Espionner son ex : Quand la coparentalité devient un jeu d’espionnage

Photo of author
Écrit par Agnès Michaud

Une passion pour la technologie alliée à une soif viscérale de la rendre utile aux relations humaines.

Vous vous demandez parfois ce que font vos enfants et s’ils vont bien lorsqu’ils passent du temps avec votre ex ?

Bien sûr que vous vous le demandez ! Si ce n’est par simple curiosité humaine de connaître les activités de nos enfants chéris, nous ne pouvons nous empêcher de nous demander :

  • comment nos enfants occupent leur temps lorsqu’ils sont loin de nous
  • s’ils sont heureux
  • si tout va « bien »

Vous ne seriez pas un bon parent si vous ne vous posiez pas de telles questions !

Votre enfant vous manque-t-il parfois lorsqu’il est loin de vous ou craignez-vous qu’il ait le mal du pays ?

Il est certain qu’il vous manque, et vous ne souhaitez rien de plus que de le voir à l’aise, en sécurité et satisfait ! Le temps passé loin de nos enfants est l’une des transitions les plus difficiles pour les parents, et les enfants, du processus de divorce !

D’aussi loin que vous vous souveniez, vous avez pu être avec vos enfants à chaque moment de la journée, puis soudainement leur temps est partagé entre les parents.

  • Jusqu’où avez-vous envisagé d’aller pour assurer leur sécurité
  • vous assurer de leur état émotionnel
  • ou vérifier leurs allées et venues ?

Tout plan parental approuvé par le tribunal comprend des dispositions relatives au temps de visite entre les parents et aux autres communications qui peuvent avoir lieu entre les visites.

Par exemple, mon plan prévoit que mes enfants sont autorisés à communiquer quotidiennement avec moi par téléphone pendant une durée raisonnable sans interférence de leur père.

  • Je peux les appeler
  • Ils peuvent m’appeler en privé tous les jours pendant qu’ils sont avec leur père (pas de haut-parleur ou d’écoute clandestine de la part de mon ex)

La durée d’un appel téléphonique « raisonnable » est discutable

Cependant, une personne raisonnable limiterait la durée de la conversation de manière à ne pas interférer avec le temps désigné de l’enfant avec l’autre parent, et ce parent devrait faire preuve de patience et accorder au moins quelques bons moments pour échanger des « je t’aime » et d’autres informations.

  • Idéalement, les parents seront courtois et n’appelleront pas à l’heure des repas ou du coucher
  • Ils seront prêts à rappeler à un moment plus opportun
  • Ou à proposer un meilleur moment pour appeler – C’est aussi simple que cela !

De nombreux parents incluent une surveillance pendant les visites

  • En effet, les mères et les pères cachent des dispositifs d’enregistrement et de suivi dans les jouets et les vêtements
  • utilisent des téléphones pour surveiller les activités
  • et enregistrent les conversations téléphoniques

Une mère a admis qu’elle avait placé un traceur GPS dans le téléphone de son fils et qu’elle le surveillait en permanence lorsqu’il était avec son père, afin de pouvoir déterminer :

  • à quelle heure il se couchait
  • avec qui il passait du temps
  • localiser son emplacement pour pouvoir passer devant les endroits où il passe son temps

Elle ne surveille pas tant son enfant que son père et l’éducation de son ex.

Une autre maman a révélé qu’elle avait découvert un dispositif de localisation à l’intérieur d’un jouet qui accompagnait son enfant chez son père. Elle a plaisanté en disant qu’elle avait retiré le dispositif et l’avait attaché au collier de son chien.

La fois suivante où la petite fille est revenue, elle portait une montre avec un dispositif GPS. La solution de la maman à cette tentative de surveillance a été de permettre à l’enfant de nager avec sa montre !

Ex-mari soupçonneux
Ex-mari soupçonneux

Elle a expliqué qu’aucune explication n’avait été donnée quant à la raison pour laquelle l’enfant était « sur écoute » de cette façon, et elle n’a donné à son ex aucune raison de s’inquiéter du bien-être de leur fille.

Un père divorcé m’a confié qu’il avait installé une application sur son téléphone pour enregistrer toutes les conversations avec son ex. Il a expliqué qu’il a agi ainsi parce qu’elle change souvent d’avis et nie avoir jamais donné son accord à diverses décisions concernant les enfants. Elle n’est pas consciente qu’elle ou les enfants sont enregistrés lorsqu’ils parlent.

Où se situe la limite entre la curiosité et l’inquiétude naturelle des parents

A partir de quand peut-on parler de surveillance inappropriée dans la maison de quelqu’un d’autre ?

Un point commun à tous les scénarios ci-dessus est qu’aucun des parents qui suivent activement les agissements de leur ex ne craint que celui-ci s’enfuie avec l’enfant, et aucun n’a de preuve de mauvais traitements ou de négligence.

Il s’agit dans tous les cas d’ex-partenaires, comme vous ou moi, dont l’un ou l’autre a décidé de passer à la vitesse supérieure en matière de surveillance de l’enfant.

S’il y avait une véritable crainte qu’un parent quitte le pays avec l’enfant, ou qu’il soit victime de mauvais traitements, l’intrusion dans la vie privée ne serait peut-être pas aussi choquante.

  • Nous pouvons nous demander comment notre enfant passe la soirée
  • ou même lui demander ce qu’il a fait chez son père pendant le week-end (de manière non interrogative)
  • mais regarder ou écouter ce qui se passe dans la maison de quelqu’un d’autre, à son insu et sans sa permission, c’est autre chose.

Quelques éléments à prendre en compte si vous envisagez de surveiller secrètement le domicile de votre ex

1. Quelle est votre principale raison de « surveiller » ?

  • Votre enfant vous manque-t-il simplement ?
  • Avez-vous une raison légitime de craindre pour son bien-être ?

Il est tout à fait normal que votre enfant vous manque ; cependant, la douleur de la séparation s’atténue avec le temps.

Si vous craignez pour la sécurité de votre enfant, vous devez adresser vos raisons documentées aux autorités compétentes.

Maman prend soin de son enfant

N’essayez pas de vous faire justice vous-même, mais commencez plutôt à préparer le terrain pour que vos préoccupations soient entendues par un tribunal ou traitées par la police et les services de protection de l’enfance.

2. Êtes-vous sûr que ce que vous faites est légal ?

Vérifiez les lois de votre pays relatives à l’enregistrement et à la surveillance, surtout si toutes les parties ne sont pas informées qu’elles peuvent être surveillées.

Vous ne voulez pas vous retrouver en prison ou à la une des journaux locaux pour avoir fait de l’ex-pistage bricolé !

3. Y a-t-il une partie de vous qui n’a pas été capable de lâcher prise et de libérer sa colère ou son sentiment de contrôle sur votre ex ?

Là encore, cela dépend de vos motivations et de ce que vous espérez obtenir de vos actions.

4. Si un juge a accordé la garde et le droit de visite aux deux parents, personne n’a le droit d’interférer

Il peut être difficile de faire confiance à votre ex, mais il a le droit d’exercer son rôle de parent dans son foyer.

Nous ne serons pas toujours d’accord avec le style parental de l’autre, mais, à moins qu’un juge n’ordonne une modification du plan parental, nous sommes tenus par la loi de respecter ce plan.

⇒ Voir notre article sur le divorce pour faute et les obligations légales du mariage

Papa parle doucement à sa fille (dans l'oreille)

Vous ne voulez pas non plus risquer de perdre ou de réduire vos propres droits parentaux à la suite d’actions qui pourraient être interprétées comme illégales ou interférant avec des ordonnances judiciaires.

5. Avez-vous envisagé d’avoir une conversation ouverte et honnête avec votre coparent au sujet de vos préoccupations ?

Croyez-le ou non, les enfants manquent à votre ex lorsqu’ils sont avec vous, mais voulez-vous qu’il vous espionne ?

Pourquoi ne pas essayer d’entamer un dialogue sur les différences entre vos foyers ou les préoccupations que vous avez, et au moins essayer de résoudre ces problèmes ouvertement ?

Si vous devez espionner, par exemple avec cette application invisible adaptable aux iPhones comme aux Android, soyez pleinement conscient des conséquences potentielles et de vos raisons de le faire. Si vous êtes pris :

  • non seulement vous risquez de mettre votre ex en colère et d’aggraver les conflits de coparentalité que vous avez déjà
  • mais vous risquez également une sanction juridique et de perdre votre intérêt pour la vie de vos enfants

MSpy espionne les réseaux sociaux et les conversations sur un téléphone

Le logiciel espion

mSpy bannière promotionnelle

0 réflexion au sujet de « Espionner son ex : Quand la coparentalité devient un jeu d’espionnage »

Laisser un commentaire