L’âge de l’envie : comment être heureux quand la vie des autres semble parfaite ?

Photo of author
Écrit par Agnès Michaud

Sécuriser et protéger nos connexions : Connexions familiales / Connexions internet

Ma page Facebook

Les réseaux sociaux ont créé un monde dans lequel tout le monde semble s’extasier – sauf nous.

Une nuit, il y a environ cinq ans, juste avant de me coucher, j’ai vu un tweet d’un ami annonçant à quel point il était ravi d’avoir été présélectionné pour un prix de journalisme. J’ai senti mon estomac se retourner, ma tête tourner, mes dents se serrer et ma poitrine se contracter. Je n’ai pas dormi jusqu’au matin.
Environ cinq ans plus tôt, alors que j’étais à l’université, je parcourais les photos Facebook d’une personne de mon cours que je connaissais vaguement. En cliquant sur les photos où on la voyait sortir en boîte avec des amis, en train de rire tout en étant ivre, j’ai senti mon humeur chuter si vite que j’ai dû me rasseoir sur ma chaise. Il m’a semblé que je ne respirais plus.

J’ai réfléchi à la raison pour laquelle ces souvenirs me hantent encore de temps en temps, pourquoi ils n’ont pas été oubliés avec la plupart des autres interactions quotidiennes que j’ai eues sur les réseaux sociaux, et je pense que c’est parce que, en 32 ans, ce sont les moments de jalousie les plus puissants et les plus douloureux que j’ai vécus.

Je ne m’étais même pas inscrite à ce concours de journalisme, et je n’ai jamais été une seule fois en boîte de nuit, mais en lisant ce tweet et en faisant défiler ces photos, je voulais si désespérément ce que ces gens avaient que j’en suis sortie aussi essoufflée que si j’avais reçu un coup de poing dans l’estomac.

Nous vivons à l’ère de l’envie

  • Envie de carrière
  • envie de cuisine
  • envie d’enfants
  • envie de nourriture
  • envie de bras
  • envie de vacances

Tout ce que vous voulez, il y a une envie pour ça.

Les êtres humains ont toujours ressenti ce qu’Aristote définissait au quatrième siècle avant J.-C. comme une douleur à la vue de la bonne fortune d’autrui, provoquée par « ceux qui ont ce que nous devrions avoir », bien qu’il ait fallu attendre encore un millier d’années pour que cette envie figure sur la liste des sept péchés capitaux du pape Grégoire.

Mais avec l’avènement des réseaux sociaux, l’envie est poussée à l’extrême.

Nous sommes constamment bombardés par des « vies photoshopées », et cela exerce sur nous un impact tel que nous n’en avons jamais connu dans l’histoire de notre espèce. Et ce n’est pas particulièrement agréable.

Les psychologues disent qu’ils voient de plus en plus d’envie dans leur cabinet de consultation, de la part de personnes qui « ne peuvent pas atteindre le style de vie qu’elles souhaitent mais qu’elles voient les autres avoir ».

Notre utilisation des plateformes, notamment Facebook, Twitter, Instagram et Snapchat, amplifie cette discorde psychologique profondément inquiétante.

« Je pense que ce que les réseaux sociaux ont fait, c’est rendre tout le monde accessible à la comparaison », explique Ferragus Labrosse. « Dans le passé, les gens pouvaient se contenter d’envier leurs voisins, mais maintenant nous pouvons nous comparer à tout le monde à travers le monde. »

On peut appeler cette maladie la « comparatite »

Et ces comparaisons sont désormais beaucoup moins réalistes, poursuit Ferragus :

« Nous savons tous que les images peuvent être filtrées, que les gens présentent la meilleure version de leur vie. »

  • Nous transportons notre appareil d’amplification de l’envie dans nos poches
  • nous dormons avec à côté de nos oreillers
  • il nous tente 24 heures sur 24, dès notre réveil, même si c’est au milieu de la nuit

Ferragus a observé chez ses patients que le fait de savoir qu’ils regardent une version éditée de la réalité, la conscience que #nofilter est un hashtag trompeur, ne constitue pas une défense contre la force émotionnelle de l’envie.

« Ce que je remarque, c’est que la plupart d’entre nous pouvons intellectualiser ce que nous voyons sur les plateformes de réseaux sociaux, nous savons que ces images et ces récits qui sont présentés ne sont pas réels, nous pouvons en parler et les rationaliser, mais à un niveau émotionnel, ça fait quand même pousser des boutons. »

Nous nous sentons curieusement envieux de nos propres avatars

Pour explorer le rôle que joue l’envie dans notre utilisation des réseaux sociaux, il suffit d’examiner la relation entre l’utilisation passive de Facebook (un simple défilement voyeuriste) et l’envie et l’humeur d’un moment à l’autre.

Selon le chercheur, les résultats sont frappants : Plus vous êtes présent sur Facebook, plus vous éprouvez des sentiments d’envie, qui à leur tour déclenchent une baisse de votre humeur.

Article à consulter : Comment j’ai appris à arrêter d’être jaloux et à reprendre ma vie en main

Aucune tranche d’âge ou classe sociale n’est à l’abri de l’envie

Dans leur cabinet de consultation, les psy voient des jeunes femmes, gênées par leur apparence, qui se mettent à suivre certains comptes sur Instagram pour trouver de l’inspiration en matière de coiffure ou de techniques de maquillage, et finissent par envier les femmes qu’elles suivent et se sentir encore plus mal dans leur peau.

La course au "toujours plus"
La course au « toujours plus »

Mais ils observent également le même schéma chez des hommes et des femmes d’affaires plus âgés qui commencent par chercher des stratégies et des astuces sur Twitter, et qui ont ensuite du mal à accepter ce qu’ils découvrent, à savoir que certaines personnes semblent avoir plus de succès qu’eux.

Ce sont parfois les amis et la famille qui suscitent l’envie, qu’il s’agisse de l’apparence, du style de vie, de la carrière ou de l’éducation des enfants, car il y a toujours quelqu’un qui fait mieux sur les réseaux sociaux.

Si envier les autres est déjà assez dommageable, nous avons quelque chose d’encore plus pernicieux :

  • Nous regardons les vies que nous avons construites en ligne
  • nous ne sommes pas à la hauteur des vies que nous disons aux autres que nous vivons
  • et nous regardons le soi comme s’il était un autre, ressentant de l’envie

Cela crée un sentiment aliénant d' »envie de soi ». Nous nous sentons inauthentiques, curieusement envieux de nos propres avatars.

Nous contemplons notre profil amaigrissant et filtré, et nous voulons ce corps, pas celui qui est fatigué et endolori sur le trajet du matin.

Pendant que nous sommes occupés à trouver l’angle de caméra parfait, nos vies deviennent une carapace éblouissante et sans défaut, vide à l’intérieur sauf pour l’envie des autres et de nous-mêmes, dans un monde où les chats noirs languissent dans les refuges pour animaux parce qu’ils ne sont pas « selfie-friendly ».

⇒ Voir aussi La jalousie : un comportement relationnel malsain


L’envie, c’est vouloir détruire ce que quelqu’un d’autre possède

L’envie est silencieuse, destructrice, sournoise : c’est de la pure malveillance

Il existe une autre définition, encore plus sombre, du concept d’envie.

Pour Patricia Polledri, psychothérapeute psychanalytique et auteur de « Envy is Not Innate: A New Model of Thinking » (livre pas encore traduit en français), ce mot renvoie à quelque chose d’assez dangereux qui peut prendre la forme d’une violence psychologique et d’actes criminels violents.

« L’envie, c’est vouloir détruire ce que quelqu’un d’autre possède. Pas seulement le vouloir pour soi, mais vouloir que d’autres personnes ne l’aient pas.

Il s’agit d’un problème profondément enraciné, où l’on éprouve beaucoup, beaucoup de ressentiment à l’égard du bien-être d’une autre personne, qu’il s’agisse de son apparence, de sa position ou de la voiture qu’elle possède.

C’est silencieux, destructeur, sournois – c’est de la pure malice, de la pure haine », dit-elle.

Il peut être très difficile pour les personnes jalouses de chercher et de recevoir de l’aide

En effet il peut leur sembler impossible d’accepter quelque chose de précieux de quelqu’un d’autre, tant est forte l’envie d’annihiler tout ce qui est bon chez les autres et en elles-mêmes.

L’envie n’est pas innée, elle commence par une expérience de privation précoce, lorsqu’une mère ne peut pas créer de liens avec son bébé et que l’estime de soi de cet enfant n’est pas nourrie tout au long de sa vie.

Ce que l’on peut faire pour y remédier

Lorsqu’il s’agit du type d’envie inspiré par les réseaux sociaux, 2 facteurs rendent une personne plus vulnérable :

  • une faible estime de soi
  • et l’intolérance à la privation, ce qui signifie « être incapable de supporter de ne pas obtenir ce que l’on veut »

Pour surmonter ce problème, il faut penser à ce que l’on enseignerait à un enfant.

L’objectif est de développer une philosophie, une façon d’être dans le monde, qui vous permette de :

  • reconnaître quand quelqu’un d’autre a quelque chose que vous voulez mais que vous n’avez pas
  • reconnaître que vous pouvez survivre sans cela
  • que ne pas l’avoir ne fait pas de vous une personne moins digne ou moins importante

Nous pourrions également essayer de changer la façon dont nous utilisons habituellement les réseaux sociaux

Pas la peine de vous inquiéter si vous ne savez pas où se trouve votre amoureux, ce que dit votre fils au téléphone, ou les textos échangés sur votre téléphone.
Une application téléphonique, installée sur un téléphone, permet de tout savoir de ce qui passe sur l'appareil, dans la plus grande discrétion :
  • SMS
  • Localisation
  • Appels
  • Messages Tinder
  • Messages Whatsapp
  • Et j'en passe.
Ici la meilleure application du marché
Là son concurrent sérieux
Ici un service en ligne permettant de localiser un téléphone grâce à son numéro (pas d'installation requise)
Cette appli surveille aussi Snapchat !

La plupart du temps, les gens utilisent Facebook de manière passive et non active, en lisant paresseusement et sans rien faire au lieu :

  • de poster
  • d’envoyer des messages
  • ou de commenter

On sait que c’est l’utilisation passive qui est plus nocive que l’utilisation active.

Chacun d’entre nous devons peut-être réfléchir plus attentivement à la manière dont l’élaboration de nos personnalités en ligne peut contribuer à l’ère de l’envie dans laquelle nous vivons.

Lorsque j’étais sur le point de publier sur Facebook une bonne nouvelle concernant ma carrière, mon mari m’a demandé pourquoi je voulais le faire. Je ne me sentais pas à l’aise pour lui répondre, car la vérité est que c’était :

  • par vanité
  • parce que je voulais des likes
  • des messages de félicitations
  • peut-être que je voulais que les autres sachent que je réussissais

J’avais honte. Rien de tel qu’un conjoint trop perspicace pour piquer l’ego d’une personne.

Il est facile de justifier la publication d’une promotion sur Twitter comme étant nécessaire pour le travail, comme un moyen rapide de diffuser la nouvelle à ses collègues et à ses pairs. Mais en tapant les mots « Quelques nouvelles personnelles », nous pourrions prendre le temps de nous demander pourquoi nous faisons cela, vraiment ?

Les amis, la famille, les collègues : tous ceux qui ont besoin de savoir le découvriront bien assez tôt.

Envier ou jalouser le trophée de quelqu'un
Envier ou jalouser le trophée de quelqu’un

Affiner sa marque personnelle sur les réseaux sociaux peut sembler bon pour les affaires, mais cela a un prix. Tout cela crée une atmosphère où le fait de s’afficher (que ce soit sans honte ou de manière trompeuse) n’est pas seulement normalisé mais attendu, et c’est un espace où l’envie peut prospérer.

Je ne pense pas que la réponse consiste nécessairement à être plus honnête sur nos vies : Elle peut parfois consister à se taire tout simplement.

 Mise en garde

Il existe des applications-espionnes qu’un de vos proches peut installer de manière invisible dans votre téléphone.

Elles rappatrient ensuite vos mots de passe mais aussi vos discussions sur les réseaux sociaux et vos SMS/MMS.


Conclusion : Se taire tout simplement

La sensibilisation à des expériences dévastatrices, d’abus ou de harcèlement, jusqu’alors passées sous silence, peut avoir le pouvoir de défier la stigmatisation et de changer la société.

Mais les posts ostensiblement authentiques sur la pleine conscience, la tristesse ou les selfies sans maquillage sont toujours conçus pour présenter leur auteur sous son meilleur jour.

L’envie dans sa forme la plus nocive n’a aucun bon côté

Mais en tant qu’expérience émotionnelle moins extrême, elle peut avoir une fonction dans nos vies.

Faisons la différence entre l’envie malsaine et sa forme saine, qui peut être créative.

Tout comme la faim nous dit que nous devons manger, le sentiment d’envie, si nous savons l’écouter de la bonne manière, peut nous montrer ce qui manque dans nos vies et ce qui compte vraiment pour nous. Il s’agit de la nommer en tant qu’émotion, et d’essayer de comprendre ce qu’elle vous dit.

Petite fille jalouse

Lorsque je réfléchis à ces deux moments de jalousie perçante que je ne peux oublier, je constate qu’ils ont coïncidé avec des périodes aiguës de ma vie de malheur et d’insécurité.

J’avais du mal à m’établir en tant qu’écrivain indépendant et, avant cela, à établir une vie sociale après avoir quitté la maison pour l’université. Ces deux situations se sont améliorées avec le temps, mais je ressens encore de temps en temps une désagréable envie, que ce soit sur les réseaux sociaux ou en dehors, et je le constate chez mes amis et ma famille.

C’est peut-être en partie parce que nous ne savons pas comment répondre à la question : « Qu’est-ce qui serait suffisamment bien pour moi ? » Probablement rien. C’est une chose sur laquelle je travaille encore.

Poursuivre votre lecture ⇒ Comment prendre le contrôle de votre téléphone ? C’est votre choix

1 réflexion au sujet de « L’âge de l’envie : comment être heureux quand la vie des autres semble parfaite ? »

Laisser un commentaire