociales de la société.

A lire Pourquoi les hommes français ne transmettront bientôt plus leurs gènes

MSpy espionne les réseaux sociaux et les conversations sur un téléphone

Le logiciel espion

mSpy bannière promotionnelle

0 réflexion au sujet de « Le concept de bonheur différent en France et en Iran »

Laisser un commentaire