Négocier avec des préadolescents et des adolescents

Photo of author
Écrit par Agnès Michaud

Une passion pour la technologie alliée à une soif viscérale de la rendre utile aux relations humaines.

  • Négocier avec des préadolescents et des adolescents leur permet d’apprendre à communiquer
  • à faire des compromis
  • et à prendre de bonnes décisions

La négociation peut également être bénéfique pour les relations avec les préadolescents et les adolescents.

  • Les négociations se déroulent bien lorsque vous écoutez
  • parlez
  • êtes clair sur ce qui est négociable et ce qui ne l’est pas
  • et restez positif

Négocier avec des adolescents : avantages

Lorsque vous négociez bien avec des préadolescents et des adolescents…

…Vous les aidez à apprendre à :

  • réfléchir à ce qu’ils veulent et à ce dont ils ont besoin
  • communiquer leurs désirs et leurs besoins de manière raisonnable
  • comprendre les autres points de vue
  • faire des compromis
  • prendre de bonnes décisions

Négocier est également bénéfique pour vous et votre relation avec votre enfant. En effet, la négociation consiste :

  • à bien communiquer
  • à travailler ensemble
  • et à trouver des solutions que vous pouvez tous deux accepter

Comment préparer des négociations réussies avec des préadolescents et des adolescents

Parfois, vous pouvez savoir qu’une négociation est imminente. Par exemple, votre enfant peut avoir parlé d’une fête à laquelle ses amis se rendent. Dans cette situation, vous avez le temps de vous préparer.

  • Vous pouvez réfléchir à ce qui est important pour vous et à ce sur quoi vous pouvez faire preuve de souplesse.
  • Vous pouvez discuter de la question avec votre partenaire ou un ami, ou écrire ce que vous voulez dire.

Mais parfois, il se peut que vous ne soyez pas prêt pour la négociation ou que vous ayez besoin de temps pour réfléchir à ce sur quoi vous voulez ou ne voulez pas faire de compromis.

Par exemple, votre enfant peut dire :

« Je veux aller au cinéma le samedi soir » . Ou si votre enfant est plus âgé ou plus sûr de lui, il peut dire : « Je vais au cinéma ce soir » .

Si cela se produit et que vous ne vous sentez pas prêt à négocier, vous pouvez fixer un moment pour en parler plus tard. Mais veillez à ce que ce soit bientôt. Cela aidera votre enfant à croire que vous tiendrez parole.

Il comprendra également que vous tenez à trouver un compromis.

S’il s’agit d’un problème qui nécessite l’intervention d’un autre parent, fixez un moment qui vous permettra de discuter de la situation tous ensemble.

Négociation maman / adolescent


Techniques de négociation à utiliser avec les préadolescents et les adolescents

La réussite d’une négociation avec des adolescents dépend en grande partie des techniques de négociation que vous utilisez. Voici quelques techniques de négociation à utiliser avec votre enfant.

Écouter et parler pendant les négociations

  • Utilisez une voix calme
  • chaleureuse
  • et ferme pour donner le ton

L’idée est d’éviter d’entrer en conflit avec votre enfant. Par exemple, vous pouvez dire : « Parlons-en » .

Écoutez d’abord activement l’opinion de votre enfant sans l’interrompre. Par exemple :

« Tu dis que tu veux vraiment te teindre les cheveux en rose pour la soirée déguisée, même si cette couleur va rester longtemps. Tu sais aussi que cela risque d’abîmer un peu tes cheveux » .

Exprimez votre point de vue et demandez à votre enfant de vous en dire plus sur le sien

Par exemple :

« Je veux que tu t’amuses et que tu voies tes amis, mais je veux aussi que tu sois en sécurité. Alors, dis-m’en plus sur la balade à vélo. Sur quoi pouvons-nous nous mettre d’accord pour que tu sois en sécurité ? « 

Faites une pause si la situation devient tendue ou si vous ne parvenez pas à trouver un compromis. Par exemple :

« J’ai besoin d’un peu de temps, alors réglons cela après le dîner » , ou « Nous n’avons pas l’air d’avancer. Partons tous les deux et réfléchissons-y avant de nous reparler » .

Prendre des décisions que vous pouvez tous deux accepter

Soyez clair sur ce qui est et n’est pas négociable.

Comprendre la personnalité et la maturité de votre enfant vous aidera à prendre une décision à ce sujet.

Le niveau de confiance que vous accordez à votre enfant sur la base des événements passés est également important.

Par exemple : « Je ne veux pas que tu rentres du cinéma tout seul. Et si je venais te chercher ? »

Pensez à une série d’options. Par exemple :

« Je ne veux pas que tu peignes ta chambre en noir parce que cela rend la maison trop sombre. Y a-t-il une autre couleur qui te conviendrait, ou pourrais-tu peindre un seul mur ? Quelles sont tes autres idées ? « 

Soyez ferme sur vos points non négociables

Par exemple : « Peu importe ce que font les autres. Je viendrai te chercher à la fin du film » .

Montrez que vous êtes prêt à faire des compromis et que vous voulez vous mettre d’accord sur quelque chose que vous pouvez tous les deux accepter.

Par exemple : « Je sais que tu veux consulter les réseaux sociaux, mais tu dois aussi finir tes devoirs et dormir suffisamment. Combien de temps penses-tu pouvoir passer sur les réseaux sociaux après avoir pris le temps de faire tes devoirs et de dormir ? » .

Des parents surveillent leur enfant (fille ado)


Lorsque vous avez pris une décision : étapes suivantes

Énoncez clairement la décision sur laquelle vous vous êtes mis d’accord avec votre enfant

Par exemple : « OK, tu peux aller à la fête avec tes amis. Je viendrai te chercher à 23 heures » .

Il se peut que votre enfant ne soit pas satisfait de cette décision. Donnez-lui le temps de l’accepter sans essayer de le convaincre de ses avantages.

Discutez et convenez des conséquences en cas de non-respect de l’accord

Par exemple : « Nous avons convenu que tu pouvais peindre un mur de ta chambre en noir. Nous avons également convenu que si tu peins plus que cela, tu devras acheter toi-même la peinture blanche et repeindre les murs en blanc. D’ACCORD ? »

 Certains parents installent dans le téléphone familial l’application Mspy capable de :

  • espionner discrètement le téléphone
  • enregistrer les réseaux sociaux comme Tinder, Facebook et autres Viber
  • localiser et copier les SMS

Ici la démonstration gratuite de l’application.

Terminez sur une note positive, même si la négociation n’a pas été parfaite

Par exemple : « Merci d’en avoir discuté avec moi. J’apprécie que nous soyons parvenus à nous entendre. Cela me montre que tu es une personne mûre » .

Remarquez quand votre enfant respecte l’accord et félicitez-le.

Par exemple : « Merci de t’être assuré d’être rentré à la maison à 23 heures. J’apprécie le fait que tu aies respecté notre accord. Je me sentirai à l’aise la prochaine fois que tu voudras sortir » .

Si la famille compte deux parents, il est utile de soutenir le point de vue de l’autre lorsque vous utilisez ces techniques de négociation. Vous serez ainsi en position de force et la négociation restera plus simple.

Il se peut que vous deviez d’abord négocier en privé avec l’autre parent pour parvenir à une position commune.

Utiliser votre autorité lors de la négociation

Au fur et à mesure que votre enfant se développe, le fait d’utiliser votre autorité et votre influence de manière respectueuse et positive vous aidera à maintenir une relation forte et ouverte.

Lorsque votre enfant entre dans l’adolescence, il est toujours important d’utiliser votre autorité pour protéger sa sécurité et son bien-être.

Par exemple, il n’y a pas de problème à ce que vous soyez ferme et que vous sachiez où votre enfant va, quand il rentre et quand il doit vous appeler en cas de changement d’arrangement.

Adolescente rebelle à l'autorité

En grandissant, vous constaterez peut-être que votre enfant conteste davantage votre autorité

Par exemple, votre enfant peut dire :

« Je vais faire ça et tu ne peux pas m’en empêcher » . La façon dont vous réagissez peut dépendre de l’âge de votre enfant.

Par exemple, si votre enfant a 12 ans, vous pouvez lui dire :

« En tant que parent, je suis responsable de ta sécurité, mais je veux aussi t’aider à obtenir ce que tu veux. Parlons-en davantage et essayons de trouver une solution » .

Mais si votre enfant a 16 ans, vous pourriez dire :

« Je veux t’aider à faire ce que tu veux, mais je suis toujours responsable de ta sécurité. Je dois donc savoir où tu vas et avec qui tu es. Parlons-en davantage pour voir si nous pouvons trouver une solution qui nous convienne à tous les deux » .

A lire sur notre blog

Références

  • Toutes les trois minutes, une adolescente est infectée par le VIH, UNICEF, 25/07/2018
  • Union Francophone des Associations de Parents de l’Enseignement Catholique, Vivre l’adolescence, le rôle des parents, 2013
  • Couples et Familles ASBL, Adolescence élastique, dossier n°96, Editions Feuilles Familiales, Malonne, 2e trimestre 2011
  • PIERARD Alice, Processus d’individualisation de soi à l’adolescence, mars 2013, Analyse UFAPEC n°05.13
  • AUDERSET Marie-José et HELD Jean-Blaise, l’Ado et les autres, 2010, Éditions de la Martinière

MSpy espionne les réseaux sociaux et les conversations sur un téléphone

Le logiciel espion

mSpy bannière promotionnelle

0 réflexion au sujet de « Négocier avec des préadolescents et des adolescents »

Laisser un commentaire