Le divorce islamique

Photo of author
Écrit par Ferragus Labrosse

Une passion pour la technologie alliée à une soif viscérale de la rendre utile aux relations humaines.

Définition du divorce dans l’islam

Le divorce est-il autorisé dans l’islam ?

Bien qu’il ait des dimensions religieuses, le mariage musulman est un contrat.

S’il peut durer jusqu’au décès de l’une des parties, il peut aussi être dissous avant cette date.

En cas de désaccord entre les époux, le divorce ne doit pas être la première solution.

Le Coran encourage la réconciliation

  • Par des règlements négociés entre les époux eux-mêmes
  • Ou le recours à des arbitres issus de leur famille

Toutefois, lorsqu’un « bon traitement mutuel » n’est pas possible, il doit y avoir une séparation à l’amiable.

Ainsi, le Coran traite le divorce comme une chose permise mais non louable.


Passant des Écritures au domaine de la jurisprudence, le terme de divorce englobe plusieurs moyens de mettre fin à un mariage

Le Talaq

Le plus courant est le talaq, qui signifie littéralement « libération » .

Le talaq est une répudiation unilatérale de la femme par le mari, et ne nécessite pas le consentement de la femme.

Elle doit observer un délai de viduité d’environ trois mois pour s’assurer qu’elle n’est pas enceinte ; ensuite, elle est libre de se remarier.

Toutefois, pendant cette période, le mari qui l’a répudiée par le talaq a le droit de la reprendre, sauf s’il s’agit de la troisième répudiation, qui est définitive et irrévocable.

Une femme répudiée conserve la dot qu’elle a reçue au mariage ou, si elle a été divisée en une partie rapide et une partie différée, la partie différée devient immédiatement exigible au moment du divorce.

A noter :

Dans certains cas, les femmes fixent une grande dot différée pour dissuader leur mari de divorcer impulsivement.

L’écart d’âge au mariage dans le mariage arabo-musulman (source)

L'écart d'âge au mariage dans le mariage arabo-musulman
L’écart d’âge au mariage dans le mariage arabo-musulman (source)

Le Khul’

Dans le khul’, le divorce en compensation, la femme rend sa dot ou verse une autre somme à son mari afin d’obtenir le divorce.

La jurisprudence traditionnelle considère que son consentement est essentiel, bien qu’il ne soit pas mentionné dans le Coran ou dans de nombreuses traditions prophétiques qui y font référence.

Le « Khul » est par définition irrévocable et le mari n’a pas le droit de la reprendre, bien qu’ils puissent se remarier ultérieurement par consentement mutuel. Là encore, dans le cadre de ce divorce islam, elle doit respecter un délai de viduité.

Le divorce judiciaire

En plus de la répudiation unilatérale et du divorce en compensation, tous deux mentionnés dans le Coran, la jurisprudence permet le divorce judiciaire lorsque la femme a un motif valable.

Les motifs de divorce acceptables varient considérablement d’une école de droit à l’autre.

L’école hanafite

Dans l’école hanafite, une femme n’a pratiquement aucun motif pour obtenir un divorce, à condition que son mari ait consommé le mariage.

Elle ne peut pas divorcer de lui :

  • même s’il ne subvient pas à ses besoins
  • s’il la maltraite
  • ou s’il est emprisonné à vie

S’il est déclaré disparu, elle peut en effet faire dissoudre le mariage (pour cause de veuvage présumé) au moment où il aurait eu 90 ans.

La loi malékite

La loi malékite, en revanche, lui permet de demander le divorce pour :

  • non-support
  • abandon
  • vaste accusation de « blessure » (darar), physique ou autre

Ici pour savoir où votre conjoint cache son argent lors d’un divorce

D’autres stratégies que les femmes peuvent utiliser pour obtenir le divorce

Citons notamment le divorce conditionnel ou délégué, où la femme inclut dans son contrat de mariage une condition :

  • qui lui donne le droit de divorcer de sa propre initiative dans certaines circonstances spécifiques
  • ou qui stipule qu’elle divorcera automatiquement si un événement particulier se produit (par exemple, si le mari prend une autre femme)

Le problème, c’est que même les clauses qui étaient initialement valables peuvent facilement être rendues inopérantes par les actions involontaires de l’épouse.

Plus troublant encore, bien que ces conditions puissent accroître l’accès de la femme au divorce, elles ne restreignent en aucune façon le droit du mari de la répudier unilatéralement à son gré.

Tableau : Proportion de divorces islamiques par rapport au nombre de mariages

On constate que le nombre de divorces baisse

Tableau : Proportion de divorces islamiques par rapport au nombre de mariages


Les étapes d’un divorce islamique

Le divorce est autorisé dans l’islam en dernier recours s’il n’est pas possible de poursuivre le mariage

Certaines mesures doivent être prises pour s’assurer que toutes les options ont été épuisées et que les deux parties sont traitées avec respect et justice.

Dans l’islam, on estime que la vie conjugale doit être remplie :

  • de miséricorde
  • de compassion
  • et de tranquillité

Le mariage est une grande bénédiction. Chaque partenaire dans le mariage a certains droits et responsabilités, qui doivent être remplis avec amour dans l’intérêt de la famille.

Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas.

Evaluer et essayer de réconcilier

Lorsqu’un mariage islamique est en danger, il est conseillé aux couples de chercher toutes les solutions possibles pour reconstruire la relation. Le divorce islam est autorisé comme dernière option, mais il est découragé.

Le prophète Muhammad a dit un jour : « De toutes les choses légales, le divorce est la plus détestée par Allah ». 

Pour cette raison, la première étape qu’un couple est encouragé à faire :

  • c’est de fouiller son cœur
  • d’évaluer la relation
  • et d’essayer de se réconcilier

Cette décision ne doit pas être prise facilement

  • Demandez-vous : « Ai-je vraiment essayé tout le reste ? »
  • Évaluez vos propres besoins et vos faiblesses
  • Réfléchissez aux conséquences
  • Essayez de vous souvenir des bons côtés de votre conjoint
  • Trouvez dans votre cœur la patience nécessaire pour pardonner les petits désagréments
  • Communiquez avec votre conjoint sur vos sentiments, vos craintes et vos besoins

Au cours de cette étape, l’aide d’un conseiller islamique neutre peut être utile pour certaines personnes.

Si, après une évaluation approfondie de votre mariage, vous constatez qu’il n’y a pas d’autre option que le divorce, il n’y a aucune honte à passer à l’étape suivante.

Allah donne le divorce comme option parce que, parfois, c’est vraiment dans l’intérêt de toutes les personnes concernées. Personne n’a besoin de rester dans une situation qui cause :

  • une détresse
  • une douleur
  • et une souffrance personnelles

Dans de tels cas, il est plus clément que chacun de vous suive son propre chemin, de manière pacifique et amicale.

Mariage arabo-musulman : proportions de consanguins parmi les époux

Trait distinctif du système de parenté arabe : Une fille doit épouser le fils de son oncle parternel (cousin parallèle) si la famille le décide

Mariage arabo-musulman : proportions de consanguins parmi les époux


Les étapes du divorce islamique

Les besoins des deux parties sont pris en compte. Les enfants issus du mariage sont prioritaires.

Des directives sont données tant pour le comportement personnel que pour la procédure juridique.

Il peut être difficile de suivre ces directives, surtout si l’un des conjoints ou les deux se sentent lésés ou en colère. Efforcez-vous d’être mûr et juste.

Rappelez-vous les paroles d’Allah dans le Coran :

« Les parties doivent soit se tenir ensemble dans des conditions équitables, soit se séparer avec gentillesse. » (Sourate al-Baqarah, 2:229)

L’arbitrage

Le Coran dit :

« Et si vous craignez une rupture entre les deux, désignez un arbitre parmi ses proches à lui et un arbitre parmi ses proches à elle. Si tous deux désirent la réconciliation, Allah fera en sorte qu’il y ait une harmonie entre eux. En vérité, Allah est pleinement conscient et est au courant de tout ». (Sourate An-Nisa 4:35)

Un mariage et un éventuel divorce impliquent plus de personnes que les deux conjoints.

  • Il touche les enfants
  • les parents
  • des familles entières

Avant de prendre une décision de divorce, il est donc juste d’impliquer les anciens de la famille dans une tentative de réconciliation.

Les membres de la famille connaissent personnellement chaque partie, y compris ses forces et ses faiblesses, et ils ont, espérons-le, à cœur leurs intérêts. S’ils abordent la tâche avec sincérité, ils peuvent réussir à aider le couple à résoudre ses problèmes.

La famille est impliquée d’une manière ou d’une autre

La plupart du temps, les membres de la famille préférent avoir la possibilité d’aider pendant que cela est encore possible.

Certains couples cherchent une alternative au divorce islam en faisant appel à un conseiller matrimonial indépendant comme arbitre. Bien qu’un conseiller puisse jouer un rôle important dans la réconciliation, cette personne est naturellement détachée et manque d’implication personnelle.

Les membres de la famille ont un intérêt personnel dans le résultat et peuvent être plus engagés dans la recherche d’une solution.

Si cette tentative échoue, après tous les efforts nécessaires, il est alors reconnu que le divorce peut être la seule option.

Le couple procède alors à la prononciation du divorce. Les procédures de demande effective de divorce dépendent du fait que la démarche est initiée par le mari ou la femme.

La demande de divorce

Lorsqu’un divorce est initié par le mari, il est connu sous le nom de talaq

La déclaration du mari peut être verbale ou écrite, et ne doit être faite qu’une seule fois.

Comme le mari cherche à rompre le contrat de mariage, la femme a le droit de conserver la dot (mahr) qui lui a été versée.

Si la femme demande le divorce, 2 possibilités s’offrent à elle

Dans le premier cas, la femme peut choisir de restituer sa dot pour mettre fin au mariage. Elle renonce au droit de conserver la dot, car c’est elle qui cherche à rompre le contrat de mariage. Cette option est connue sous le nom de khul’a.

À ce sujet, le Coran dit :

« Il ne vous est pas permis de reprendre vos dons, sauf si les deux parties craignent de ne pas pouvoir respecter les limites fixées par Allah. Il n’y a pas de blâme pour l’une ou l’autre partie si elle donne quelque chose pour sa liberté. Ce sont les limites ordonnées par Allah, donc ne les transgressez pas » (Coran 2:229).

Dans le second cas, la femme peut choisir de demander le divorce à un juge, avec motif. Elle doit apporter la preuve que son mari n’a pas rempli ses responsabilités.

Dans cette situation, il serait injuste d’attendre d’elle qu’elle rende également la dot. Le juge se prononce sur la base des faits et du droit du pays.

Selon l’endroit où vous vivez, une procédure de divorce séparée peut être nécessaire

Il s’agit généralement de :

  • déposer une requête auprès d’un tribunal local
  • respecter un délai d’attente
  • assister à des audiences
  • obtenir un jugement de divorce

Cette procédure juridique peut être suffisante pour un divorce islamique si elle satisfait aux exigences islamiques.

Dans toute procédure de divorce islamique, il y a un délai d’attente de trois mois avant que le divorce ne soit finalisé.

Quelques applications mobiles invisibles permettent de tout savoir sur un téléphone cible.

Certains couples l’installent réciproquement sur leur téléphone pour pouvoir se localiser et se monitorer en temps réel :

Pourcentage de célibataires en Mauritanie en 2015

Pourcentage de célibataires en Mauritanie en 2015


Les conséquences du divorce dans l’islam

Période d’attente (Iddat)

Après une déclaration de divorce, l’islam exige une période d’attente de trois mois (appelée iddah) avant que le divorce ne soit prononcé.

Pendant ce temps, le couple continue à vivre sous le même toit mais dort séparément.

  • Cela donne au couple le temps de se calmer
  • d’évaluer la relation
  • et peut-être de se réconcilier

Parfois, les décisions sont prises dans la précipitation et la colère, et plus tard, l’une des parties ou les deux peuvent avoir des regrets.

Pendant la période d’attente, le mari et la femme sont libres de reprendre leur relation à tout moment, ce qui met fin à la procédure de divorce sans qu’un nouveau contrat de mariage soit nécessaire.

Le délai de viduité est également un moyen de déterminer si la femme attend un enfant.

La femme enceinte en demande de divorce

Si la femme est enceinte, le délai de carence se poursuit jusqu’à ce qu’elle ait accouché de l’enfant. Pendant toute la période d’attente, la femme a le droit de rester dans la maison familiale et le mari est responsable de son entretien.

Si la période d’attente se termine sans réconciliation, le divorce est complet et prend pleinement effet. La responsabilité financière du mari à l’égard de la femme prend fin et celle-ci retourne souvent dans le foyer familial.

Toutefois, le mari continue à être responsable des besoins financiers des enfants, en versant régulièrement une pension alimentaire.

La garde d’enfants

En cas de divorce islam, ce sont souvent les enfants qui en subissent les conséquences les plus douloureuses.

La loi islamique tient compte de leurs besoins et veille à ce qu’ils soient pris en charge.

Le soutien financier de tout enfant, que ce soit pendant le mariage ou après le divorce, incombe exclusivement au père.

C’est le droit des enfants sur leur père, et les tribunaux ont le pouvoir d’imposer le paiement d’une pension alimentaire, si nécessaire.

Le montant est négociable et doit être proportionnel aux moyens financiers du mari.

Le Coran conseille au mari et à la femme de se consulter mutuellement de manière équitable concernant l’avenir de leurs enfants après le divorce (2:233).

Ce verset stipule spécifiquement que les nourrissons qui continuent d’être allaités peuvent continuer à l’être jusqu’à ce que les deux parents se mettent d’accord sur la période de sevrage par « consentement mutuel et conseil » . Cet esprit devrait définir toute relation de co-parentalité.

La loi islamique stipule que la garde physique des enfants doit être confiée à un musulman en bonne santé physique et mentale et qui est le mieux placé pour répondre aux besoins des enfants.

Qui a la garde de l’enfant dans l’islam ?

Différents juristes ont établi des opinions diverses sur la meilleure façon de procéder.

  • Certains ont décidé que la garde est attribuée à la mère si l’enfant n’a pas atteint un certain âge
  • et au père si l’enfant est plus âgé

D’autres permettent aux enfants plus âgés d’exprimer une préférence.

En général, il est reconnu que les jeunes enfants et les filles sont mieux pris en charge par leur mère.

Comme il existe des différences d’opinion entre les érudits islamiques sur la garde des enfants, on peut trouver des variations dans la législation locale.

Dans tous les cas, cependant, le principal souci est que les enfants soient pris en charge par un parent apte à répondre à leurs besoins émotionnels et physiques.

nombre femmes divorcees egypte 1976

La finalisation du divorce

Une fois la période d’attente terminée, le divorce est prononcé.

Il est préférable que le couple formalise le divorce en présence des deux témoins, en vérifiant que les parties ont rempli toutes leurs obligations. À ce moment, l’épouse est libre de se remarier si elle le souhaite.

L’Islam décourage les musulmans :

  • de faire des allers-retours sur leurs décisions
  • de se livrer à un chantage émotionnel
  • ou de laisser l’autre conjoint dans les limbes

Le Coran dit :

« Lorsque vous divorcez d’une femme et qu’elle remplit les conditions de son iddat, soit vous la reprenez en toute équité, soit vous la libérez en toute équité ; mais ne la reprenez pas pour la blesser, (ou) pour en tirer un avantage indu. Si quelqu’un fait cela, il fait du tort à sa propre âme… » (Coran 2:231)

Ainsi, le Coran encourage un couple divorcé à se traiter mutuellement à l’amiable, et à rompre les liens de manière nette et ferme.

Si un couple décide de se réconcilier, une fois le divorce prononcé, il doit repartir de zéro avec un nouveau contrat et une nouvelle dot (mahr).

La limite au nombre de divorces islamiques pour un même couple

Pour éviter de nuire aux relations yo-yo, il existe une limite au nombre de fois où un même couple peut se marier et divorcer. Si un couple décide de se remarier après un divorce, cela ne peut se faire que deux fois.

Le Coran dit :

« Le divorce doit être prononcé deux fois, et ensuite (la femme) doit être retenue de bonne foi ou libérée avec grâce ». (Coran 2:229)

Après avoir divorcé et s’être remarié deux fois, si le couple décide ensuite de divorcer à nouveau, il est clair qu’il y a un problème majeur dans la relation ! C’est pourquoi, dans l’Islam, après le troisième divorce, le couple ne peut pas se remarier.

D’abord, la femme doit chercher à s’épanouir dans le mariage avec un autre homme. Ce n’est qu’après avoir divorcé ou être devenue veuve de ce deuxième partenaire qu’elle pourra se réconcilier avec son premier mari, s’ils le souhaitent.

Cette règle peut sembler étrange, mais elle sert deux objectifs principaux.

  • Premièrement, le premier mari est moins susceptible d’entamer un troisième divorce de manière frivole, sachant que la décision est irrévocable. On agira avec plus d’attention.
  • Deuxièmement, il se peut que les deux individus ne soient tout simplement pas compatibles. L’épouse peut trouver le bonheur dans un autre mariage. Ou elle peut se rendre compte, après avoir vécu le mariage avec quelqu’un d’autre, qu’elle souhaite finalement se réconcilier avec son premier mari.

Pourcentage de divorces au Mali en 2010 en fonction des caractéristiques de l’union (polygamie ou monogamie, premier mariage féminin, remariage féminin)

Pourcentage de divorces au Mali en 2010 en fonction des caractéristiques de l'union (polygamie ou monogamie, premier mariage féminin, remariage féminin)


Les tentatives de réforme des lois sur le divorce dans le monde musulman contemporain

Les tentatives de réforme des lois sur le divorce dans le monde musulman contemporain ont été nombreuses. La plupart d’entre elles ont tenté :

  • soit de restreindre l’exercice sans entrave par les hommes de leurs droits de répudiation
  • soit d’accroître l’accès des femmes au divorce

Restreindre l’exercice par les hommes de leur droit de répudiation

Dans le premier cas, certaines nations y sont parvenues :

  • en exigeant une intervention ou un enregistrement d’un juge
  • ou en déclarant que trois répudiations prononcées en même temps ne compteront que pour un seul divorce (Cela a toujours été le point de vue chiite prédominant, mais seuls quelques juristes sunnites individuels l’ont soutenu).

Certaines nations ont imposé des sanctions financières à un mari qui divorce de sa femme sans motif.

Cependant, malgré ces tentatives pour freiner l’utilisation impulsive et extrajudiciaire du talaq par les hommes, les tribunaux considèrent toujours que les répudiations unilatérales des hommes sont légalement efficaces puisqu’elles sont reconnues par la jurisprudence traditionnelle.

L’amélioration de l’accès des femmes au divorce dans l’islam

En ce qui concerne l’amélioration de l’accès des femmes au divorce, l’adoption par certaines juridictions hanafites des motifs de divorce relativement plus libéraux de Maliki représente une amélioration significative.

Toutefois, l’interprétation de ces dispositions varie considérablement et les juges disposent d’une grande marge de manœuvre dans leur application.

En Égypte et ailleurs, les tribunaux ont jugé que si les violences physiques peuvent constituer un « préjudice » pour les femmes de la classe supérieure, les femmes des couches sociales inférieures peuvent s’attendre à une certaine violence de la part de leur mari, et que cela ne constitue donc pas un motif pour elles de demander le divorce.

Dans ces cas, bien que les réformes aient modifié certaines des spécificités des lois sur le divorce, elles n’ont pas remis en cause l’idée fondamentale selon laquelle le divorce est une prérogative de l’homme, alors que les femmes ne peuvent obtenir le divorce que pour un motif valable.

Une loi égyptienne plus récente

Une loi égyptienne plus récente, approuvée par le juriste en chef d’Al-Azhar, l’institution de jurisprudence traditionnelle la plus respectée en Égypte et peut-être dans tout le monde musulman sunnite, offre une autre approche.

Comme indiqué plus haut, la plupart des juristes classiques, et la majorité des lois nationales contemporaines, considèrent que l’accord du mari est essentiel pour le khul’, le divorce en compensation.

À partir de mars 2000, l’Égypte a accordé à la femme le droit d’obtenir un divorce khul’ sans le consentement du mari si elle rend la dot qu’elle a reçue au mariage. Le même mois, 3 000 demandes de divorce en vertu de ces dispositions avaient été déposées rien qu’au Caire.

La difficulté d’obtenir des lois équitables sur le divorce islamique

L’une des raisons importantes pour lesquelles il est si difficile d’aborder la question des lois équitables sur le divorce est que la structure du contrat de mariage islamique présume du contrôle unilatéral du mari sur le droit au divorce (source : LOI ISLAMIQUE ET DROIT DANS LES SOCIÉTÉS ARABES, Bernard Botiveau, 1993).

Les réformes fragmentaires des lois sur le divorce qui ne tiennent pas compte de cette norme de base sont limitées dans la quantité de changements qu’elles peuvent finalement apporter.

Ainsi, une réforme durable et de grande envergure des lois islamiques sur le divorce nécessite, plus fondamentalement, une réforme des lois régissant le mariage musulman lui-même.

MSpy espionne les réseaux sociaux et les conversations sur un téléphone

Le logiciel espion

mSpy bannière promotionnelle

0 réflexion au sujet de « Le divorce islamique »

Laisser un commentaire