Quel type d’homme a des rapports avec les prostituées

Photo of author
Écrit par Ferragus Labrosse

Une passion pour la technologie alliée à une soif viscérale de la rendre utile aux relations humaines.

Une demi-douzaine de gars que j’ai rencontrés depuis l’université m’ont raconté leur histoire de nuits passées avec une prostituée.

Tous avaient un point commun : aucun d’entre eux n’a payé la prostituée, c’est un parent ou un ami qui l’a fait. Tous ont insisté sur ce fait, ce qui me fait dire que la honte n’est pas de passer la nuit avec des prostituées, mais de payer pour cela.


Pourquoi les hommes achètent-ils des rapports sexuels ?

  • Certains chercheurs affirment que les clients recherchent l’intimité sur demande.
  • D’autres croient que ces hommes veulent généralement utiliser et dominer les femmes.

Arthur est un homme qui fréquente des prostituées. Après son arrestation le 5 septembre 2008, une photographie de cet homme de 41 ans est apparue sur le site Web du département de police de Chicago.

Arthur (ce n’est pas son vrai nom) était loin d’être la seule personne ainsi marquée sur ce portail internet. Samuel, 59 ans, et José, 34 ans (dont les noms ont également été modifiés pour protéger leur vie privée), ont figuré sur ce pilori en ligne pendant un mois après leurs arrestations du 5 septembre.

Manifestation contre la législation sur la prostitution
Manifestation contre la législation sur la prostitution

Les arrestations d’Arthur, de Samuel, de José et de bien d’autres représentent l’énorme demande de prostituées chez les hommes. Aux États-Unis, les policiers ont arrêté environ 75 000 personnes en 2008 pour des délits liés à la prostitution, selon le Federal Bureau of Investigation.

Les experts estiment qu’environ 10 % de ces arrestations concernent les clients du sexe, qui sont presque tous des hommes.

Dans l’ensemble, on estime que 16 % des hommes paient pour des rapports sexuels aux États-Unis (source)

Une étude publiée en 2000 sur 998 prostituées de rue et 83 call-girls à Los Angeles, suggère que 28 % des hommes qui fréquentent des prostituées et près de la moitié de ceux qui emploient des call-girls achètent régulièrement des rapports sexuels, les autres étant des clients occasionnels.

La proportion de clients semble varier considérablement selon les pays et les études.

  • 14 % des hommes néerlandais ont acheté des rapports sexuels
  • contre près de 40 % des hommes en Espagne. (La prostitution est légale dans les deux pays).
  • Et selon HYDRA, une organisation basée à Berlin qui fournit des conseils juridiques et d’autres aides aux prostituées, jusqu’à trois quarts des hommes en Allemagne, qui a également légalisé la prostitution, ont payé pour des services sexuels.
  • En Thaïlande, où la prostitution est illégale mais socialement acceptée, une étude suggère que 95 % des hommes ont déjà couché avec une prostituée.

Quels que soient les chiffres, ce comportement est suffisamment répandu pour que les psychologues ne puissent pas facilement le considérer comme pathologique.

Les chercheurs s’interrogent sur les raisons qui poussent les hommes à acheter des rapports sexuels

  • Certains pensent que cette pratique sert de remède à des troubles psychologiques courants, tels qu’un appétit insatisfait pour le rapport sexuel, l’amour ou la romance.
  • D’autres dressent un portrait plus sombre des clients, estimant qu’ils sont généralement mus par des motifs chauvins, tels que le désir de dominer et de contrôler les femmes.

L’instinct de base

Bien sûr, l’explication la plus simple de l’achat de rapports sexuels par les hommes est qu’ils aiment ça. Après tout, les gens sont généralement prêts à payer pour des activités qu’ils apprécient autant que le rapport sexuel.

D’autre part, un homme peut généralement obtenir des rapports sexuels gratuitement dans le cadre d’une relation intime ordinaire. Alors pourquoi payer pour cela, surtout si l’on considère les risques sociaux et sanitaires d’un rapport sexuel avec une prostituée ?

Les clients sont-ils tous si peu attirants qu’ils ne peuvent obtenir de rapports sexuels d’une autre manière ?

La plupart des chercheurs ne le pensent pas. Les clients sont issus de toutes les classes socio-économiques.

  • Ils peuvent être agents de change
  • chauffeurs routiers
  • enseignants
  • prêtres
  • ou représentants des forces de l’ordre

Beaucoup sont mariés et ont des enfants.

« Il n’y a pas de caractéristiques sociales qui distinguent fondamentalement les clients des autres hommes », déclare Mme Grenz, qui a publié ses entretiens avec un grand nombre de clients dans un livre paru en 2005.

Ces hommes ne sont pas non plus définis par des problèmes de personnalité évidents

Dans une étude publiée en 1994, le psychologue Dieter Kleiber, de l’université libre de Berlin, a demandé à quelque 600 clients de remplir l’inventaire de personnalité de Freiburg et n’a constaté aucune anomalie particulière. Les seules corrélations qu’il a trouvées concernent la prise de risque et les rapports sexuels non protégés.

Par exemple, les hommes qui demandaient des rapports sexuels sans préservatif avaient tendance à obtenir un score plus élevé en matière d’agressivité, et les clients mariés et aisés pratiquaient plus fréquemment que les autres des rapports sexuels non protégés.

« Plus la vie d’un homme est sûre et ordonnée, plus il croit en sa propre invulnérabilité », conclut M. Kleiber.

Les recherches soulignent la diversité des hommes qui paient pour des rapports sexuels

Ainsi, ces individus recherchent des prostituées pour des raisons variées.

Certains d’entre eux peuvent en effet être mus par une pure pulsion sexuelle.

Dans une étude sur les clients parrainée par la Fondation Rosa Luxemburg, le sociologue Udo Gerheim de l’Université de Brême, en Allemagne, a constaté que beaucoup de ces hommes sont :

  • soit frustrés sexuellement (parce qu’ils n’obtiennent pas de rapports sexuels satisfaisants ailleurs)
  • soit des hédonistes qui veulent réaliser leurs fantasmes érotiques dans un lieu de prostitution

Les représentants d’HYDRA affirment également que les hommes vont vers les prostituées pour assouvir un appétit sexuel

De nombreux hommes se sentent plus libres d’expérimenter dans le contexte du rapport sexuel commercial qu’avec leur femme ou leur petite amie, ce qui leur permet d’élargir leur éventail sexuel et de connaître un plus grand épanouissement sexuel.

Inscrivez-vous aux lettres d’information gratuites de Untelephone.com


Un droit à la romance ?

Pourtant, certains chercheurs ont identifié des motivations émotionnelles et psychologiques chez les hommes qui achètent des rapports sexuels

Gerheim a repéré un type de client romantique qui s’imagine avoir une relation authentique avec une prostituée, basée sur une confiance mutuelle.

Kleiber a également décelé une tendance au romantisme chez bon nombre des personnes qu’il a interrogées. Ces hommes, explique Kleiber, semblent poursuivre l’idéal de l’amour dans un cadre payant.

  • Lorsque Kleiber et ses collègues ont demandé aux clients de décrire les prostituées qu’ils fréquentent, la plupart les ont qualifiées de « charmantes » et « ouvertes ».
  • Certains ont également dit que ces femmes étaient « intelligentes » et « pleines d’esprit ».
  • Beaucoup d’hommes ont brossé le portrait d’une femme parfaite qu’ils aimeraient mieux connaître.
  • Quelques-uns ont même écrit des déclarations telles que « Je peux facilement imaginer la prostituée chez qui je vais comme ma femme. »

Ces hommes ont des relations chargées d’émotions avec les prostituées

Ils dépeignent ces relations comme intimes malgré leur nature commerciale et leur portée limitée.

Le comportement des clients masculins lors de leurs rencontres avec les prostituées peut également suggérer qu’ils recherchent un lien social en dehors du coït.

Un client accoste une prostituée

Grâce à ses entretiens avec des prostituées de Los Angeles, Lever a appris que les acheteurs de rapports sexuels posent souvent des questions indiscrètes telles que « D’où venez-vous ? » ou « Est-ce que Lara est votre vrai nom ? » avant et après l’acte.

Comme pour poursuivre leur « relation », beaucoup de clients, sinon la plupart, préfèrent retourner voir la même prostituée, encore et encore

Selon l’étude de Kleiber, plus des deux tiers des clients ont utilisé les services d’une prostituée particulière plus de 50 fois. Un sur quatre a eu des rapports sexuels avec la même prostituée plus de 100 fois.

Mais pourquoi un homme se tournerait-il vers une prostituée, plutôt que vers une petite-amie, une épouse ou une autre amante consentante, pour satisfaire son besoin de lien social ?

L’une des raisons est peut-être que les vraies relations avec les femmes sont risquées et compliquées, des caractéristiques que les hommes ne veulent pas toujours et ne peuvent pas toujours gérer.

Les prostituées sont beaucoup moins exigeantes que les petites amies et les épouses et peuvent même être apaisantes pour le psychisme.

En effet, une femme ordinaire peut :

  • rejeter un homme
  • être fatiguée
  • distante
  • de mauvaise humeur

En revanche, les travailleuses du sexe acceptent généralement leurs clients sans condition et leur offrent une intimité sur demande, quels que soient leurs véritables sentiments.

  • Elles offrent aux hommes une implication émotionnelle
  • une stabilité psychique
  • et de l’empathie

Dans cette optique, les hommes ordinaires achètent des rapports sexuels pour répondre à leurs insécurités psychologiques ainsi qu’à leurs besoins sexuels.

L’idée que le rapport sexuel avec une prostituée peut être thérapeutique remonte à des milliers d’années.

Dans l’épopée de Gilgamesh, un poème de l’anci enne Mésopotamie, Enkidu, un ami du roi à moitié sauvage, se civilise en ayant des rapports sexuels avec une prostituée. Le conte présente la prostituée comme sacrée car elle se sacrifie à l’homme pour le purifier des forces intérieures destructrices.

Quelques applications invisibles permettent de tout savoir sur un téléphone cible – Certains couples l’installent réciproquement sur leur téléphone pour pouvoir se localiser et se monitorer en temps réel :


Le client : un homme normal ou pas ?

D’autres chercheurs ne sont pas d’accord pour dire que les prostituées servent de baume aux malheurs d’hommes essentiellement normaux

La sociologue Julia O’Connell Davidson, de l’université de Nottingham en Angleterre, qualifie les clients de nécrophiles qui commettent leurs actes sur des femmes socialement « mortes ».

Ce sont des hommes, dit-elle, dont le désir sexuel est activé par le fait qu’ils n’ont pas à se soucier de la prostituée en tant qu’être humain, le contraire de l’hypothèse de l’intimité.

« Ce qui excite le client, c’est l’impuissance de la femme », conclut O’Connell Davidson.

Selon elle, le rapport sexuel avec une prostituée est davantage une vengeance ou un moyen de contrôle sur les femmes qu’une quête d’intimité et de romantisme.

Des filles « matérielles »

Dans un discours qu’il a prononcé devant le Parlement européen en 2006, Månsson a souligné que les clients parlent souvent du rapport sexuel « comme d’un produit de consommation plutôt que comme l’expression de relations intimes ».

Un homme, a-t-il rapporté, a comparé le rapport sexuel avec une prostituée à « aller au McDonald’s ». En effet, sur internet, où une personne peut rester relativement anonyme, de nombreux clients qualifient les femmes de « matérielles » et peuvent décrire des fantasmes de soumission misogynes.

Selon Månsson, pour beaucoup d’entre eux, le lit d’une prostituée représente le dernier bastion de l’antiféminisme. Ce n’est que là que les hommes peuvent rétablir la domination traditionnelle des hommes sur les femmes.

Pour satisfaire ces hommes, les maisons closes des pays où ces établissements sont légaux vendent des femmes comme des marchandises sur leurs sites Web.

Quant aux clubs nudistes de pays comme l’Allemagne, ils attirent les clients avec des offres « tout compris » : pour un prix fixe (souvent moins de 100 dollars), les hommes peuvent avoir des rapports sexuels avec n’importe quelle femme présente. Certains clubs proposent même des offres spéciales « happy-hour ».

Månsson pense que les clients sont généralement perturbés psychologiquement et qu’ils ont besoin d’être conseillés et traités

De nombreux clients suédois considèrent que leur comportement sexuel est « incontrôlable » ou « psychologiquement toxique », ce que certains scientifiques rejettent.

De l’avis de ces dissidents, les clients des États-Unis et d’autres pays qui interdisent la prostitution sont injustement criminalisés et étiquetés comme mentalement instables.

Pourquoi les femmes mentent sur leur sexualité ?


Aussi toxique que cette activité puisse être pour les hommes, les femmes en ressortent souvent plus gravement blessées

La souffrance des prostituées

Au minimum, les prostituées souffrent psychologiquement d’avoir essayé d’étouffer leurs propres émotions pour pouvoir vendre l’intimité comme une marchandise.

Ebats sexuels

En outre, elles subissent souvent des violences physiques de la part de leurs clients. Le rapport annuel 2006 de KARO, une organisation qui tente de contrecarrer la prostitution dans la région qui sépare l’Allemagne de la République tchèque, fait état de nombreux incidents de brutalité liés à la vente de rapports sexuels.

Aux États-Unis, les prostituées sont également soumises à des niveaux élevés de violence.

La prostitution n’est pas une profession que les femmes exercent parce qu’elles aiment le travail

Très peu de femmes ont déclaré qu’elles s’étaient volontairement prostituées.

  • La pauvreté
  • la toxicomanie
  • la peur de la violence des proxénètes

…poussent souvent les femmes à se lancer dans le rapport sexuel.

Ainsi, de nombreux experts affirment que les travailleuses du sexe ne sont pas les véritables moteurs de la prostitution.

Une forte demande masculine concernant la prostitution

Le commerce survit plutôt grâce à la demande des légions d’hommes qui ont des problèmes dans leurs relations avec les femmes.

Ce raisonnement est à l’origine de la loi suédoise entrée en vigueur en 1999, selon laquelle la vente de rapports sexuels est légale, mais pas l’achat.

La même notion est à l’origine d’un nombre croissant d’ateliers et de cours en France, qui visent à décourager les hommes délinquants de répéter un acte que beaucoup considèrent comme un crime contre les femmes.

Pour épouser une Marocaine, faut-il aller au Maroc ?

MSpy espionne les réseaux sociaux et les conversations sur un téléphone

Le logiciel espion

mSpy bannière promotionnelle

0 réflexion au sujet de « Quel type d’homme a des rapports avec les prostituées »

Laisser un commentaire